Gourmandises Fêtes Foraines

Á la fête foraine, il y aune ambiance particulière où l’on est hors du temps pendant un instant… Où on se retrouve à 10 ans, les doigts collants de barbe à papa.

Si cet état d’esprit passe par les lumières et les manèges, il passe aussi par l’assiette

feteforaine1

J’ai enfin pu goûter à ces merveilles qui me titillaient les narines. Que choisir : Barbe à papa ? Pomme d’amour ? Churros ? Beignets ? Le choix est trop difficile…

C’est toujours avec plaisir que je déguste ces véritables délices des fêtes foraines.

Pour moi, gourmand, ce qui m’attire ce n’est pas les divers manèges ce sont les différentes friandises spécifiques des fêtes foraines: beignets, confiseries...à découvrir :

 

 

Barbe à papa

barbeapapa

 

Il apparaît assez courant de trouver des barbes à papa lors d’une visite à un champ de foire, au cirque ou à une fête foraine. Elle est aujourd’hui vendue aux côtés d’autres confiseries.

La barbe à papa est la confiserie de fête foraine par excellence.

D’après l’article de Wikipédia (source),  la barbe à papa aurait été inventée par William Morrison et John C. Wharton en 1897.

Généralement de couleur rose, elle se décline aujourd’hui aussi en bleue, verte, jaune, orange, … . Le parfum classique de la barbe à papa est la fraise, mais de nombreux autres parfums sont disponibles pour régaler les enfants comme les plus grands : chewing-gum, cola, framboise, chocolat-noisette, citron, tropical, vanille …

Barbe à pap1a

Elle n’a pas beaucoup d’arôme, sinon celui de sucre, bien que la machine elle-même dégage un goût de sucre cuisiné.

Le simple fait de manger de la barbe à papa représente une attraction, et fascine aussi bien les enfants que les adultes. C’est doux et gluant et quoiqu’elle ressemble à de la laine au toucher, elle devient croustillante au contact de la salive et fond presque instantanément dans la bouche.

À l’intérieur du baquet, on trouve des résistances électriques qui chauffent le sucre jusqu’à sa température de fusion. Du fait de la force centrifuge, le sucre fondu va s’échapper par de petits orifices placés au sommet du cône central. Au contact de l’air, bien plus frais que l’intérieur de la machine, ce sucre se solidifie sous forme de minces filaments, qu’un bâton va récupérer pour former la fameuse barbe à papa.

Barbe à papa

L’épaisseur des filaments dépend de la vitesse de rotation de la machine : plus elle tourne vite et plus c’est fin. Quant à la couleur, elle dépend du colorant alimentaire qui est déposé dans le baquet en même temps que le sucre.

Canne de sucre d’orge

cannesucreorge

 

La canne en sucre d’orge est une confiserie traditionnelle de la Fête Foraine.

La canne en sucre d’orge  est parée de belles rayures blanches et rouge torsadées comme il se doit et est d’une taille idéale soit 13 cm de haut environ.

Cette friandise est appelée à tort  sucre d’orge car elle ne contient pas de l’orge mais du glucose.

Chouchous 

chouchous1

 

Les chouchous sont des cacahuètes enrobées de caramel, qu’on achète habituellement dans les fêtes foraines ou sur les étalages des marchands de confiseries.

Les chouchous sont croquantes, craquantes. Elles font penser aux  fêtes foraines et l’odeur qui se dégage pendant leur cuisson est des plus agréables.

chouchous

Pour faire des chouchous, il faut des cacahuètes crues non salées,  du sucre semoule, de leau.

Churros ou chichis 

Churros1

Les churros sont à l’origine des pâtisseries espagnoles. Ils se présentent sous la forme d’une pâte frite et sucrée en forme de « gros spaghetti » ou d’un beignet allongé. On en vend souvent dans les foires ou dans les churrerias.

Churros

En France, on les trouve également dans les fêtes foraines sous le même nom ou sous celui de chichis mais ce sont des churros de type espagnol.

Petit cochon en pain d’épices

petit cochon

Le petit cochon en pain d’épices est également liée à la fête foraine.

Arrivé en Europe, le pain d’épices est additionné de toutes sortes d’épices rares à cette époque : clou de girofle, noix de muscade, gingembre ou encore cannelle.

Ces épices étaient en ce temps très onéreux, ce qui a fait du pain d’épices un mets très précieux affectionné par la noblesse.

Une rareté renforcée par le procédé de fabrication, la pâte du gâteau enduite de miel devait sommeiller pendant 6 mois. Le pain d’épices était en ce temps symbole de richesse et de puissance.

C’est alors tout naturellement que la fabrication du pain d’épices a été prise en charge par les moines qui en firent un gâteau sacré aux vertus médicinales, mais qu’ils vendaient bien volontiers aux païens.

Le pain d’épices devient alors une des friandises préférées des français et de ce fait des fêtes. Il est la star de la foire du trône, foire qui s’appelait à son origine la foire au pain d’épices, sous la forme d’un cochon rose.

COCHON

La Foire du Trône, jadis  installée dans l’enceinte de l’abbaye royale de Saint-Antoine.

Le roi ayant interdit aux moines de laisser leurs cochons folâtrer les jours de foire, ils se vengèrent en faisant vendre sur les étals une multitude de petits cochons en pain d’épices.

Le 13 octobre 1131, le fils du roi Louis le Gros, qui circulait à cheval dans le faubourg Saint-Antoine, fut chargé par un troupeau de porcs, animaux qui tenaient le haut du pavé des rues de Paris dont ils récuraient les caniveaux.

Désarçonné, le royal cavalier chuta et se brisa les reins.

Par ordonnance, Louis le Gros interdit alors aux pourceaux de divaguer dans Paris, exception faite pour ceux qui appartenaient aux disciples de Saint-Antoine, à condition, toutefois, qu’ils accrochent une clochette au cou de leurs gorets pour les signaler à l’attention des passants.

Crêpe

Crêpe1

La crêpe se mange chaude ou froide, sucrée ou salée, comme plat principal ou comme dessert, mais peut aussi constituer un en-cas.

Crêpe

Elle est servie telle quelle, agrémentée d’une garniture ou encore fourrée. On la déguste chez soi ou au restaurant, et on en trouve à emporter sur les marchés, lors d’événements festifs, comme dans les fêtes foraines.

Croustillons de foire

Croustillons de foire

Les croustillons de foire sont   des beignets d’origine belge.

Croustil1lons de foire

Les croustillons sont une pâtisserie constituée de petites bouchées de pâte à beignet cuites dans une friture et saupoudrées de sucre glace.

Ils sont servis dans des cornets comme les frites.

Chaque forain a sa recette, certains le font avec de la bière, d’autres non.

Gaufre à la bière

gaufre1

La gaufre à la bière exhale un parfum d’enfance et de fête foraine.

Ronde ou rectangulaire, fine ou épaisse, classique ou liégeoise, la gaufre est toujours synonyme de plaisir gourmand.

Les gaufres sont gonflées, légères et pour être certain de les avoir craquantes à l’extérieur et fondantes à l’intérieur, il faut les faire cuire sur des plaques très chaudes.

gaufre

Le secret pour des gaufres croustillantes, c’est de remplacer en partie ou en totalité le lait par de l’eau ou de la bière.

Le lait a en effet la propriété d’apporter une consistance onctueuse.

Du coup, les gaufres réalisées à base de lait ou de crème, sont relativement molles et sont plus difficiles à conserver.

Guimauves

Guimauves2

La guimauve ou pâte de guimauve est une confiserie qui était originellement confectionnée avec le mucilage extrait de la guimauve mais qui, dans sa forme moderne, est faite de sucre, de blanc d’œufs et de gélatine. Elle a une consistance spongieuse et généralement la forme de cubes ou de longs bâtons souples.

Elle est naturellement d’un goût assez neutre et de couleur blanche mais est souvent aromatisée et colorée en teinte pastel dont les plus courantes sont rose, verte, bleue et jaune.

Guimauves12

Anciennement fabriquée avec des racines de guimauves aux vertus curatives, la décoction de guimauve fut jusque dans les années 40 mélangée à de la gomme arabique, du sucre, de l’eau de fleur d’oranger et des blancs d’oeufs.

Aujourd’hui cette pâte aérée est un mélange de sucre, d’arômes naturels et de gélifiant.

Légère et souple, la guimauve fantaisie aux reflets poudrés fond lentement dans la bouche pour dégager ses parfums. Douce et moelleuse, la guimauve a le goût de l’enfance. Elle se savoure telle quelle.

Dans une fête foraine, quel plaisir de voir dans son stand l’artisan étirer la pâte de guimauve, la malaxer, un vrai spectacle.

Pomme d’amour

pomme1 d'amour

La pomme d’amour est une confiserie constituée d’une pomme fraîche entourée de sucre cuit,souvent coloré en rouge. Elle est vendue dans les fêtes foraines.

Les pommes d’amour sont piquées d’un bâton de bois pour pouvoir les tenir.

pomme d'amour

Ennemies jurées des dentistes, les pommes d’amours sont nées au début du XX° siècle dans le New Jersey, aux États-Unis.

Son origine est, comme de nombreuses confiseries, le fruit d’un beau hasard. Il se trouve que son inventeur, le confiseur William Kolb, a eu un jour l’idée de tremper une belle pomme dans les bonbons qu’il préparait.

Le nom anglais de notre fameuse pomme d’amour est plus commun : la pomme-bonbon. Le terme français de pomme d’amour jusqu’ici associé à la tomate a été transféré à la confiserie, qui lui ressemble par la forme et la couleur, et qui se trouve être tout particulièrement délicieuse.

C’est le grand classique des fêtes foraines.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire