Florilège gourmand Spécialités culinaires

Á la découverte des meilleures spécialités culinaires du Languedoc-Roussillon

Spread the love

Entre montagne et mer, la région regorge de richesses gastronomique naturelles : crustacés, coquillages, légumes, fruits. Mais c’est surtout la viticulture qui a été le poumon de la région, et ce depuis l’époque Romaine. Dès le 18ème siècle, les vins doux naturels étaient réputés dans la région. de nombreux étangs sont présents dans la région et on peu y ramasser des tellines, palourdes et autres coquillages. Le plus connu est celui de Thau où l’on produit l’huître creuse de Bouzigues, qui s’accorde à merveille avec un vin blanc sec élaboré à quelques kilomètres de là, le Picpoul de Pinet..

 

 

 

 

 

Le Languedoc-Roussillon, cette région du sud de la France riche en patrimoine culturel, possède aussi une très grande diversité en termes de spécialités culinaires.

 

 

C’est alors que l’on retrouve des plats typiques de la région, aussi bien pour les entrées, pour les viandes, les volailles, ainsi que les desserts.

 

Authentique et généreuse, la gastronomie languedocienne offre des plats relevés, dans lesquels se retrouvent : huile d’olive, légumes, ail et aromates, pour des plats typiquement méditerranéens.

Á la découverte des meilleures spécialités culinaires du Languedoc-Roussillon : 

 

 

 

 

BOISSONS :

APERITIFS :

 

 

Banyuls

 

 

 

Le Banyuls est sombre, dense, corsé, un vrai catalan que ce « porto français ». Le banyuls est un nectar rare, issu de coteaux abrupts et radins.

 Blanquette de Limoux

 

 

 

La Blanquette de Limoux : cette aïeule de tous les pétillants est produite exclusivement sur base du cépage mauzac (celui du gaillac blanc). Il existe également un crémant-de-Limoux, autre méthode traditionnelle issue du chardonnay et du chenin (mauzac et pinot noir pour compléter).

Byrrh

 

 

Byrrh est l’ apéro de Thuir dans les Pyrénées-Orientales, obtenu par macérations diverses.

 

 

VINS du Languedoc :

 

 

 

 

 

 

La région du Languedoc-Roussillon est réputée pour sa production de vins. De Nîmes à la frontière espagnole, les producteurs sont nombreux à se faire connaître. Avec le temps, les grandes bouteilles du Languedoc ont été labellisées AOC ou Appellation d’Origine Contrôlée. La forte production viticole de la région a boosté le secteur, si bien que de nombreux emplois en dépendent actuellement. Des producteurs aux boutiques spécialisées, les vins sont à l’honneur dans plusieurs communes de la région.

Parmi les cépages qui font le renom du Languedoc-Roussillon, figure le grenache ou encore le mourvèdre. Dans la même foulée, le cépage de la syrah s’est aussi démarqué du lot. Les bouteilles sont vendues en quantité dans la région et s’exportent au-delà des frontières françaises et dans toute l’Europe.

Cabrières

 

 

 Cabrières : bon rosé fruité et nerveux de l’Hérault.

 Clairette-du-Languedoc

 

 

 Clairette-du-Languedoc : vin blanc « tranquille » de l’Hérault, de cépage clairette.

Collioure

 

 

 

Collioure : vins blancs ou rouges de soleil issus de grenache noir, blanc et gris. Leur terroir est celui du banyuls.

Corbières

 

 

 

Corbières : le 4e vignoble français d’appellation contrôlée est un monde à lui seul. Les hautes Corbières donnent les vins les plus corsés, souvent élevés en barriques. En montagne d’Alaric, ils sont plus frais, acides et parfumés. Les Corbières maritimes font dans le goût primeur, assez velouté. Et les Corbières centrales mixent ces influences.

ENTREES :

 

 

 

Des recettes méditerranéennes, catalanes, occitanes ou cévenoles pour découvrir la richesse de la gastronomie et du terroir du Languedoc-Roussillon.

Aïgo boulido

 

 

 

 

  

Littéralement “eau bouillie”, ce bouillon provençal est exclusivement préparé à base d’ail, de thym, de sauge et d’eau, le tout bouilli.

Bénéficiez de ces bienfaits non négligeables sur l’organisme grâce à ses vertus digestives et diététiques notamment au niveau du foie.

C’est l’idéal pour une cure détox d’après-fête ou simplement de temps en temps pour se détoxifier.

Agrémenté d’huile d’olive et de petits croûtons frottés à l’ail, vous pouvez y ajouter également du vermicelle.

 L’Aïgo Boulido entrait selon certaines sources dans la composition du repas maigre de Noël (Le Gros Souper), c’est une sorte de tourin à l’ail.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : eau salée, gousses d’ail, branchette de sauge, sel, poivre, huile d’olive, Gruyère râpé dans les assiettes, croûtons frottés d’ail…

 

Anchois à la catalane

 

 

 

 

 

Tout bon catalan (d’origines ou d’adoption) qui se respecte raffole des anchois à la catalane (Anxoves català) un plat typique d’aqui ! Pour vous, voilà une recette succulente à partir d’ingrédients locaux et de qualité… Approchez, humez…

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : anchois de Collioure (Roque ou Desclaux), poivrons rouges, huile d’olive artisanale catalane, vinaigre de Banyuls, oeufs, gousses ail, persil…  

 

 Cargolade 

 

 

 

 

Il s’agit d’une recette d’escargots grillés au feu de bois originaire de Catalogne. Les escargots sont grillés sur la braise tout entiers dans leur coquille. C’est le plat convivial par excellence, car traditionnellement, les invités vont et viennent autour du barbecue pour venir piocher leurs escargots.

Idéalement, les escargots sont cuits sur des braises de sarments de vigne, un bois beaucoup plus parfumé et savoureux que le charbon.

Une tradition plus qu’une recette, la cargolade se déguste debout autour de la grille. En Catalogne, c’est un moment convivial et festif.

C’est un apéritif qui souvent accompagne une grillade. Les escargots sont  grillés accompagnés de pain, aiòli et persil.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : escargots, ailloli, sel, poivre…

Galette d’anchois en cru et cuit à l’huile d’olive de Bize

 

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : filets d’anchois, poivrons rouges, aubergines, fleur de sel, piment d’espelette, huile d’olive, vinaigre balsamique, mesclun…

Escargots à la languedocienne

 

 

 

 

Les escargots sont mijotés dans une sauce à base de jambon, vert de bette, noix, ail et persil.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : escargots, anchois frais, jambon cru, cerneaux de noix, tomates mûres, persil, ail, thym, laurier, huile d’olive, sel et poivre…

 

Foie gras sur pain d’épices avec confiture d’oignons,

figues et pommes

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : foie de canard, oignon, pomme, figues, beurre, miel, tranches de pain d’épice…

                

Ollada

 

 

 

 

 

La recette de l’Ollada ben porcajada (bien garnie de viandes de porc) ! Jadis, aux premiers frimas, dans nos campagnes, c’était le plat rustique quotidien… Aujourd’hui, enrichie, l’ollada est devenue le plat emblématique de la gastronomie catalane. Humm ! Ce plat mijoté exhale des fumets extraordinaires, un véritable opéra de senteurs sublimées par une symphonie de saveurs en bouche ! Bien sûr, cuisiner l’ollada, nécessite temps, patience et générosité… En revanche, elle prépare à des moments partagés de bonheur ! Ainsi, sa seule évocation ouvre les promesses de belles assurances de toujours régaler vos convives, de rassembler de joyeuses tablées ou d’inviter à la complicité un tête à tête intime et gourmand…

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : petites palettes de porc, petit jarret de porc, ventrèche de porc, boudins noirs catalans,  joues de porc,  garró de jambon de montagne à l’os bien rance, morceau de carn de perol, morceau de sagi (saindoux rance), carottes, poireaux, petit chou vert bien pommé, petits navets ronds, oignon piquet de  clous de girofle, branche de céleri, conserve haricots blancs au naturel, pommes de terre moyennes, gousses d’ail, bouquet garni, poivre…

Omelette de Pâques

 

 

 

 

Une tradition catalane : l’omelette de Pâques. Une omelette très riche avec de la poitrine de porc, du boudins noir, de la saucisse fraîche catalane, des artichauts, des oignons et des asperges vertes.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : 6 œufs, 1 tranche de poitrine de porc salée et séchée, 2 boudins noirs
300 g environ de saucisse fraîche catalane, 3 artichauts violets poivrade du Roussillon tournés et émincés, 2 oignons tendres, 3 asperges vertes, 3 càs d’huile d’olive, persil

Petits pâtés de Pézenas

 

 

 

 

 

Les Petits pâtés de Pézenas, ville historique de l’Hérault, sont une préparation charcutière sucrée-salée proche dans sa forme du petit pâté nîmois. Ils ont été apportés au milieu du XVIIIème siècle par des cuisiniers indiens de passage à Pézenas. Ils se consomment réchauffés en début de repas, et s’accompagnent d’un vin blanc sec ou doux.

Le petit pâté de Pézenas est une spécialité culinaire de la ville de Pézenas, dans le sud de la France. Une confrérie, La très noble et très gourmande confrérie du petit pâté de Pézenas, créée en 1991, veille à sa promotion et à défendre cette recette « exotique ».

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :

Pâte brisée : farine, beurre, jaunes d’oeufs, eau, sel fin…
Farce : épaule d’agneau désossée, raisins secs, saindoux, gros citron, sucre cassonade, sel fin, poivre blanc moulu, cannelle moulue,  cumin moulu, noix de muscade râpée…
Dorure : oeuf, eau…

Potage printanier à l’Albigeoise

 

 

 

 

On fait ce potage (apéritif et rafraîchissant) avec des navets, des raves, des poireaux, du céleri et des tomates. Prenez un ou deux de ces légumes suivant leur grosseur et la quantité du potage que vous voulez faire ; après les avoir épluchés et lavés vous les coupez en tranches minces. Mettez dans une casserole sur le feu avec 2 cuillerées à table de beurre ou de graisse quelques lardons de lard frais, de bacon ou de jambon ; quand le bacon a rendu le jus, vous ajoutez les légumes, faites-leur prendre couleur et mouillez avec l’eau bouillante nécessaire pour votre potage ; ajoutez un peu de sel, deux clous de girofle et laissez cuire à petit feu. Passez le tout avec pression à travers une passoire, remettez le bouillon sur le feu et vous ajoutez soit du vermicelle, du riz, ou des pâtes d’Italie, à votre goût ; on peut aussi le faire avec du pain. Si on a des os ou des débris de viande on les ajoute aux légumes, le potage n’en est que meilleur.

 

Salade d’artichauts au foie sec

 

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : artichauts du moment ( petits et violets c’est mieux) émincés ,
Foie de porc sec en petits cubes ,
Huile d’olive et un peu de vinaigre de vin ,
Un œuf dur : mouliné, haché , et mélangé avec le tour de main de celle ou de celui qui le fait.

Salade aux chèvres chauds de la vallée de Combebelle

 

 

 

 

Mesclun (assortiment de salades variées à l’huile d’olive, croûtons à l’ail, lardons,…)

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : chèvres chauds de la vallée de Combebelle sur toasts, miel d’acacia, figues, tomates, noix, sucrine, vinaigrette, huile basilic, ciboulette. 

 

Soupe aux baraquets

 

 

 

Les baraquets désignent les haricots verts charnus  dans le Languedoc. …

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : haricots verts, gros oignons, grosses tomates coupées en 4, gousses d’ail,  courgettes moyennes, tomate moyenne…

Tapas catalanes

 

 

 

On découvre les spécialités catalanes à travers différents tapas comme : pain à la tomate, patatas bravas, granité de basilic et tomates confites…

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : tomates, tranches de jambon cru, gousses d’ail, caillé de brebis, huile d’olive, tranches de pain, poivre du moulin…

Tarte fine de filets de sardines et de tomates séchées

au parfum de basilic

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : 1 pâte feuilletée pur beurre,  tomates séchées,  beau bouquet de basilic, thym frais, concentré de tomate, huile d’olive, filets de sardines fraîches, sel et poivre

 

Tielle sétoise 

 

 

 

 

 

La tielle, ou tielle à la sétoise, et Tièla en occitan, est une spécialité culinaire française de la ville de Sète, dans l’Hérault. Il s’agit d’une sorte de tourte garnie de poulpe ou d’autres fruits de mer

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :

Pour la pâte : 400 de farine, 10 g de levure de boulangerie fraîche (ou un sachet), 1 cuillère à café de paprika en poudre, 1 cuillère à soupe de concentré de tomate, 10 cl d’huile d’olive, 7 cl de vin blanc doux ou moelleux (idéalement du Muscat), 7 cl d’eau tiède (25°), 7 g de sel fin…

Pour le ragoût de poulpe : 1 kg de poulpe (soit des petits soit un grand nettoyé et vidé), 15 cl de fumet de poisson, 15 cl de vin blanc doux ou moelleux (idéalement du Muscat)1 boite de tomates concassées en dés (de préférence de la marque Mutti), 2 cuillères à soupe de concentré de tomate, 1 gros oignon,4 gousses d’ail, 1 cuillère à café de piment doux en poudre, Facultatif : piment de cayenne pour ceux qui aiment piquant, 1 dosette de safran ou une dizaine de filaments, 1 bouquet garni (ou 1/2 cube à dissoudre), 1 pincée de sucre, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive…

 

PRODUITS CHARCUTIERS :

 

 

 

 

 

 

 

Á l’ouest du Languedoc Roussillon, non loin de la vallée de l’Aude, la montagne Noire s’étend presque de Castres à Camarès en incorporant les Monts de Lacaune et de l’Espinouse. Profitant d’un climat sec et frais, la salaison (technique de conservation avec le sel) est encore très utilisée, les artisans charcutiers sont donc très nombreux.
Les élevages d’ovins et de bovins, se veulent non seulement traditionnels mais aussi qualitatifs grâce aux races bovines rustiques que l’on connaît sous le nom de Fleur d’Aubrac.

Boudin catalan 

 

 Le boudin catalan (butifarra) se compose de viande hachée de porc. En réalité, c’est un mélange de lard et de sang, …

Fetge 

 

 

 

Le fetge est un foie de porc salé et séché. C’est une spécialité de la région d’Albi dans le sud de la France. Ce mot signifie « foie » en occitan.

Le fetge a la taille du foie de porc entier. Il mesure vingt centimètres de long, de forme ovale et régulière. Sa couleur est d’un pourpre très sombre, presque noir. Son goût est prononcé, marqué par le sel.

Le fetge est fabriqué en faisant égoutter le foie avant de le tremper quelques jours dans du sel. Il est essuyé et ensaché dans un voile ou du boyau de porc et mis à sécher deux mois. Il peut aussi être fumé dans la cheminée.

Jambon de Cerdagne

 

 

 

 

Le jambon fait partie de la gastronomie française. C’est un mets connu de tous, qui peut prendre de nombreuses formes. Nous connaissons ce produit, ses goûts, mais son histoire reste plus mystérieuse.
Le jambon de Cerdagne ou Gambajo est situé dans les Pyrénées, ce jambon est reconnu et apprécié depuis l’époque des Romains.
C’est un jambon montagnard, séché à l’air libre pendant 10 mois. Il est frotté au sel deux fois puis brossé au poivre. Cette recette, lui donne cet arôme salé, épicé très traditionnel.

Rayolette ou saucisse d’Anduze

 

 

 

 La rayolette ou saucisse d’Anduze une longue saucisse (une quarantaine de centimètres) à base exclusivement de porc, sèche (repliée en deux parties égales jointes par une ficelle) ou fraîche. Grisée sur le dessus lorsque sèche, elle présente une tranche rosâtre avec des points blancs de gras.

Sa fabrication requiert du maigre et du gras de porc, salés puis laissés au repos 2 ou 3 jours (pour la saucisse sèche). Le maigre, haché grossièrement, et le gras, coupé en mini-cubes, seront mélangés, salés, poivrés, parfois épicés ou rehaussés de quelques gouttes d’alcool. La mêlée sera embossée dans un boyau, puis placée en cave (dans le cas de la saucisse sèche) pour y sécher 3 semaines (pour les demi-sèches) à 2 mois.

Cette délicieuse saucisse sèche se déguste en rondelles, accompagnée de cornichons ou de beurre. Fraîches ou demi-sèches, les saucisses d’Anduze peuvent se faire griller ou se cuire, accompagnées de légumes, de pommes de terre, de riz.

Saucisson d’Arles

 

 

 

 

Ce saucisson contient 3 viandes différentes : du maigre de porc, du maigre de boeuf et du lard. Cette composition permet d’avoir un saucisson relativement sec dont les arômes se concentrent au cours de l’affinage en cave. Sûrement l’un des meilleurs saucissons que j’ai pu goûter en France.Les traditions locales affirment que ce saucisson contenait à l’origine de la viande d’âne. Or, aucun écrit n’atteste de la véracité de cette croyance locale. Si l’on en croit plutôt les textes, le saucisson d’Arles serait né au XVIIème siècle à Arles de la déclinaison d’une recette de saucisson sec venu de Bologne en Italie (appelé Sosisol). On pense alors que ce saucisson était à l’origine composée uniquement d’un mélange de viandes de porc et de boeuf. Si ce saucisson est bien né à Arles, il faut savoir que seule sa recette est codifiée et qu’il ne bénéficie pas d’une AOP ou d’un IGP encadrant sa zone de fabrication. Cela signifie que la mention “saucisson d’Arles” n’implique pas que ce dernier soit produit dans cette ville. A Arles, la maison Genin est le seul producteur de saucissons d’Arles de la ville.

 

PLATS : 

 

 

 

La gastronomie du Languedoc se caractérise par ses saveurs uniques et ces plats raffinés.

Poissons et crustacés :

 

 

 

La mer Méditerranée ravit les amoureux de poissons tout le long de l’année. Avec ses 275 km de côtes le Languedoc Roussillon possède le premier port de pêche de la Méditerranée française : Sète. La région méditerranéenne est principalement connue grâce au loup, au thon rouge, le rouget vendu directement au consommateur, au restaurateur mais aussi aux transformateurs de produits qui élaborent la fameuse brandade de Nîmes, rouille sétoise et l’anchois de Collioure.

Bourride de baudroie de Sète

 

 

 

 

La bourride à la sétoise est souvent comparée, à tort, à la bouillabaisse marseillaise. Toutes 2, spécialités de la mer, elles diffèrent pourtant.

La traditionnelle bourride de Sète, autrement appelée à juste titre « bourride de baudroie », se prépare avec de la lotte. A la rigueur, on saurait tolérer un autre poisson blanc. Mais, sacrilège, si vous y glissiez un malheureux poisson de roche.

Accompagnée de légumes émincés, le tout lié avec un généreux aïoli, c’est une recette ultra goûteuse et gourmande.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  queue de lotte, blancs de poireaux, oignon, carottes, pommes de terre, branche de céleri, gousse d’ail, vin blanc, aïoli, sel et poivre…

Brandade de Nîmes

 

 

 

La Brandade de morue (Brandade de Nîmes quand elle est fabriquée dans cette ville) est une pâte de couleur blanche composée de morue, d’huile d’olive et de lait. Réalisée comme une purée avec de la morue détendue avec du lait et de l’huile d’olive, la brande de Nîmes est un plat typique de la gastronomie française. Dans cette recette traditionnelle, elle est servie avec des pommes de terre pour un repas complet et généreux.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : morue dessalée, petites pommes de terre rattes, lait, huile d’olive, ciboulette ciselée, sel, poivre…

 

Bullinada 

 

 

 

 

La bullinada est l’un des plats emblématiques du Pays Catalan ! Ce plat dels pescaires dels estanys (des pêcheurs des étangs) est traditionnellement préparé avec des anguilles ou des poissons au rebut. Comme il est quasi impossible de nos jours de se procurer des anguilles il est donc nécessaire de les remplacer par des poissons variés de roche et de pleine mer. (baudroie, merlan, grondin, rouget, vives…) et des fruits de mer (moules, coques, palourdes….) cuits dans une sauce blanche à base de pommes de terre, légèrement pimentée et safranée. C’est sa cuisson à gros bouillon qui révèle à ce plat son goût si particulier d’où sa dénomination bullinada !

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : poissons de Méditerranée selon les arrivages de pêche parmi : rascasse, grondin, rouget, merlan, baudroie (lotte) congre, vives…, têtes d’ail, pommes de terre de Cerdagne, moules d’Espagne, palourdes, vin blanc, safran en poudre, piment moulu, saindoux, farine, huile d’olive…

 

 Civet de lotte camarguaise

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont tranches de lotte…
Pour la sauce : huile d’arachide, cognac, ventrèche demi-sel découpée en petits dès, gros oignon, gousses d’ail, concentré de tomate, farine, vin rancio, bouquet garni…

Crépinettes de truite fourrée à la reinette du Vigan et à la noisette

 

 

 

 

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :   truite, reinette du Vigan, morilles, crépine de porc, beurre, cube de fumet de poisson, pousses d’épinards, noisettes, crème fraîche 15%, origan, cerfeuil, huile de noisette, sel poivre…

Daurade farcie à la languedocienne 

 

 

 

 

La daurade farcie à la languedocienne est un plat originaire de la région du Languedoc-Roussillon. C’est une grande spécialité française !
C’est un plat que l’on consomme de préférence de septembre à mars mais il n’est pas rare de le voir dans nos assiettes le reste de l’année.

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  daurade, tomates rouges, champignon de paris, vin blanc, oignons jaunes, citron jaune, crevettes grises, pain blanc, beurre, huile, branches de persil…

Llagostada ou civet de langoustes à la catalane

 

 

 

 

 

Le civet de langouste est un mets traditionnel de la Catalogne française (Collioure, Vallespir, Conflent, etc.), cuisiné au vin doux naturel de Banyuls.

La llagostada, nom catalan du civet de langouste, est sur toutes les tables de la Côte Vermeille, le 15 août.

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont langoustes vivantes, huile d’olive fruitée , beurre fin, sofregit (Le sofregit, ou sofrit, ou salsa de tomàquet dans la cuisine catalane, est une sauce chaude à base de tomates râpées et d’oignons revenus dans l’huile d’olive. Elle se mange avec viande, poisson, fruits de mer, pâtes, riz, légumes, etc. Typiquement, on y ajoute une picada vers la fin de la cuisson), gros oignons jaunes hachés, échalotes hachées, gousses d’ail, persil plat ciselé, carottes émincées, grosse tomate mûre pelée, épépinée et concassée, jambon cru de montagne découenné et coupé en dés, bouquet garni : thym, laurier, céleri, romarin,  cognac ou d’eau-de-vie de marc, bon vin rancio sec de Banyuls, farine tamisée, fumet de poisson, sel, Cayenne, poivre noir au moulin…

 

Morue à la catalane

 

 

 

 

 

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : morue un peu épaisse mise à tremper la veille pour le lendemain midi, découpée en morceaux réguliers, essorée et enfarinée, huile d’olive, gros oignon finement haché, grosses tomates mûres pelées, partagées en 2 et épépinées, 2 gros poivrons rouges ébouillantés, pelés, fendus en 4 et égrenés, gousses d’ail pilées, bouquet garni (thym, laurier), sel ,poivre noir, belles tranches de pain grillé frotté à l’ail…

Moules de Bouzigues farcies au beurre d’escargot

 

 

 

 

Une délicieuse façon de déguster les moules de Bouzigues et d’apprécier leur chair généreuse à la saveur si particulière idéalement rehaussée par le beurre d’escargot. Une entrée ou un tapas aussi bon qu’original.

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : moules, beurre, oignon moyen, tête d’ail, botte de persil, chapelure…

Moules à la brasucado

 

 

 

 

 

Une brasucade, c’est le plat de moules qu’il faut déguster si vous êtes en bord de mer dans l’Hérault, à Montpellier et ses alentours. Elles sont cuites sur le feu et arrosées d’une marinade. Un plat que l’on mange en plein air avec l’arrivée des beaux jours. L’idéal si vous êtes à Montpellier est de faire quelques kilomètres jusqu’à l’étang de Thau, là où sont cultivées les moules de Bouzigues : des moules bien charnues, à la chair jaune-orangée bien vive et au goût très iodé.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : moules de Bouzigues, huile d’olive, petits piments, grains de poivre, grains de coriandre, branche de fenouil…

 

Pinyata de Collioure

 

 

 

 

La pinyata de Collioure ou pignata de Collioure est une recette de cuisine de tradition roussillonnaise à base de fruits de mer.

En Roussillon la pinyata traduit une forme de Bouillabaisse. Les pêcheurs de Collioure la consommaient parfois sur la barque même. Toute sorte de poisson de roche y étaient cuisinés et leur nombre très important, comme les pignons d’une pomme de pin d’où son nom!

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : petits poulpes, crabes, langoustines, poissons de roche : rougets, rascasse, girelle, murène…,  tomates mûres, pelées et concassées, gousses d’ail pilées, huile d’olive, farine, sel, poivre…

 

Rouille de seiches à la sétoise

 

 

 

 

 

La rouille de seiche se sert toujours avec un aïoli maison : écraser l’ail si possible dans un mortier jusqu’à obtenir une pommade bien lisse. 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont seiches, oignons émincés, vin blanc, coulis de tomates, concentré de tomates, gousses d’ail hachées, feuilles de laurier, thym frais, huile d’olive, poivre, sel, safran, piment…
Aïoli : œuf,  gousses d’ail dégermées, huile d’olive, poivre, sel…

Soupe rouge de Sète

 

 

 

 

 

La soupe rouge de Sète est une soupe de poissons est une spécialité de la ville.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : poissons variés (rascasse, vive, Saint-Pierre, congre, daurade merlan lotte grondin), gafouilles ((petits crabes d’étang)), oignon, blancs de poireaux,  branches de céleri, tête d’ail, concentré de tomate, huile d’olive , safran, bouquet garni (persil, thym laurier), sel, poivre, baguette coupée en tranches, aiòli safrané, fromage râpé…

Tripes de thon au vin blanc 

 

 

 

Voici une surprenante recette confectionnée dans la région de Palavas.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  estomacs de thon rouge vidés, rincés et brossés à l’eau vinaigrée, gros oignon blanc, gousses d’ail, brins de persil, feuilles de laurier, bouteille de vin blanc, coulis de tomate, graines de fenouil, huile d’olive…

VIANDES :

 

 

Parmi les spécialités, on se régale de boles de Picolat, des boulettes de viande mijotées dans une sauce épaisse et parfumée, d’ollada (prononcez « ouillade »), potée de porc et légumes, bien roborative… ou encore de fuet, fine saucisse sèche qui se laisse croquer comme un sucre d’orge.

Boles de picolat

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Boles de Picolat”, on écrit aussi Picoulat ou bien en français “boules de Picoulat“ ou “Boulettes de viande à la catalane“ est une spécialité du Roussillon. Ce sont des boulettes de viande (porc, veau et bœuf) à la sauce tomate appelée “sofregit“ et accompagnées traditionnellement avec des haricots blancs mongetes ou des pommes de terre. C’est un plat rustique emblématique de la gastronomie populaire catalane. Il est nourrissant et possède l’avantage de pouvoir se préparer la veille.

Comme pour le couscous, il y a autant de recettes que de villages, voire de familles, mais toutes sont basées sur la recette traditionnelle que je vous dévoile ci-après. On y trouve 2 ou 3 viandes, le plus souvent c’est 3 : bœuf, veau, porc. C’est un plat familial et convivial que l’on aime partager lors de réunions en groupe.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  gros oignon haché, huile d’olive, tranches de poitrine de porc poivrée (ventrèche), découpées en lardons, noix de sagí (panne de porc rance), farine (ou de fécule de maïs si problème avec le gluten), vin rouge de Côtes du Roussillon, poivre, cannelle en poudre,  piment doux d’Espelette, belles tomates, bouquet garni (thym + laurier), boite d’olives vertes régionales, cèpes séchés, vin rancio, eau, couennes de jambon sec, carotte coupée en mirepoix, concentré de tomate, pignons de pin…

Brouffade nîmois

 

 

 

 

La broufade, ou broufado en provençal, est un mets spécifique aux mariniers du Rhône d’Arles qu’ils consommaient dans leur barque.

C’est un ragoût de bœuf, longuement mijoté entre trois et quatre heures, dans la garniture duquel entrent anchois, ail, oignons, câpres et huile d’olive. Il est traditionnellement accompagné de pommes de terre, de carottes, de tomates et de riz.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : tranches de bœuf, de préférence coupées dans le biais des fibres, larges et minces, dans un morceau tendre et moelleux mais pouvant supporter une longue cuisson douce, huile d’olive, gousses d’ail, poivre concassé, bouquet : branche de thym, feuille de laurier, clous de girofle, branches de persil, oignons, sel, vinaigre de vin, farine, câpres, filets d’anchois…

Cassoulet de Castelnaudary

 

 

 

 

 

 

Le cassoulet de Castelnaudary est l’une des recettes artisanales les plus prisées de la région du Sud-Ouest. Ses origines remontent à la guerre de Cent Ans (1337-1453). Elle a été cuisinée pour la première fois par les habitants de Castelnaudary durant le siège de la ville par les Anglais. Le Moulin d’Arius perpétue la tradition française à travers cette spécialité typique du terroir français.

Les habitants de Castelnaudary ont créé ce plat, pour nourrir les soldats, à partir des provisions qu’ils leur restaient. À l’époque, ce plat se composait de fèves, de lard, de carottes, de saucisses et de morceaux de viande.

La recette a ensuite été modifiée au cours du temps pour donner le cassoulet de Castelnaudary que l’on connait aujourd’hui. Il est fait de haricots blancs du Lauragais qui sont préparés de manière à fondre dans la bouche, et de morceaux de viande.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : haricots lingots secs (de Castelnaudary de préférence), cuisses de canard ou d’oie confites coupées en 2, viande de porc pris dans le jarret, l’épaule ou la poitrine, saucisse pur porc de Toulouse, couenne de porc, gousses d’ail, lardons, sel, poivre…

Pour le bouillon : carcasse de poulet ou des os de porc, sinon utiliser des bouillons cubes de volaille, oignons, carottes, feuille de laurier…

Epaule d’agneau en civet

 

 

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : collier d’agneau, carottes, oignons, gousses d’échalote, gousses d’ail, huile d’olive, beurre, farine, grains de poivre, bouquet garni, bouteille de vin rouge, sel…

Macaronade sétoise

 

 

 

 

Si il est un plat emblématique et représentatif de la tradition Sétoise c’est bien la macaronade que l’on mange à Sète.

Pas un tournoi de joutes ne se déroule sans elle, aux fêtes de la Saint-Louis et de la Saint-Pierre, c’est une star…

On la mange en famille le dimanche, on la mange à la baraquette, elle perpétue et symbolise les repas de fêtes entre amis.

Ce sont sans conteste les italiens qui ont apporté le terme « maccheronata  » à Sète.

Ils apportaient avec eux leurs traditions, la culturelle de la pâte, et le mot « macaronade », qui fut l’embryon de la recette élaborée au fil du temps dans la communauté italo/sétoise.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :

Pour les brageoles : paleron de boeuf, tranches fines de poitrine de porc demi-sel, gousses d’ail, persil…
Autres viandes : côtes de porc, saucisses de Toulouse…
Pour le macaronade : petits oignons jaunes, clous de girofle, feuilles de laurier, concentré de tomate double, vin rouge, Penne Regate, parmesan, pecorino romano, sel, poivre, sucre…

Maôche

 

 

 

 

 

 

 

La Maôche, un délicieux plat de terroir d’Ardèche à base de choux, de chair à saucisse, d’oignons… C’est l’un des plats régionaux les plus appréciés. Si vous êtes curieux de découvrir comment préparer cette recette ancestrale et de la servir à vos invités, alors cet article est fait pour vous !

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : estomac de porc, chair à saucisse, poitrine fraîche coupés en dés, lard gras, choux verts frisés, pruneaux, gros oignons, gousses d’ail, sarriette, thym, laurier, sel, poivre…

Pot-au-feu albigeois 

 

 

 

 

 

 

 

Le pot-au-feu albigeois est un pot-au-feu originaire du département français du Tarn.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : haricots blancs préalablement trempés, pommes de terre, carottes, poireaux, navets, ½ pied de céleri, gousses d’ail, paleron de bœuf, jarret de veau, tranche de petit salé, cuisse d’oie confite, saucisson à cuire,  oignon, clou de girofle, bouquet garni, thym, sel, poivre…

Pouteille

 

 

 

 

 

La pouteille est une spécialité culinaire traditionnelle lozérienne, liée plus particulièrement au village de La Canourgue.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : boeuf à braiser, oignons, gousses d’ail, pieds de porc, carottes, farine, vin rouge, bouquet garni (thym, laurier persil), pommes de terre, poivre du moulin, persil plat, huile d’olive…

 

Ragoût d’escoubilles

 

 

 

 

 

Le ragoût d’escoubilles (« les restes » en occitan) : se fait encore dans les vieilles familles et chez quelques restaurateurs et traiteurs de la région de Clermont-l’Hérault, Lodève et Saint-Guilhem-le-Désert. La recette de base est simple : il suffit de rassembler les restes de saucisse, viande de porc ou de veau, quelques carottes, une branche de l’indispensable céleri, quelques olives vertes, quelques champignons secs, pour arriver à un « ragoût » que l’on mangera accompagné de pommes de terre ou fourré dans une croustade. Un plat fameux à accompagner d’un vin rouge, qui fleure bon cette terre entre causses et vallées de l’Hérault révélant quelques splendeurs…

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : ailes et pilons de poulet, palette de porc (avec l’os, ça donne plus de goût),  gésiers et de foies de volaille (ou autres abats, tous les trucs un peu minables et inutilisables en fait…), viande hachée, gros oignons, carottes, bouquet de céleri branche, pommes de terre, concentré de tomate, cèpes séchés, olives noires et olives vertes du pays, huile d’olive, sel, poivre…

Estofat de bœuf

 

 

 

 

 

Ce savoureux mijoté distille de sublimes parfums familiers qui nous relient à nos jeunes années. Ces fumets s’échappent de la cuisine pour s’évader, s’épancher, dans toutes les autres pièces… Et si cette authentique cuisine d’antan, faisait un surprenant retour dans notre quotidien. 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : bœuf : collier + paleron, tranches de poitrine poivrée, farine, huile d’olive, champignons secs, champignons frais de souche, pommes de terre, carottes du Pays, gousses d’ail, oignons moyens hachés, tomate mûre, rancio ou (rivesaltes ambré ou vieux banyuls), vin rouge corsé du Roussillon, eau chaude, fonds de veau , zeste d’orange, laurier, thym, cannelle en poudre, muscade, cognac…

Freginat de baixas

 

 

 

 

 

 

 

Ce plat typique traditionnel Catalan très ancien est tombé au fil du temps en désuétude jusqu’à l’oubli pour réapparaître dans les foyers de quelques familles catalanes du Roussillon. C’est ainsi qu’aux débuts du 20ème siècle, le freginat devenu emblématique du petit village de Baixas, était cuisiné avec du chevreau. Au fil, des années, des opportunités, cette viande caprine fut remplacée par de l’agneau, du sanglier, du cochon, du bœuf.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : entrecôte ou filet de bœuf, tomates mûres du Roussillon (en saison) ou boite tomate au jus (hors saison), oignon rouge de Toulouges, gousses d’ail violet, huile d’olive du Pays, sagi (saindoux rance), sel, poivre, vin Rancio ou de Rivesaltes…

Fricassée de porc de Limoux

 

 

 

 

 

 

Spécialité culinaire de Limoux à base de viandes de porc et d’abats, se sert avec des haricots blancs . 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : porc, foie, rognons, jambon, couenne, oignon, gousses d’ail, vin blanc sec, vinaigre de vin, petite boîte de concentré de tomates, persil, thym, laurier, cornichons, haricot…

Filet de taureau à la Saint-Gilloise

 

 

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :tournedos (de filet de taureau), parure et os, oignons, carottes, vert de poireaux, bouquet garni, huile d’olive, filets d’anchois, olives noires dénoyautées, vin rouge de Nîmes, farine, poivre… 

Gardiane de taureau

 

 

 

 

Une gardiane ou gardianne ou daube camarguaise et Gardiana de buòu en occitan, est une spécialité culinaire traditionnelle de la cuisine arlésienne et camarguaise, à base de viande de taureau de Camargue, d’olives, et de vin rouge du vignoble camarguais.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : viande de taureau Camargue A.O.C, pas de morceaux privilégiés, mais recherchez néanmoins un mélange entrelardé, maigre et gélatineux si possible, pris dans le collier, la joue, la pointe de la culotte ou de la tranche, feuilles de laurier, branches de thym, morceau de peau d’orange séchée, sel, poivre et vinaigre (pour la marinade), gousse d’ail (à réserver pour le lendemain), oignons, 1 bouteille d’un bon vin corsé (Corbières ou Costières de Nîmes ou encore Côtes du Rhône Gardoises, par exemple). Le choix du vin est important car la viande de taureau est serrée, forte sans excès, et très goûteuse.

Ragoût de veau aux olives

 

 

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : sauté de veau, gousse d’ail,  olives vertes, olives noires, concentré de tomate, branches de thym, branche de romarin, huile d’olive, sel, poivre…

Trinxat cerdan

 

 

 

 

 

 

Le trinxat de la Cerdanya est devenu populaire dans toute la Catalogne, surtout dans les régions montagneuses, du Pallars à l’Empordà, en passant par la Garrotxa, le Ripollès et le Berguedà, entre autres.

Le trinxat de la Cerdanya est devenu populaire dans toute la Catalogne, surtout dans les régions montagneuses, du Pallars à l’Empordà, en passant par la Garrotxa, le Ripollès et le Berguedà, entre autres.

La différence réside, cependant, dans le type de chou. En Cerdanya, celui qui est utilisé n’a pas de cœur, que des feuilles. Il est très aromatique et savoureux.

Même comme cela, il peut être remplacé par du chou d’hiver à cœur. Le trinxat de la Cerdanya se fait habituellement avec du lard gras, mais on peut aussi utiliser du lard maigre.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : chou vert, courgettes, pommes de terre (de la Ratte, Monolisa ou Charlotte), huile d’olive, gousses d’ail, tranches de ventrèche, saucisse, pâte brisée…

 LEGUMES :

Les légumes d’Occitanie Tellement savoureux.

Aligot de l’Aubrac

 

 

 

 

 L’aligot est une spécialité de l’Aubrac réalisée à base de pommes de terre et de tome fraîche. Chaque famille a sa propre recette jalousement gardée.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : pommes de terre, beurre, crème fraîche, tome fraîche de l’Aubrac coupée en lamelles, sel et poivre, gousse d’ail…

Flèque

 

 

 

 

 

La flèque est un plat de pommes de terre mijotées au vin blanc.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : échalotes, vin blanc, huile d’olive, pommes de terre, carottes, saucisses, thym, laurier, sel et poivre.

 

Gratin languedocien

 

 

 

 

 

Il s’agit d’un gratin d’aubergines à la tomate et au fromage de chèvre à réaliser tout au long de l’année,

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  tomates, oignons, aubergines, courgettes, fromage de chèvre, gousse d’ail, crème fraîche, huile d’olive, sel, poivre…

SAUCES :

Ailloli

 

 

 

 

 

 

 

L’aïoli , du provençal moderne alhòli ou aiòli, de alh ou aiet, « ail », et òli, « huile », est une sauce à base, à l’origine, d’émulsion d’ail et d’huile d’olive, très courante sur la rive nord de la Méditerranée, de l’Andalousie jusqu’au Comté de Nice, en passant par la Communauté valencienne, la Catalogne, ..

Anchoyade au gros sel

 

 

 

 

 

Une crème très savoureuse à déguster à petites doses sur du pain, avec des crudités, en accompagnement de salade ou de légumes rôtis. Toute la saveur et le caractère de la Méditerranée concentrés !

Sauce ancestrale ainsi que vous pouvez l’imaginer, écrasée au mortier avec des ingrédients locaux et “pauvres” dont on retrouve aussi des traces au-delà de la Provence.

Beurre de Montpellier

 

 

 

 

 

Le beurre de Montpellier est un beurre composé qui est servi avec du poisson (loup, daurade,…), avec des crustacés ou des coquillages, un peu à l’instar du beurre  d’escargot pour les escargots de Bourgogne. Il se sert aussi avec de la viande comme le gigot d’agneau et la côte de veau.
Il est fait à partir des fines herbes vertes blanchies : du cerfeuil, de l’estragon, de la pimprenelle, de la ciboulette.

  Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :  beurre, oeuf, filets d’anchois à l’huile, cresson, feuilles d’épinard très jeune, ciboulette ciselée, persil plat ciselé, cerfeuil ciselé, estragon ciselé, gousses d’ail, huile d’olive, sel, poivre…

Sauce verte

 

 

 

 

La sauce verte est une famille de sauces à base d’une vinaigrette ou d’une mayonnaise et d’herbes potagères vertes dont certaines sont fixées dans la cuisine française comme la Rémoulade, la Ravigote…

Une sauce qui accompagne des pâtes mais aussi bien des poissons braisés, de la viande grillée, du poulet grillé ou pané et des crevettes sautées.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : oignons verts, persil chinois ou coriandre, bouquet de persil, poivrons, tête d’ail, piment en poudre, feuilles de menthe fraîche, sel chinois, arôme Maggi, huile, moutarde, sucre en poudre, sel…

Sofregit ou Sofrito, sauce traditionnelle Catalane

 

 

 

 

Le Sofregit (Sofrito en Espagne) est une des bases de la cuisine catalane. C’est une sauce épaisse et très parfumée à base de tomates, d’oignons et d’ail revenus dans l’huile d’olive (Sofregit veut dire faire revenir).
Utilisée comme sauce, elle accompagne idéalement le poisson, les moules, le riz ou les grillades de viande et volailles.
Le Sofregit entre également dans l’élaboration de nombreuses recettes catalanes traditionnelles, notamment des ragoûts de viandes comme les boles de picolat, les tripes catalanes et les plats de seiches ou de poissons.
On peut l’agrémenter de poivron, de jambon de pays et d’épices en fonction de la préparation souhaitée.
Cette recette était à la base de la cuisine catalane, et la sauce était préparée avant toute chose. Elle permettait d’agrémenter les différents plats et d’apporter la ration quotidienne de légumes.

Le sofregit relève parfaitement le riz et à accompagne merveille le poissons ou les grillades de poulet. On peut également déguster cette sauce froide en tapas (comme une sauce salsa) ou en tartines.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont tomates, oignons rouges, gousses d’ail, lardons, brins de persil, huile d’olive, poivre…

 

 FROMAGES :

 

 

 

 

En Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, vous trouverez les fromages de chèvre : le Cabécou, le Rocamadour, le Pélardon, qui rivalisent avec les fromages de brebis : le Roquefort, le Pérail, la Tome des Causses. Le Bleu des Causses est lui un fromage de vache.

Le pays cathare, marqué par son climat, produit autant de variétés que sa région de paysages. De la Lozère à Nîmes et des Cévennes à Laguiole, tommes, pélardon, persillés et chèvres traversent ce territoire du sud de la France.

 

 

Bleu des Causses

 

 

 

Le bleu des Causses est un fromage à pâte persillée produit en France au centre-sud du Massif central à partir de lait de vache. Il fait partie des fromages français bénéficiant d’une appellation d’origine contrôlée depuis 1953 et d’une appellation d’origine protégée depuis 1996.

Cabécou

 

 

 

Le cabécou est un fromage généralement de lait cru de chèvre originaire des régions du Massif central comme le Quercy, le Rouergue, la Haute-Auvergne, le Bas-Limousin et le Périgord. Il s’agit d’une appellation agricole. Sa meilleure période de consommation s’étend d’avril à août. 

 Pérail 

 

 

 

Pérail est une appellation d’origine commercialement non protégée pour un fromage français au lait de brebis, transformé dans l’ouest du Massif central méridional. On peut le classer dans les fromages à pâte molle et à croûte fleurie d’un poids approximatif de 150 grammes.

Pélardon

 

 

 

 

Le fromage de chèvre typique des Cévennes, fruit d’un savoir-faire ancestral est un fromage AOP de tradition.
Produit emblématique du terroir cévenol, le Pélardon est un petit fromage rond au lait cru de chèvre « d’un goût sec et piquant, propre aux Cévennes » (Frédéric MISTRAL).

Connu depuis des siècles dans les Cévennes, le Pélardon doit son originalité et sa saveur aux plantes aromatiques typiques de la garrigue que dégustent les chèvres pour produire un tel fromage.

Rocamadour 

 

 

 

 

 

Le rocamadour est un fromage français de chèvre au lait cru entier. Il appartient à la famille des cabécous. Il est ou a été aussi appelé « cabécou de Rocamadour ». Ce fromage au lait cru est produit dans le Quercy et l’appellation « rocamadour » seule est protégée grâce à une AOC depuis 1995

Roquefort

 

 

 

 

 

Le roquefort, ou ròcafòrt en occitan rouergat, est un fromage à pâte persillée élaboré dans le sud de la France exclusivement avec des laits crus de brebis. La meilleure période de consommation de ce fromage français s’étend de janvier à août.

Tomme des grands Causses

 

 

 

 

 

 

La tomme des grands causses est un fromage fermier au lait cru de brebis, à pâte pressée non cuite et à croûte naturelle. Il se présente sous la forme d’un grand cylindre de couleur sable et de poids environ 800gr.

DESSERTS :

 

 

 

 

 

Des recettes méditerranéennes, catalanes, occitanes ou cévenoles pour découvrir la richesse de la gastronomie et du terroir du Languedoc-Roussillon

Crème catalane brulée

 

 

 

La crème catalane brulée, est un dessert composé de jaunes d’œufs, de sucre.

La crème catalane est proche de la crème brûlée dans sa préparation et ces deux crèmes sont servies dans des ramequins avant d’être recouvertes puis brûlées au chalumeau sur le dessus.

La grande différence entre les deux crèmes réside dans le mode de cuisson : la crème brûlée est cuite directement dans son ramequin contrairement à la crème catalane qui est cuite directement à la casserole.

Dans cette recette, la cannelle et la badiane infusées dans le lait vont délicatement parfumer votre crème catalane et vous allez ainsi vous régaler à l’heure du dessert.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : lait, badiane, bâton de cannelle, jaunes d’œufs, sucre roux, maïzena…

Bras de gitan

 

 

 

 

 

 

Ce gâteau traditionnel des Pyrénées-Orientales est composé d’une génoise moelleuse roulée et fourrée d’une crème pâtissière légère et aérienne. Plusieurs versions existent pour expliquer l’origine et le nom de cette spécialité. La première raconte qu’au début du XIXe siècle, les chaudronniers, majoritairement d’origine gitane, proposaient leurs services dans les boulangeries-pâtisseries catalanes. Pour les remercier, il était de tradition de leur offrir les roulés invendus du jour. Certains pâtissiers auraient fait remarquer que ce gâteau allait bien au bras des gitans. C’est donc par sa forme rappelant un avant-bras et ce lien avec la communauté gitane que serait apparu le nom « bras de gitan ». Une autre version raconte que cette spécialité viendrait d’Espagne et qu’elle aurait été créée par le grand-oncle du dictateur Franco. Recette en poche, l’Andalou Don Enrique Franco Rey, serait parti à Mayagüez (Puerto Rico) pour y fonder la pâtisserie Franco et y faire fortune avec son fameux brazode Gitano. Même si son origine reste mystérieuse, une fois en bouche, vous n’aurez aucun mal à comprendre pourquoi cette pâtisserie est devenue si célèbre.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont

Biscuit roulé – génoise : sucre, farine, fécule de maïs type Maïzena, œufs, extrait de vanille…

Crème pâtissière : sucre, jaunes, fécule de maïs type Maïzena, lait, fruits confits, citron non traité pour ses zestes, sucre glace…

Bunyetes

 

 

 

 

 

Les bunyetes, ou bougnettes, sont des beignets légers et craquants, ronds, de la taille d’une assiette, saupoudrés de sucre. C’est une spécialité traditionnelle catalane du Roussillon, qui se déguste traditionnellement à Mardi gras ou à Pâques.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : farine, oeufs, levain de boulanger, beurre, sel, eau de fleur d’oranger, zestes de citron, sucre en poudre, huile…

Croustade languedocienne

 

 

 

 

 

 

Une croustade est une préparation culinaire de formes diverses et de tailles variables en pâte cuite au four, parfois frite, et garnie de préparations diverses, salées (volaille, légumes, fruits de mer…) ou sucrées (fruits, crème, chocolat…). Formée d’une croûte consistante et durcie à la cuisson comme la couche extérieure du pain, elle peut être réalisée en pâte feuilletée, pâte brisée, croûte de pain, et même en pâte de riz, de nouilles ou vermicelles, de pommes duchesse… Par métonymie, la croustade désigne aussi le mets, la préparation elle-même. De petite taille, elle prend le nom de « croustadine ». En français du Québec, le terme croustade est utilisé comme traduction de crumble.

Le nom provient de crostada (« croûte » dans les deux langues occitane et catalane). Son origine pourrait être arabe et ce furent les Morisques qui l’introduisirent dans les Pyrénées au Moyen Âge.

La croustade est très répandue dans la cuisine médiévale occitane et catalane. C’est une préparation pâtissière qui, dès l’origine, est réalisée en pâte feuilletée ou brisée. Celle-ci est travaillée pour former une timbale, ce réceptacle pouvant recevoir différentes garnitures. Celles-ci allaient de fruits frais ou cuits (pommes, poires, myrtilles, petits fruits rouges, etc.) suivant la saison, parfois trempés dans une liqueur ou un alcool du cru.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :

La pâte : farine tamisée type 45, jaune d’œuf, beurre doux, sel fin, pâte feuilletée maison ou du commerce…
La farce : amandes entières mondées, pommes, poires mures, sucre vanillé maison, rhum, sucre cassonade…

Millas

 

 

 

 

 

Le Millas est un gâteau très populaire en Ariège. Le millas vient de « milh » qui signifie Millet ! Normal, depuis l’antiquité il est préparé à base de farine de Millet, avant d’être remplacée par la farine de maïs dès son introduction en Europe.

Le millas, c’était la recette de l’époque des familles paysannes, qui tenait au corps et dont les éléments étaient peu chers, et faciles à trouver. Souvent, c’était le plat que l’on servait, salé, lors des moments où on faisait la cuisine du cochon.

Le millas aujourd’hui peut se manger salé ou sucré, et préparé de différentes manières : frit, en galette ou encore en crêpe épaisse. Depuis plusieurs années le millas peut être cuisiné différemment, en ajoutant d’autres ingrédients, comme des fruits.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : farine de maïs, farine de froment, lait cru, eau, beurre, sucre en poudre, eau de fleur d’oranger, sel… 

Oreillettes de Montpellier

 

 

 

 

Les oreillettes sont des beignets de pâte, ils sont originaires du Languedoc et traditionnels à l’époque du carnaval.

Elles sont réalisées avec une pâte sucrée et découpées en rectangles fendus au centre (une extrémité est parfois inséré dans l’entaille). Puis elles sont frites (croustillantes) dans un bain de friture. Les oreillettes de Montpellier sont parfumées au rhum et zestes d’orange ou de citron.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : farine, levure de boulanger, lait, beurre, citrons non traités, sucre en poudre, oeufs, rhum, huile de friture, sucre en poudre pour le décor, sel…

Rousquilles

 

 

 

 

 

La rousquille du Roussillon, se présente sous la forme d’un biscuit moelleux enrobé d’une légère meringue aux arômes d’anis et de citron. Fabriquée dans le respect des recettes traditionnelles, ce biscuit fondant et gourmand sera apprécié à tout moment de la journée. La rousquille est cependant souvent consommée au petit-déjeuner ou juste avant le dîner, accompagnée d’un verre de vin local.

Le pâtissier Marius Séguela crée la célèbre « Rousquille », du catalan « rosca » qui signifie couronne, le trou au milieu de ce gâteau et qui a tendance à disparaitre servait aux vendeurs ambulants qui les enfilaient sur de longues et fines baguette.

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont

Pour la pâte : farine, beurre, sucre, miel, œuf dur, lait, sachet de levure, zeste de citron râpé…

Pour le glaçage : blanc d’œuf, sucre, liqueur d’anis…

Tarte aux abricots du Roussillon

 

 

 

 

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont :

Pour la pâte : beurre ramolli, cassonade, oeuf battu, sel, farine…
Pour la garniture :   amandes en poudre, abricots du Roussillon, oeuf,  lait, sucre…

Tortell des Reis

 

 

 

 

 

Appelé « tortell des Reis » en catalan, c’est le dessert traditionnel de l’Epiphanie.

A l’occasion des fêtes de l’épiphanie. La tradition est de consommer des galettes des rois à base de frangipane ou de brioche. Et en Catalogne on préfère la brioche, Le Tortell de Reis (autrement dit le gâteau des Rois) en forme de couronne est parfumé à l’essence de fleur d’oranger et recouvert de sucre et de fruits confits.
La tradition exige 2 fèves, dont l’une représente l’un des rois mages. Celui qui tombe sur la seconde fève doit payer à son tour une Tortell  

Les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette recette sont : farine, levure de boulanger fraîche, sucre, sel, oeufs, beurre, fleur d’oranger, rhum, zeste de citron, écorces de citron confit (ou cédrat), fruits confits hachés, confiture d’abricots, sucre en grains…Sans oublier la fève !

CONFISERIES :

 

 

À grignoter sur le pouce, en guise de dessert ou par simple gourmandise, les sucreries nous font envie ! Alors comme voici les spécialités sucrées…

Berlingots de Pézenas

 

 

 

 

Plus de 50 ans qu’ils ont vu le jour à Pézenas. Une probable première apparition au XIIe ou XIIIe siècle sur les marchés de Pézenas… Recette traditionnelle, colorants naturels : le résultat, de superbes berlingots zébrés ! Avec 34 parfums différents, vous ne saurez plus où donner de la tête. Fabrique et boutique à visiter sans tarder. D’autres sucreries vous y attendent !

 

Grisettes de Montpellier

 

 

 

Consommées déjà au Moyen Âge, les Grisettes font partie des plus anciens bonbons de France ! Il se dit qu’elles étaient utilisées comme monnaie d’échange pour faire l’appoint. De la taille d’un petit pois, cette petite boule noire se compose de deux produits emblématiques du Languedoc. Le miel et la réglisse !  

 

   

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire