Restaurants, bistrots, cafés, salons de thé , glaciers

Restaurants à Paris  de cuisine étrangère peu commune

Spread the love

D’aucuns diraient que les plus belles découvertes commencent au bout de la fourchette. Et en matière de découvertes, Paris tient le haut du pavé avec une multitude de restaurants plus exotiques les uns que les autres. Mais au juste, pourquoi les restaurants exotiques plaisent tant ? Tout simplement parce qu’ils font voyager !

 

 

 

 

 

 

En plus de proposer des plats de différentes cultures et régions du monde, les restaurants exotiques ont aussi le chic pour plonger gourmands et gourmets dans une ambiance immersive, avec une décoration faite d’éléments traditionnels. Ces établissements, parfaits pour celles et ceux qui cherchent à découvrir des nouvelles saveurs ou des techniques de cuisine encore méconnues dans la capitale, sont assurément dépaysants !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plats épicés ou bien sucrés-salés, spécialités asiatiques, sud-américaines ou encore en provenance du pourtour méditerranéen, boissons traditionnelles du bout du monde ; ce qui est certain, c’est que l’on ne s’ennuie pas une seconde au sein de ces restaurants, tant au niveau des papilles que des pupilles.

 

 

 

 

 

Les restaurants italiens, indiens, asiatiques sont nombreux dans la capitale. Pour changer, si vous avez l’âme gastro globe-trotter voici quelques adresses de restaurants à Paris  de cuisine étrangère peu commune, à découvrir :

 

 

 

 

La Bête Noire

Malte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour une virée revigorante autour des rives et des tours en virages de Mère Méditerranée.

Il était une fois, une cuisinière malte qui se promenait dans les bois parmi les effluves et les parfums des herbes folles de son île. Maria était son nom. Elle cherchait a rencontrer la bête noire…On pourrait l’appeler Maria et la bête noire….

 

 

 

 

 

Ce conte n’effraiera pas les enfants et plaira beaucoup (trop) aux adultes.

Si tout commence à Malte, l’action prend part dans tout​ le bassin méditerranéen. On passe ainsi du bleu à l’orange (maltaise) comme du grec à l’italien.

 

 

 

 

 

 

Soit des gnocchis à la romana (à la semoule de blé), girolles rôties, confit de coing japonais en sucré/vinaigre, pissenlit, caciocavallo jusqu’au gâteau à l’orange et huile d’olive! Si ce n’est pas une signature ça!

 

 

 

 

 

La carte des délices sucrés passe ainsi par la babka différente selon les jours (choco/pistache; choco/banane…), un cake du jour (pommes/caramel ou courgettes chocolat) aussi haut qu’un mont, un joli shortbread rhubarbe/coing du Japon ou bien une sorte de corne de gazelle amande à la sicilienne appelé macaron.

Un peu plus et on se prendrait pour Ulysse! D’autant que les sirènes sont bien appétissantes. Et n’y a pas de Malte à se faire du bien.

Pour faire étape, il est possible de naviguer entre plat veggie, viande ou poisson. Le tout servi dans une magnifique poterie d’argile réalisée par une artiste maltaise.

 

 

 

 

 

Les grands plats creux comme des vases, sorte de cratères antiques, serviront à se partager la pitance sur toute la table.

Les ingrédients secrets, presque mythiques, associent produits courants du marché et récolte sauvage. Il n’y a qu’à regarder ces sirops de plantes à boire comme des élixirs (ortie, fleur de sureau ou sureau) parfois additionnés de miel. Et même de vodka!

De quoi se prendre pour un dieu! Si le restaurant n’est pas loin du Panthéon, on attendra un peu avant d’y reposer.

Tout est frais et fait maison. La viande de la ferme de Clavisy, entre autre, notamment pour le porc rôti lentement. On retrouve la garniture dans les panini à emporter. Pas de gâchis!

Pour l’offrande, on nous a suggéré un gâteau au miel à la russe (Medovic)! Une alternance de biscuits géants imbibés de cream cheese retravaillée et de pas mal de miel. Le gâteau de coeur de Maria, celui de sa grand-mère et de son enfance.

 

 

 

 

 

 

La descente sur terre se fera à l’aide des bons cafés de Juno, partenaire dans l’aventure. Les grains sont sélectionnés et torréfiés maison! Au choix, Éthiopie, Tanzanie, Inde selon des profils plus liés aux origines qu’à la nationalité italienne du torréfacteur.

Si les associations sont originales et différentes, l’idée est de créer un espace de partage, d’échange, qui témoignent de la vie et du parcours de la chef, hors mode ou tendance. La maîtrise et le goût pour les marinades, les cuissons lentes et les rôtis donnent de la douceur et du caractère à sa cuisine. Même si certaines recettes pourraient encore être plus fines ou plus abouties, elles sont généreuses avant tout, et sentimentales. La cuisine est devenue son langage pour nous toucher.

Vous êtes donc à bon port(Royal) chez Juno. L’histoire est sans fin puisque la carte change quotidiennement. Ce qui ouvre vers d’autres aventures.

 

 

 

 

 

 

Si l’espace évoque un antre de conte, Maria sera la parfaite fée du logis et l’Italien souriant, Bartholomeu, le commis. Votre instinct sauvage vous révélera que la bête noire ne vous effraie plus, et qu’elle a aussi faim que vous de bonnes victuailles.

Tarifs : plat du jour autour de 14€, panini à emporter 6.50€, desserts du jour de 3,50€ à 4€, sachet de café de 6€ à 12€ environ, expresso 2,20€…

La Bête Noire

58, rue Henri Barbusse

75005 Paris

Tél: 06 15 22 73 61

 

 

 

Café Maa

Finlande

 

 

 

 

 

 

 

 

Niché au rez-de chaussée de l’Institut finlandais, le Café Maa séduit tout d’abord pour sa belle décoration épurée.

 

 

 

 

 

On peut s’installer dans un canapé, en famille autour d’une table ronde ou en partageant l’espace autour d’une grande table.

 

 

 

 

 

Le menu est composé d’aliments frais, bio, de saison, et délicieusement préparés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez le choix entre des soupes de légumes racines épicées juste comme il faut, des assiettes composées (végétariennes ou au poisson) et bien sûr les pains de seigle garnis (Reissumies) plus délicieux les uns que les autres (on vous conseille le « basique » au saumon fumé, mais également celui aux écrevisses, ou le végétarien -betterave, houmous, artichaut, carotte, pomme de terre, aneth-).

 

 

 

 

 

Et en dessert, n’hésitez pas à goûter la traditionnelle brioche à la cannelle ou le très bon sablé aux airelles. Et ça fonctionne aussi très bien pour le goûter avec une citronnade ou un smoothie !

 

 

 

 

 

 

 

Tarifs : assiettes composées : entre 15 et 25 €, reissumies : entre 6,50 et 8,50 €, desserts : entre 4,50 et 6 €

Café Maa

33 rue du Sommerard

 75005 Paris

 

 

 

CAP

Afrique du Sud

 

 

 

 

 

 

 

Le restaurant Cap démarre sur les chapeaux de roues et fait le bonheur des habitants du quartier, dans ce 17ème arrondissement de Paris, avec sa cuisine française raffinée aux subtiles saveurs d’Afrique du Sud.

 

 

 

 

 

Le chef Konrad Neethling, qui est en France depuis dix ans, a longtemps travaillé entre l’Asie et l’Europe.

Aujourd’hui il vous mitonne ses menus d’exception !

 

 

 

 

 

 

Connaissez-vous le bitlong ? Il s’agit d’une spécialité typique sud-africaine composée de viande de bœuf séchée. Pour encore plus de saveurs, il est ici mélangé à un risotto de pâtes artisanales et crémeuses accompagné si vous le souhaitez de pinotage, un vin rouge produit en Afrique du Sud.  

 

 

 

 

 

 

Avec des entrées comme l’excellent Saumon mariné aux 3 agrumes, salade de fenouil, tuiles au safran et sésame noir ou l’Orzo façon risotto, bouillon de poule crémé, copeaux de biltong et parmesan.

Puis cap sur les plats, avec la fameuse Poitrine de cochon confite, mousseline de patate douce, chutney de banane ou la Noix de veau, cannelloni aux tomates et champignons, parfum de truffe blanche.

 

 

 

 

 

 

On finit sur les desserts : délicieuse Pêche au thé Rooibos et miel, meringue, crème glacée fleur d’oranger, et succulent Tiramisu parfumé à l’amarula (liqueur africaine).

Le cadre est simple mais chic et moderne, l’accueil de la patronne est un vrai plaisir, le service est alerte et attentionné, bref un endroit idéal pour les couples, mais aussi les amis !

 

 

 

 

 

 

 

En plus, les fauteuils sont vraiment confortables, tout est fait pour que vous repartiez ravi avec un goût de reviens-y !

La sélection de vins est particulièrement soignée, avec notamment des vins sud-africains excellents à des prix particulièrement raisonnables.

 

 

 

 

 

 

Originaire du Cap en Afrique du Sud, Konrad Neethling, a su s’inspirer de l’aspect multiculturel de sa ville natale pour créer une cuisine simple et originale à la fois, mêlant les saveurs avec justesse et talent.

Au final : une excellente découverte, une cuisine originale et surtout un bon rapport qualité-prix.

Tarifs : pas de carte mais deux menus au choix à midi et à diner : 26 et 32€ et 32 et 36€ respectivement.

Cap

42 boulevard Pereire

75017 Paris

Tél :  01-44-40-04-15

 

 

Le Colchide

Géorgie

 

 

 

 

 

 

Colchide, c’est le nom antique d’une partie de la Géorgie.

 

 

 

 

 

 

 

Une terre qu’on irait bien découvrir, une fois initié à sa cuisine. Entre mer Noire, Russie, Azerbaïdjan, Arménie et Turquie, on y fantasme une douceur de vivre sud-caucasienne sur laquelle ce restaurant ouvre une fenêtre culinaire avec des plats familiaux, généreux mais pas roboratifs, parfumés mais délicats, aux noms délicieux et aux prix cadeau : tchanakhi (veau, aubergines, tomates et pommes de terre), champignons cuits dans une poêle en argile, dolma (poivron fourré à la viande ou aux légumes) servis avec des khachapouri, des pains frais au fromage.

 

 

 

 

 

 

 

Les entrées sont épatantes, notamment ces caviars de betterave épicés ou d’épinards aux noix et grenade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vendredi, c’est ravioli : les khinkali apparaissent dodus et fondants.

 

 

 

 

 

Un régal de réconfort à arroser de vins géorgiens qui sonnent comme nos vins du Midi. Le service est doux, attentionné, l’ambiance chaleureuse et simple, sans une once de déco folklorique, juste quelques livres de recettes à feuilleter…

 

 

 

 

 

 

 

Une adresse qu’on était tenté de garder secrète.

 

 

 

 

 

 

 

Tarifs : à midi, formules à 10, 12 et 15 €. Plats entre 8 et 15 €, ravioli 2 € l’un.

Le Colchide

97 rue des Poissonniers

75018  Paris

Tél :  09 80 94 09 68

 

 

Kathmandu

Népal

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 Venez découvrir dans le 5ème arrondissement de Paris, dans le quartier Jussieu, un bon restaurant de gastronomie népalaise, au Kathmandu, un lieu où il est très agréable d’y venir entre amis.

 

 

 

 

 

Joli décor, ambiance cosy avec encens, mobilier en bois, objets népalais aux murs.

L’accueil est chaleureux et on vous donne avec plaisir des explications sur les plats où sur la culture népalaise.

 

 

 

 

 

 

Dans ce restaurant, c’est principalement de la cuisine Newar de la vallée du Kathmandu que l’on vous sert, une cuisine ancienne et pleine d’histoire !

 

 

 

 

 

 

Dans l’assiette, on retrouve par exemple du Laa yu momo en entrée (raviolis à la viande), suivi du Bhou, un repas complet comprenant du riz marsala parfumé avec des noix de cajou et raisins secs, de la soupe de lentilles, des légumes, du poulet et du poisson aromatisé aux épices, avec une petite salsa de tomates.

 

 

 

 

 

 

C’est copieux et on mange avec les mains traditionnellement (ou à la fourchette si vous n’osez pas).

En dessert, le chef vous propose quelques spécialités comme le Chatamari (crêpe typique au chocolat) ou un Gâteau de vermicelles (dans du lait chaud sucré).

 

 

 

 

 

La vaisselle (que l’on peut d’ailleurs acheter sur place) est magnifique, le service est avenant et efficace.

On découvre en ce lieu une ambiance zen.

Tarifs : les menus vont de 15.50 à 25.50€, sont complets et certains comprennent également du thé.

Kathmandu

 22 Rue des Boulangers

75005 Paris

 

Kolam

Sri Lanka

 

 

 

 

 

 

 

Lahi est né au Sri Lanka et a débarqué en France à l’âge de 6 ans. Avec son bagage culturel, il décide de créer Kolam, un spot où il peut s’assumer et faire confiance à ses origines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De là est donc né ce restaurant convivial, avec une cuisine ouverte qui nous dévoile un spectacle permanent. Les odeurs de citron vert, de noix de coco râpée, de lait de coco et d’épices en tout genre se mélangent pour nous offrir une cuisine sri lankaise authentique, en plein cœur de Paris.

 

 

 

 

 

Ici, on se régale avec les deux plats phares : le hoppers et le kottu. Le hoppers, c’est une crêpe à base de farine de riz et de lait de coco, cuite dans des woks très spécifiques importés du Sri Lanka.

 

 

 

 

 

Les bords sont croustillants, l’intérieur est moelleux, et la garniture est pleine de saveurs et d’épices. Ensuite on a le kottu, la madeleine de Proust de Lahi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des galettes traditionnelles faites tous les matins au resto, qui sont ensuite snackées sur une plancha, sous le rythme effréné des hachoirs.

 

 

 

 

 

Alors si tu entends ce bruit en te baladant dans le quartier, vous savez que le restaurant est ouvert, et qu’il est prêt à vous accueillir. Bon appétit !

Tarifs : plats 13-15 € / entrées et desserts 4 € / menu plat + boisson + dessert 19 €

Kolam

27, rue de Lancry  

75010 Paris

Tél : 07 45 02 19 06

Lemon

Islande

 

 

 

 

 

Celles et ceux ayant déjà eu la chance de mettre les pieds à Reykjavik connaissent forcément Lemon. Cette chaîne de restaurants Islandais débarque en France et vient d’ouvrir sa toute première adresse à Paris!

 

 

 

 

 

C’est en 2013 que Lemon inaugure son tout premier établissement à Reykjavik.

Depuis, la chaîne de restaurants Islandais a fait son petit bonhomme de chemin avec l’ouverture, en mars dernier, de sa toute première adresse à Paris.

 

 

 

 

 

Installé dans le 2ème arrondissement de la capitale, Lemon Paris propose un ensemble de jus et smoothies composés entièrement de fruits et de légumes frais sans sucres ajoutés.

 

 

 

 

À la carte des jus ? Le « Good Times » (avocat, citron, gingembre, pomme), le « Miel Bunny » (fruit de la passion, ananas, orange) mais aussi le « Winston Wolf » (carotte, épinard, gingembre).

 

 

 

 

Découvrez aussi les smoothies avec le « Indian Flirt » yaourt (Skyr) à la vanille, banane, cannelle et pomme, ou bien le « Icelandic Flirt » yaourt (Skyr) à la myrtille, fraise, framboise et pomme ou encore le « Hawaiian Flirt » yaourt (Skyr) à la vanille, ananas, mangue et pomme.

 

 

 

 

Lemon Paris propose également un ensemble de sandwichs gourmets, préparés sur place à partir d’ingrédients frais et de pains bio.

 

 

 

 

 

Découvrez par exemple le « Chango » (poulet, mangue, sauce cacahuètes, piment), le « Mozzato » (tomate, mozzarella, basilique, pesto) ou encore le « Spicy Tuna » (thon, jalapeño, tabasco, pesto).

Tarifs : entre 10€ – 35€

Lemon  

43  rue des Petits Carreaux

 75002 Paris

Tél : 06 25 22 15 49

 

 

 

Madhupur

Bangladesh

 

 

 

 

 

 

 

Madhupur est véritable et charmant restaurant bangladais proposants des plats raffinés, bien présentés et très savoureux avec une touche d’originalité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici vous pourrez déguster l’un de leur Nan Burger (végétarien, au poulet ou au saumon). Essayé également leurs lassis et desserts comme le « Khulffi », une glace maison à base d’amande, de pistache et différentes épices, vous reviendrez !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une cuisine fusion donc qui vous fera découvrir une autre facette de la délicieuse et riche cuisine du Bangladesh et si le temps vous le permet, dans leur très accueillante terrasse extérieure !

 

 

 

 

 

 

 

Tarifs : environ 19€

Madhupur

9 Rue Sorbier

 75020 Paris

 Tél : 09 86 58 25 73

 

 

Marianina

Madagascar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une façade discrète, rue Blanche. Pour un peu, on passerait sans le remarquer devant l’unique restaurant malgache de Paris. Et pourtant il suffit de pousser la porte de Marianina pour être transporté à Madagascar.

 

 

 

 

 

La petite salle aux murs verts vifs est souvent pleine d’habitués venus chercher les saveurs de la « grande île » ; des kilos de riz cuisent en permanence dans la cuisine au fond du restaurant, et les casseroles laissent s’échapper des odeurs viande mijotée.

 

 

 

 

 

Le menu est simple et se compose de quelques plats chaque jour, dont les noms à rallonge, tout en « o » et en « a » sont un dépaysement à eux tous seuls. Le patron de Marianina saura vous guider entre le ravitoto, le carry, et le roumazava, et vous éclairer sur leur prononciation (bon à savoir, le « a » final est généralement muet en malgache).

 

 

 

 

 

 

À la confluence entre l’Asie et l’Afrique, Madagascar laisse transparaitre dans sa cuisine les influences mêlées de plusieurs siècles d’immigration. C’est ainsi qu’en entrée on y déguste des acras de morue d’inspiration créole, des nems et des sambos (version malgache du samoussa) aux origines d’Asie du Sud-Est, et de l’achard de légumes condiment typique de l’Océan Indien. Le tout accompagné d’une petite sauce verte maison très pimentée !

 

 

 

 

 

 

Ce midi-là chez Marianina, nous avons opté pour le bœuf confit au gingembre, très parfumé, et pour le ravitoto au porc, délicieux ragoût aux feuilles de manioc. Un plat qui ressemble par ses ingrédients  bouillon en moins  au roumazava, qu’on avait découvert à La Charrette Créole. Le tout accompagné bien sûr de riz, ou vary.

 

 

 

 

 

 

Pour le dessert, Marianina propose des petits beignets sucrés comme on en trouve chez les marchand ambulants d’Antananarivo, chauds et croquants, servis avec de la glace à la vanille… de Madagascar bien sûr, dont on regrette juste qu’elle ne soit pas maison.

 

 

 

 

 

Les puristes pourront accompagner leur repas d’un grand verre de Bonbon Anglais, soda très populaire à Madagascar qui ressemble à de la limonade au goût de malabar. Avis aux amateurs !

Tarifs : formule entrée-plat ou plat+dessert à 15€.

Marianina

88, rue Blanche

75009 Paris

Tél : 09 83 03 75 33  

 

 

Massawa

Erythrée

 

 

 

 

 

Elle arrive, cheveux longs, tatouages sur l’avant-bras et sandales légères. Lui, juvénile, la peau lisse, les baskets rutilantes, un peu trop neuves. Ils se sourient timidement, blaguent rapidement pour apaiser le malaise et puis s’engouffrent dans ce restaurant africain, érythréen plus précisément.

 

 

 

 

 

Il n’a rien du dernier endroit à la mode avec ses murs parme, ce bric-à-brac de tableaux kitsch un peu naïfs, ses guirlandes lumineuses ou cette écharpe aux couleurs de l’Erythrée suspendue au-dessus du comptoir. On y mange avec les mains des grandes galettes sur lesquelles sont posées les garnitures : différentes sortes de légumes, ou de viandes, en sauce, plus au moins épicé.

 

 

 

 

 

 

Les gourmands qui aiment manger avec les mains. Parfait aussi pour une première date (avec doigts qui se frôlent !)

De grandes galettes sur lesquelles sont posées les garnitures : différentes sortes de légumes, ou de viandes, en sauce, plus au moins épicée.

 

 

 

 

 

 

 

Eux choisissent le bebeaynetu, assortiment d’un peu de tout, une façon de faire connaissance avec cette cuisine, aussi. Le plateau arrive immense, accompagné de galettes supplémentaires. Ils se regardent hésitants, c’est une épreuve fondamentale que de manger devant l’autre pour la première fois.

 

 

 

 

 

Elle découpe la galette et vient la remplir de zigueni (viande de bœuf mijotée avec chou en salade et fromage blanc) : « Hum, délicieux. » Timidement, il commence par les pois cassés : « Ouaouuu. » Et la soirée continue, la musique, les ex, le dernier film d’Almodovar et la galette, présence sympathique qui diminue au fur et à mesure que l’intimité s’installe.

 

 

 

 

 

 

Tarifs : formules midi à 16 € et 21 €, entrée-plat ou plat+dessert : 16 € / entrée-plat-dessert : 21 € / plats entre 11,50 € et 14 €.

Massawa

22 rue Château-Landon

75010 Paris

Tél : 09.50.84.55.05

 

 

 

Le Paprika

Hongrie

 

 

 

 

 

 

Situé dans le 9ème depuis 1980, avenue Trudaine, le restaurant Le Paprika vous propose 2 cartes : une française et une hongroise.

Vous êtes attendu pour découvrir une cuisine peu connue, des saveurs de l’Est avec par exemple la soupe de boeuf au paprika.

 

 

 

 

 

 

Au dessert, le fameux Struddel est au rendez-vous en version pommes ou griottes. C’est assez cher mais le dépaysement est là.

Si on vous dit « hortobágyi palacsinta », vous répondez « crêpe farcie d’une moulinade de poulet, nappée de sauce paprika » !

 

 

 

 

 

 

 Parmi les plats, ceux à base de morilles sont délicieux, en particulier la Pièce de boeuf – foie gras – morilles à réserver aux solides appétits.

 

 

 

 

 

 

Côté cuisine française, des plats originaux également, le Millefeuille de saumon, les Cuisses de grenouille persillade et le fameux Moelleux au chocolat…

 

 

 

 

 

 

Le cadre est plutôt accueillant.

 

 

 

 

 

 

 

La terrasse chauffée est appréciable lors des belles journées d’hiver.

 

 

 

 

 

 

Tarifs : côté Hongrie, entrées autour de 10€, plats autour de 17€ et desserts à 10€, côté France, entrées autour de 8€, plats autour de 17€ et desserts à 10€, vins hongrois intéressants en particulier les Tokays, et vodka à 6,50€ le verre.

Le Paprika

28 avenue Trudaine

75009 Paris

Tél : 01-44-63-02-91

 

 

 

Au Paradis tropical

Haïti

 

 

 

 


 

 

 

 

Au paradis tropical, un des rares restaurants haïtiens sur Paris, est avant tout une affaire de famille. Scherlie Bien Aimé, fille de la fondatrice et chef cuisinière, en est la cogérante avec son compagnon Arnault Refeuil.

 

 

 

 

 

 

Ce restaurant, longtemps installé quartier du Temple (Paris 11e) désormais à Château rouge (Paris 18e), a vu défiler les personnalités de la diaspora haïtienne, comme les chanteurs Shoubou de Tabou Combo, T Vice, ou encore le rappeur Wyclef Jean des Fugees.

 

 

 

 

 

 

À l’origine de cette belle aventure, il y a Madame Louis-Marie Marthe, originaire de Grand-Goâve dans le sud d’Haïti et arrivée en France dans les années 1980.

 

 

 

 

 

En 1997, elle décide de mettre à profit ses talents culinaires. « J’ai fait des stages pour apprendre la cuisine française mais ça n’a rien à voir ! Il n’y a pas de théorie pour la cuisine haïtienne et les recettes sur Internet sont toutes fausses ! ». Ce restaurant mixe plats typiquement haïtiens mais aussi des Antilles françaises.

 

 

 

 

 

« On fait des plats que même les Haïtiens ne mangent pas tous les jours parce que c’est long à faire. Des gens de la Caraïbe, des Cubains ou des Dominicains qui ont les mêmes produits que nous, sont étonnés de la façon dont on prépare la viande ou tel féculent.

 

 

 

 

 

 

On prépare la banane plantain appelé « banane pesée », coupée et frite d’une certaine façon. Les Guadeloupéens et Martiniquais font différemment. » Pour une initiation, goûtez la grande assiette haïtienne qui inclut la banane pesée, le piclise, les griots de porc et le riz Djon Djon – avec en fond sonore au choix « Blues djon djon » de Jacques Schwarz-Bart ou « Ayiti bang » de Carimi !

Tarifs : en moyenne 28 €

Au paradis tropical

6 Rue Custine

 75018 Paris

Téléphone : 01 42 57 87 24

 

 

 

Pisanov

Bulgarie

 

 

 

 

 

Situé dans le XVe arrondissement, le restaurant Pisanov invite ses convives à déguster des plats originaux alliant les saveurs de la cuisine française à celles de la cuisine bulgare. Avis à tous les gourmands.

 

 

 

 

 

Ambiance chaleureuse, recettes authentiques, personnel qualifié, autant d’ingrédients qui caractérisent le restaurant Pisanov. Aux manettes : Vasil Pisanov, un vrai passionné, qui a eu le privilège de travailler auprès de grands chefs étoilés comme Christian Constant, Alain Ducasse, Christophe Moret et Alain Pégouret.

 

 

 

 

 

 

Au sein de son restaurant, Vasil Pisanov propose une improbable rencontre entre deux cuisines totalement différentes. La cuisine bulgare caractérisée par sa touche slave et méditerranéenne à la fois s’associe dans des notes très harmonieuses avec la cuisine française. Résultat : des recettes originales et variées qui donnent l’eau à la bouche. « Il y a toujours  une touche personnelle dans la création de mes plats », nous confie le chef du restaurant. Les mets sont préparés à partir des produits de saison et frais « acquis auprès des producteurs locaux ».

 

 

 

 

 

Côté spécialités bulgares, vous vous régalerez avec le kapama, du chou fermenté avec quatre variétés de viande ; ainsi que le mijoté de boeuf au vin rouge, un des dix plats  traditionnels de la Bulgarie composés généralement de viande de porc, de volaille, de veau, de lapin et de chou fermenté.

 

 

 

 

 

 

Pour des plaisirs gustatifs où les mets et les vins s’accordent dans une douce harmonie, le restaurant propose une sélection de vins français et bulgares comme le Trastena, un vin uniquement composé de framboises 100 % bio ou un vin issu du mélange de framboises et de merlot bulgare fermenté selon la méthode ancienne. Avec sa douceur, sa rondeur et ses saveurs fruitées, il se combine parfaitement avec la viande, le fromage et le foie gras.

 

 

 

 

 

 

L’épicerie fine « Pisanov » permet de découvrir une large gamme de produits bulgares sélectionnés pour leur qualité gustative et gastronomique. La boutique propose des yaourts avec du lactobacillus bulgaricus (une bactérie reconnue pour être le meilleur probiotique au monde), des charcuteries maigres comme le kaïser pastarma, du faux-filet de porc séché et mariné à la sarriette, des saucisses Petrokhan, des saucisses de porc légèrement épicées à la sarriette, etc.

 

 

 

 

 

 

Laissez-vous séduire aussi par la gamme de fromages tels que le Kaskaval, un fromage de vache ou de brebis à pâte pressée cuite. Vous vous laisserez tenter également par d’autres produits atypiques dont l’Eau de paradis, une eau de source naturelle aux extraits d’huile essentielle de rose bulgare bio. Antioxydant, ce produit a pour vertus de renforcer le système immunitaire et peut être consommé quotidiennement.

 Tarifs : entrées entre 6.50€ & 12.80€, plats entre 15 € & 20 €, desserts entre 4.50 € & 6.50 €, formules (plat du jour + dessert) 20 €, samedi brunch20 €boisson chaude, jus de fruit frais, œufs à la bulgare, salade de concombre.

Pisanov

6, rue César Franck

75015 Paris

Tél. : 01 42 72 27 61

 

 

   

Laisser un commentaire