Un petit Tour du Monde des préparations à base de pommes de terre

La culture de la pomme de terre a pour objectifs de fournir des tubercules pour la consommation humaine.

Elle se pratique sous toutes les latitudes, à des altitudes variées (souvent au-dessus de 1 000 m et jusqu’à 4 000 m au Pérou).

De très nombreux mets à base de pomme de terre sont préparés dans les diverses cultures.

La pomme de terre, qui est l’un des principaux aliments de base de l’humanité, est largement consommée dans tous les pays du monde, et s’apprête en outre de façons très variées: salée, sucrée.aaacorpsspommedeterremonde

Je vous propose de faire un petit Tour du Monde des préparations à base de pommes de terre, à découvrir:

Ajiaco 

AJIACO colombien

L’ajiaco est une soupe de pommes de terre colombienne.

Bien que plusieurs régions de Colombie aient leurs recettes propres, la plus connue est l’ajiaco santafereño, qui tire son nom de Santa Fé de Bogotá (ancien nom de Bogotá), capitale de la Colombie, où c’est une tradition culturelle. Elle contient généralement des morceaux de poulet, de gros tronçons d’épi de maïs, deux ou trois types de pommes de terre indigènes (de minuscules papas criollas qui se délitent et épaississent la soupe, et lui donnent sa couleur caractéristique jaune foncé; des sabanera cireuses ou des pastusa douces), et du guasca ou  herbe piment ou « sournette blanche est une herbe aromatique sauvage commune dans toute l’Amérique qui donne au plat une partie de son goût typique, elle est utilisée sous la forme de feuilles séchées.

guasca

La soupe est généralement servie avec de la crème épaisse, des câpres et de l’avocat, le tout mélangé juste avant d’être consommé dans les proportions préférées de chacun. L’ajiaco est si consistant qu’il est habituellement considéré comme un plat complet, le nom est vraisemblablement dérivé du mot ají, terme Taíno signifiant « piment » qui s’est généralisé dans toute l’Amérique du sud espagnole (équivalent du chile en espagnol mexicain).

Aloo Chaat ou alu chaat 

Aloo Chaat ou alu chaat11

Aloo Chaat ou alu chaat est le nom d’un mets de la cuisine indienne, typique de la cuisine de rue des régions du Nord de l’Inde.

C’est une préparation à base de pommes de terre sautées dans l’huile et assaisonnées d’épices et de chutney.

Aloo Chaat ou alu chaat

C’est un en-cas qui peut faire aussi office de hors d’œuvre, comme une salade de pommes de terre, ou de repas léger. Il est fait à base de pommes de terre coupées en cubes, bouillies et sautées, servies avec du chaat masala, mélange d’épices qui se compose typiquement d’ amchur : poudre de mangue séchée, de cumin, de kala namak: sel noir de l’Inde, de coriandre, de gingembre séché, de sel, de poivre noir, d’ asafoetida est une résine séchée et a une odeur très forte et enfin de poudre de piment

chat-masala

Tout le monde en Inde est familier de ce plat. C’est un plat très variable, qui est préparé de diverses manières par des gens différents dans des régions différentes dans tout le pays. Le terme aloo désigne la  pomme de terre en hindi et le terme chaat est dérivé du mot hindi chatna qui signifie savoureux.

Bangers and mash 

bangers and mash

Les bangers and mash sont un plat anglais et irlandais de pommes de terre écrasées et de saucisses, la saucisse ne pouvant être uniquement au porc, aromatisée de pomme ou de tomate, ou une saucisse du Lincolnshire, ou encore de Cumberland.

Ce plat est habituellement servi avec une sauce au jus d’oignon. Bien qu’on ait parfois déclaré que le terme bangers avait trouvé ses origines durant la Seconde Guerre mondiale, il était déjà en service au moins dès 1919. Ce plat peut, même lorsqu’il est réalisé maison, est considéré comme exemple de pub grub (plat typique de la cuisine de pub).

Relativement rapide et facile à faire en grande quantité, tout en étant savoureux et appétissant. Toutefois, des variétés plus haut de gamme, servies par exemple avec des saucisses exotiques, sont vendues dans les gastro pubs (pubs gastronomiques).

Avec le eel pie (pâté en croûte d’anguille), ce plat est une véritable icône des plats traditionnels de la classe ouvrière de Londres et Dublin.

Le bangers and mash se sert traditionnellement sur une base de 3 saucisses, et d’une purée de pommes de terre crémeuse à souhait.

Bien sûr, ce plat est très chargé en matière grasse et en pomme de terre : les irlandais sont adeptes des plats riches qui calent rapidement, et leur amour de la pomme de terre est séculaire !

Batata harra 

Batata harra

Batata harra  mots en arabe (littéralement :pommes de terre épicées) est le nom d’un mets libanais à base de pomme de terre. Outre les pommes de terre, il est composé des poivrons rouges, de la coriandre, du piment fort et de l’ail, le tout étant frit à l’huile d’olive.

Batata harra est aussi le nom d’un plat  indien de légumes. En fait, dans l’ouest de l’Inde, la pomme de terre est appelée batata, et harra signifie : vert en hindi.

Pour le préparer, on fait bouillir les pommes de terre, puis on les fait sauter dans l’huile avec des graines de cumin et des feuilles de curry. On ajoute ensuite de la coriandre.

Bauernfrühstück

Bauernfrühstück

Le bauernfrühtück  (pouvant se traduire en français : déjeuner rustique ) est un mets traditionnel allemand.

C’est un plat substantiel et roboratif à base de pommes de terre sautées, d’œufs, d’oignons, de poireaux ou ciboulette ainsi que de bacon ou jambon.

Tous ces ingrédients sont mélangés dans une poêle et cuits en forme d‘omelette ou de brouillade.

Ce plat est généralement accompagné d’une salade de tomate ou de cornichons au vinaigre.

Bomba toledana 

bomba toledana

La bomba toledana est un plat typique de la cuisine castillane de la province de Tolède.

Elle est constituée d’une boule de purée de pomme de terre farcie de viande hachée préparée en ragoût qui est ensuite roulée dans la chapelure avant d’être frite.

C’est une spécialité de tapas, habituellement consommée dans les bars et tavernes accompagnée de boissons comme le vin et la bière, mais on peut la déguster avec des boissons non alcoolisées.

On ajoute généralement divers assaisonnements, tels:  sauce tomateketchup,  mayonnaise ou moutarde.

Bryndzové halušky 

Bryndzové halušky

Le bryndzové halušky (pouvant se traduire en  français : quenelles de pommes de terre au fromage de brebis) est l’un des plats nationaux de la Slovaquie.

Ce mets copieux composé de halušky (morceaux de pâte de pomme de terre bouillie ressemblant à des gnocchis ou plus précisément à des spätzles) et de bryndza (fromage de brebis à pâte molle), éventuellement complété de lardons fumés est traditionnellement accompagné de Žinčica (boisson fermentée au lait de brebis).

Žinčica

Une fête annuelle du bryndzové halušky se déroule à Turecká au cours de laquelle on retrouve un concours du plus gros mangeur.

Causa a la limeña 

causa a la limeña

La causa a la limeña est un plat typique de la cuisine péruvienne d’origine précolombienne. On le préparait déjà dans l’ancien Pérou avec des pommes de terre jaunes écrasées et mélangées avec du piment.

À l’époque de la vice-royauté du Pérou, on y ajouta du citron et il prit sa forme actuelle tant dans sa présentation courante que dans les ingrédients utilisés.

Cet plat se prépare à base de pommes de terre jaunes, de citron, de piment, de laitue, de maïs, de fromage frais, d’œufs cuits dur, d’avocats  Hass et d’olives noires.

Cette préparation admet diverses variantes, comme la causa fourrée de thon, de poulet, de fruits de mer ou d’autres variétés de viandes blanches. On la sert avec de la mayonnaise.

Cepelinai ou didžkukuliai

cepelinai ou didžkukuliai

Les cepelinai ou didžkukuliai, sont le plat national de la Lituanie. Il s’agit de sortes de boulettes à base de pommes de terre râpées et généralement farcies avec de la viande, ou parfois avec du fromage blanc caillé ou des champignons.

Leur nom vient de leur forme qui évoque celle des zeppelins, leur longueur est en général d’environ 20 cm, mais la taille varie selon les régions : dans les comtés de l’ouest de la Lituanie les cepelinais sont plus grands que dans l’est du pays.

Une fois bouillis, les cepelinais sont servis avec une sauce à la crème aigre et du bacon ou de la couenne de porc.

Les traditions alimentaires de la Lituanie sont un trésor de la culture.

 Chochoca ou chochoyeco ou trotroyeco ou trutru

Chochoca

La chochoca appelée aussi chochoyecotrotroyeco ou trutru, est un mets traditionnel de la cuisine de Chiloé et des Huilliches au Chili, qui consiste en une pâte faite de pommes de terre cuites et de la farine, ou de pommes de terre cuites et de pommes de terre crues râpées et pressées et de farine de blé, que l’on fait rôtir, plaquée sur une grande broche en forme de rouleau à pâtisserie, appelée le palo chochoquero.

 Chuño

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Chuño est une pomme de terre déshydratée au soleil. Elle a un aspect pas très appétissant, mais lorsqu’elle est bien préparée, c’est un pur délice. On trouve le chuño en Bolivie.

 Coca de patata

Coca de patata 

La coca de patata (coque de pomme de terre) est une coca sucrée typique de l’île de Majorque, particulièrement populaire à l’occasion des fêtes de Valldemossa.

Ce plat se prépare avec des pommes de terre, des œufs, du sucre et de la matière grasse. Dans certaines variantes, la liste des ingrédients inclut aussi farine et levure.

On peut aussi verser du sirop de pêche dessus. Après les avoir sorties du four, il faut les laisser reposer un moment avant de les consommer.

Autre variante, les aromatiser avec de la cannelle en poudre.

Traditionnellement la pomme de terre de coca présenté en portions d’un gros morceau; Don Miguel Cañellas,  a amélioré la formule et a commencé à livrer ces friandises qui dure jusqu’à aujourd’hui .

Cette spécialité peut être appréciée seule ou avec un bon chocolat chaud avec une crème glacée onctueuse et délicieuse avec horchata, nougat aux amandes … sa texture délicate se marie avec tout supplément sucré.

 Cottage pie ou shepherd’s pie

Cottage Pie

Le cottage pie ou shepherd’s pie, est un mets d’origine britannique constitué d’une tourte à la viande avec une croûte de purée de pommes de terre.

L’usage de l’expression « cottage pie » en anglais remonte à 1791, époque où la pomme de terre est devenue un aliment accessible aux pauvres (cf. cottage désignant la demeure rurale du paysan).

Dans les anciens livres de recettes, ce plat était présenté comme le moyen d’utiliser les restes de toute sorte de viande rôtie, la tourte étant bordée et recouverte de purée de pommes de terre.

Cette recette traditionnelle anglaise est souvent préparée avec de l’agneau haché. Dans cette recette, il est préférable d’utiliser l’épaule d’agneau, sensiblement moins chère que le gigot, mais d’une qualité de goût au moins fine,  la viande est braisée doucement au four.

Crocchè

Crocchè

Les crocchè (du français croquettes) sont un plat typique de la cuisine napolitaine et sicilienne à base de pomme de terre et d’œuf.

L’appareil est mis en forme de croquettes ovales allongée, qui sont frites après avoir été pannées dans la chapelure. Pour rendre la pâte plus consistante, la tradition napolitaine demande que les pommes de terre soient écrasées à l’aide d’une fourchette.

Les crocchè peuvent être préparées à la maison, mais sont aussi un produit typique de la cuisine de rue dans le sud de l’Italie, vendu par les friggitoria (friteries), à l’instar d’autres fritures de rue, comme les pastacresciute, sciurilli, scagliozzi, tranches d’aubergines frites et boulettes de riz (arancini ).

C’est une spécialité répandue à Naples, ainsi qu’en Sicile, en particulier à Palerme, où on utilise du lait à la place des œufs et ajoute à la pâte des feuilles de menthe.

A Naples et à Lecce, elles portent souvent le nom de panzarotti, tandis qu’à Palerme, on les appelle cazzilli (en référence à leur forme considérée comme phallique par les Palermitains).

Dibbelabbes ou döbbekuchen  

Dibbelabbes ou Döbbekuchen

Le dibbelabbes ou döbbekuchen  est un plat populaire allemand à base de pommes de terre.

C’est une spécialité culinaire typique des montagnes de l’ Eifel, de la Sarre, de la Rhénanie, et du Westerwald.

Dans la région mosellane et dans le Hunsrück, on le connait sous le nom de Schales, nom qui dériverait de Tscholent (cuisine d’origine juive).

Pour la préparation de ce plat, on râpe des pommes de terre crues, on en fait une pâte avec des oignons râpés ou taillés en dés, et on ajoute de la viande séchée (ou du Räucherspeck) ou du Mettwurst (saucisse fumée de porc) et des œufs. Selon la recette, on ajoute de l’ail ou des poireaux coupés en anneaux.

Räucherspeck

On le cuisine dans une sorte de poêle lourde que l’on agite constamment durant la cuisson , en s’arrêtant seulement pour dissoudre les ingrédients mélangés, et en arrêtant le processus quand la viande devient croustillante. La variante Schales peut se préparer au four, d’abord avec couvercle, puis en le retirant de façon à faire gratiner le plat.

Le dibbelabbes ou döbbekuchen se sert accompagné d’une compote de pomme ou une salade d’endives.

Empadão

Empadão

L’ empadão est un plat traditionnel de la cuisine portugaise, qui est consommé couramment tant au Brésil qu’au Portugal.

Ce plat est préparé avec de la purée de pomme de terre et principalement avec de la viande de bœuf hachée, mais il existe des variantes au thon, au poulet ou à la morue.

Le remplissage, qu’il s’agisse de viande hachée cuite à l’étouffé ou d’un des autres ingrédients cités plus haut, est placé dans un récipient approprié pour la cuisson, avec une couche de pommes de terre sur le fond et une autre couche en couverture.

Cette dernière est généralement enduite de jaune d’œuf afin de créer une croûte pendant la cuisson au four.

Fricassé ou frit cassé 

Fricassé ou frit cassé

Le fricassé ou frit cassé est un beignet salé issu de la tradition culinaire tunisienne. Il est aussi bien préparé à la maison que chez les marchands de fast food.

Les boules de pâte sont saisies dans de l’huile puis ouvertes et farcies avec des pommes de terre coupées en cubes, de l’harissa, du thon, des  olives noires, un œuf dur, de la salade méchouia et des câpres.

Funeral potatoes 

Funeral potatoes

Les funeral potatoes (pommes de terre funéraires) sont un plat traditionnel des Mormons, cuisiné en cocotte, originaire de l’Utah (États-Unis).

Les funeral potatoes doivent leur nom au fait qu’elles sont habituellement servies comme accompagnement lors des repas traditionnels d’après-funérailles.

Elles sont souvent servies à l’occasion de réunions sociales, tels que les potlucks, en Utah et dans d’autres régions à forte population de Mormons.

Ce plat se compose généralement de pommes de terre taillées en cube ou sautées, de fromage (cheddar ou parmesan), d’oignons, de soupe à la crème (poulet, champignons, ou céleri) ou d’une sauce à la crème, d’une crème aigre, le tout accompagné d’une noix de beurre et de flocons de maïs ou chips écrasées.

Lors des Jeux olympiques d’hiver de 2002 à Salt Lake City, un des souvenirs proposés comprenait un pin’s représentant des funeral potatoes.

Gamjajeon

Gamjajeon

Le gamjajeon est une sorte de galette de pommes de terre coréenne, préparée en faisant sauter à la poêle dans tout type d’huile végétale des pommes de terre finement râpées jusqu’à obtenir une coloration brun doré. Cette ancienne spécialité locale de la province de GangwonCorée, se fait exclusivement avec des pommes de terre, du sel et de l’huile.

Selon le goût recherché, on peut ajouter davantage de pommes de terre râpées, ainsi que des carottes, des oignons ou échalotes, des champignons en tranches ou de la ciboule de Chine, qui ajoutent de la couleur et donnent une texture croquante au plat.

Le gamjajeon peut être assaisonné de piment rouge et vert râpé. Il est servi avec une sauce, appelée choganjang et faite de sauce soja et de vinaigre.

Gröstl 

Gröstl

Le gröstl (terme allemand dérivé de rösten, rissoler) est un plat traditionnel de la région du Tyrol en Autriche et du Tyrol du Sud (Province autonome de Bolzano) en Italie.

Dans sa version la plus simple, ce sont des pommes de terre rissolées, pommes de terre d’abord bouillies puis passées à la poêle avec des oignons revenus dans du beurre, auxquelles on ajoute des restes de viande de porc hachés, et assaisonnées de sel, poivre, basilic, cumin et persil.

Ce plat est souvent servi avec un œuf au plat posé sur la préparation, et accompagné de chou et d’une salade de laitue ou de betteraves.

Le fait que la recette utilise des restes de viande est particulièrement important dans les restaurants car ils peuvent utiliser différents types de viandes.

Hutspot

Hutspot

Le hutspot est un mets à base de purée de pomme de terre, de carottes et d’oignons qui a une longue histoire dans la cuisine néerlandaise traditionnelle.

Le hutspot est traditionnellement servi avec du Klapstuk, un morceau de bœuf braisé, mais peut aussi être mangé avec une boulette de viande typiquement hollandaise.

Les meilleurs carottes pour ce plat sont les carottes d’hiver winterpenen, comme la variété Flakkee ou la Autumn King, variété plus grande et plus épaisse de la carotte orange qui est récoltée peu de temps après les premières gelées. Les sucres de la carotte ajoutent une touche de douceur à ce plat qui plaira ainsi à tous.

La carotte est apparue en Hollande pour la première fois au 17 ème  siècle, venant d’Iran, et a subi une pollinisation croisée jusqu’à ce qu’elle ait une couleur orange vif, en l’honneur de la famille royale, les Orange.

Janssons frestelse 

Janssons frestelse

La janssons frestelse (tentation de Jansson )est une spécialité culinaire traditionnelle suédoise à base de pomme de terre, d’oignons et de sprats. Il fait normalement partie du  julbord suédois, c’est-à-dire du buffet de Noël, mais se sert aussi en d’autres occasions.

Ce plat est également très populaire en Finlande, sous le nom de : Janssonin kiusaus, qui a la même signification.

En cherchant on trouve deux explications au nom Janssons frestelse.

Une prétend que c’est le chanteur d’opéra, nommé Per Janzon, qui aurait donné le nom au plat car il aimait bien servir ses invités un gratin d’anchois accompagné des bières. L’autre donne l’origine du plat à une femme de la bourgeoisie suédoise dans les années 1930. Elle aurait donné le plat le même nom qu’un film où son acteur préféré jouait le rôle principal.

Il s’agit d’un gratin qui associe pommes de terre et poisson. Les pommes de terre, taillées en fines tranches, sont étalées au fond d’un plat à gratin, puis en alternance sont ajoutés des filets de sprats et des oignons finement hachés. Chaque couche est assaisonné de sel et de poivre, et de la crème est versée sur l’ensemble jusqu’à remplir le plat. L’ensemble est cuit au four à 200 °C pendant environ une heure.

Korokke

Korokke

La korokke est un mets apprécié des japonais, l’origine du mot vient du néerlandais kroket reprenant le français croquette) est une croquette de pomme de terre, généralement faite de purée de pommes de terre mélangée avec de la viande de bœuf hachée et de l’oignon cuit.

Une fois le tout mélangé, on forme des boulettes grosses comme une main, que l’on trempe dans un mélange de farine et de jaune d’œuf, puis dans la panure avant de les faire frire.

La korokke est un mets  similaire à la croquette française, elle est confectionnée avec divers ajouts de légumes, de la viande hachée ou de fruits de mer. Certaines régions du Japon ont aussi leur propre korokke régionale, mettant en vedette célèbres ingrédients locaux comme le boeuf ou le crabe.

La korokke est  assaisonnée avec un type de sauce Worcestershire.

Kugelis

kugelis

Le kugelis, ce mot peut se traduire par : plat de pommes de terre plat ou encore banda, terme usité dans la région de Dzūkija, c’est un gâteau de pommes de terre et le mets national lituanien.

Les principaux ingrédients sont des pommes de terre, du bacon, du lait, des oignons et des œufs.

Il peut être assaisonné de sel et épicé avec du poivre noir, des feuilles de laurier ou de la marjolaine. Il se consomme habituellement avec de la compote de pommes, de la confiture d’airelle rouge, de la crème sure, ou du gras frit émietté de bacon.

Kumpir

Le kumpir constitue un plat de la gastronomie de Turquie très prisée pour sa simplicité et sa multitude d’aliments.

Élément de la restauration rapide, le kumpir est aussi consommé dans les pays du Balkans.

Le kumpir est un plat composé d’une pomme de terre cuite au four garnie de différents ingrédients.

Elle est coupée en deux et sa chair est mélangée avec du beurre et du fromage ; puis diverses garnitures peuvent être ajoutées : carottes, maïs, olives, petits pois, champignons, cornichons, tzatziki, chou rouge…on peut déguster un kumpir dans de nombreux restaurants à Istanbul.

Llapingachos ou yapingachos

Llapingachos

Les llapingachos ou yapingachos sont un mets populaire en Équateur. Ce sont des galettes de pomme de terre écrasées avec du fromage fondu, qui servent en accompagnement comme les patacones. C’est un plat typique, populaire et très bon marché, que l’on trouve un peu partout. Il est très facile d’en faire, ils accompagnent très bien la viande de porc et de cuy (une race de cochon d’Inde géant élevée pour sa chair).

Les llapingachos sont cuits sur une plaque chaude jusqu’à ce qu’ils deviennent croustillants et sont généralement servis comme plat d’accompagnement pour de nombreux plats principaux équatoriens.

Les llapingachos sont  servis accompagnés d’une savoureuse sauce aux arachides ou de la salsa de mani, œuf sur le plat, des saucisses de style de chorizo, des oignons marinés et de salade de tomates, certains laitue, des tranches d’avocat et aji criollo,  sauce faite avec de piments forts, coriandre, ail, oignons et citrons verts.

Mohnnudeln

Mohnnudeln

Les mohnnudeln (nouilles au pavot en allemand) sont une spécialité de la cuisine de Bohème et d’Autriche.

Ce sont des sortes de nouilles épaisses faite d’une pâte de pomme de terre, similaires aux Schupfnudeln. La principale différence est que les mohnnudeln  sont servies avec du beurre fondu, des graines de pavot moulues, qui donnent au plat sa couleur noire caractéristique, et parsemées de sucre glace.

Elles sont aussi appelées Waldviertler Mohnnudeln, du nom de la région autrichienne d’où elles sont originaires. Le Waldviertel est une partie de la Basse Autriche où la culture des graines de pavot est très ancienne.

Les mohnnudeln se consomment en dessert ou lors d’un dîner léger.

Nikujaga

Nikujaga

Le nikujaga littéralement viande-pomme de terre) est un plat japonais constitué de viandespommes de terre, inventé à la fin du XIXe siècle.

Le nikujaga est un plat de tous les jours. A l’origine, ce ragoût traditionnel élaboré à base de bœuf et de légumes était destiné à nourrir les matelots de la marine Japonaise. Il se déguste accompagné de riz Japonais et d’une soupe Miso.

Ce type de pot-au-feu fut à l’origine créé par les cuistots de la défunte Marine Impériale, afin de fournir aux marins une source de protéines en même temps qu’un repas qui cale bien.

Le nikujaga est un plat constitué de  viandespommes de terre, et oignons cuits dans un bouillon sucré au soja et des légumes. Le plus souvent, la viande utilisée est du bœuf coupé en fines lamelles, mais le bœuf haché est aussi courant. Cependant, on le remplace généralement par du porc dans l’est du Japon.

Papet vaudois

Papet vaudois

Le papet vaudois est un plat traditionnel du canton de Vaud en Suisse. C’est un mélange de poireaux et de pommes de terre cuites jusqu’à l’obtention d’une « papette » . On y ajoute parfois de la crème, du vin blanc ou du vinaigre.

Le papet vaudois est une belle préparation culinaire de l’hiver, composée de poireaux et surtout de saucisse de foie et de saucisse aux choux.

A déguster avec un vin blanc savoureux.

Une anecdote mentionne l’origine de la saucisse aux choux. En 879, lors du passage à Orbecanton de Vaud) d’un empereur allemand, les habitants n’avaient pas assez de viande et ont fourré leur saucisse de chou blanc. Astucieuse invention…

Paprikás krumpli 

Paprikás krumpli

Le paprikás  krumpli (pommes de terre au paprika) est un mets de la cuisine hongroise à base de pommes de terre.

C’est une sorte de ragoût préparé avec des pommes de terre coupées en morceaux et du paprika, avec de l’oignon, de l’ail, du cumin, et des morceaux de kolbász (saucisses) fumées assaisonnées au paprika.

À l’origine, ce plat était préparé par les bergers, qui le faisaient cuire sur un feu ouvert, dans un bogrács (chaudron) suspendu à un trépied.

C’est un plat de pauvre, substitut du goulash, dans lequel les pommes de terre remplacent la viande.

  Patatas bravas 

patatas bravas

Les patatas bravas (pommes de terre sauvages) sont une des tapas parmi les plus typiques en Espagne.

Il s’agit de pommes de terre coupées en cubes irréguliers et frites dans de l’huile d’olive avec quelques gousses d’ail.

Parmi les tapas les plus typiques et délicieuses espagnoles,  on trouve bien évidemment les fameuses patatas bravas.

Ce plat se compose de petites pommes de terre coupées en cubes et frites dans l’huile d’olive pendant une durée raisonnable pour ne pas les rendre trop croquantes. Les pommes de terre égouttées, mais encore chaudes, sont salées et nappées d’une sauce brava

Le petit secret de cette recette réside dans la sauce qui accompagne les pommes de terre.

A la différence de d’autres régions d’Espagne, à Madrid les patatas s’accompagnent d’une sauce piquante connue comme salsa brava : sauce légèrement épicée à base de tomates, l’ail, l’oignon et le vinaigre, souvent aromatisé avec du paprika.

D’où le fameux nom de patatas bravas.

Les pommes de terre égouttées, mais encore chaudes, sont salées et nappées d’une sauce brava

Patatnik ou patetnik 

Patatnik ou patetnik

 Le patatnik ou patetnik est un mets bulgare à base de pomme de terre caractéristique des Rhodopes, région montagneuse du sud et et dans les régions voisines, de Bansko à Pirin en passant par Smolyan et Zlatograd jusqu’à Chernichevo à l’est de la Bulgarie.

Le patatnik est fait de pommes de terre râpées, d’oignons, de sel et de menthe verte, le tout est mélangé et cuit à feu doux. De la viande, du sirene (fromage blanc genre feta) ou des œufs peuvent être ajoutés. Certains utilisent aussi de la sarriette et du piment.

Les pommes de terre râpées sont pressées et mélangées avec les œufs, les oignons et le fromage. Une partie de la pâte ainsi formée est abaissée en deux feuilles. L’une d’elles est placée sur le fond du plat, en débordant de celui-ci.

Le reste, épicé à la sarriette, est étalé sur la première feuille, puis recouvert par la seconde sur laquelle on rabat les bords de la première feuille : c’est une sorte de tourte qui ressemble à une banitsa (pâtisserie bulgare) de pommes de terre.

Pipián

Pipián

Le pipián est une spécialité culinaire de la cuisine de Colombie à base de viande et de pommes de terre, originaire de la région de Popayán, chef-lieu du département du Cauca. Cette recette très populaire dans la cuisine colombienne se rencontre aussi en Bolivie, par exemple dans les départements de Santa Cruz et de Beni.

Son nom vient du fait que, dans les années 1960-1970, les pilotes qui se dirigeaient vers la ville de Popayán, avaient coutume de désigner la ville par le sigle PPN prononcé « Pi-Pi-An ».

Il s’agit d’un ragoût épais composé de poulet ou de poule et d’une purée faite avec une variété locale de pomme de terre, familièrement appelé « colorada », à laquelle on ajoute du maní (cacahuètes grillées et moulues), de l’ail, de l’œuf dur, de la tomate, de l’oignon et du roucou, parfois également des clous de girofle ou de la cannelle.

Potatiskorv

potatiskorv,

La potatiskorv, littéralement « saucisse aux pommes de terre) est une spécialité régionale de saucisse originaire du Värmland (Suède), à base de viande hachée de porc et de bœuf, d’oignons et de pommes de terre.

La potatiskorv est un mets servi traditionnellement chaud à Noël dans le Värmland , mais qui est aussi souvent consommé, froid ou chaud, le reste de l’année.

La recette de base comprend une proportion relativement faible de viande, moitié porc et moitié bœuf, et environ deux-tiers de pommes de terre, pour confectionner une saucisse non fumée.

Dans certaines parties du Småland, on trouve aussi une saucisse locale connue sous le nom de potatiskorv, et mentionnée par Astrid Lindgren dans un livre pour enfants, Emili Lönneberga (Zozo la tornade en traduction française).

Toutefois, cette saucisse ne contient pas de bœuf, mais uniquement du porc et des pommes de terre.

Potato skins

potato skins

Les potato skins (littéralement « pelures de pomme de terre ») sont des grignotages ou hors-d’œuvre américains faits de petits morceaux de pomme de terre, de forme circulaire ou ovale, conservant la peau sur une face et un peu de chair (environ un demi-centimètre d’épaisseur) sur l’autre.

Le côté chair est aromatisé de divers ingrédients tels que pancetta, cheddar ou tout autre ingrédient habituellement utilisé avec les pommes de terre au four.

Ils sont souvent servis avec de la crème aigre et de la sauce.

Les potato skins apparaissent fréquemment dans les menus des chaînes de restaurants de type diners accompagnant des mets tels que les ailes de poulet Buffalo, les jalapeño poppers (piments farcis) et les mozzarella stickers (frites de mozzarella).

L’invention des  pour les potato skins est due à J. R. Grunts, l’un des premiers restaurants à réaliser ce plat maintenant omniprésent.

Une anecdote concerne l’a création de ce mets : lors d’une émission de radio, à propos des marins qui mangent les peaux des pommes de terre  riches en vitamines pour conjurer la maladie en mer.

Spettekaka, ou spettkaka 

Spettekaka, ou spettkaka

Le spettekaka ou spettkaka ( gâteau à la broche  en suédois) est un dessert régional du sud de la Suède, principalement dans la province de Scanie (Skåne) mais aussi dans le Halland. C’est un élément important du patrimoine culinaire de la Scanie, il est populaire depuis le 17 ème siècle.

Un mélange, constitué principalement d’œufs, de farine de pomme de terre et de sucre et travaillé pour former une pâte filante, est placé sur une broche et mis en rotation au-dessus d’un feu ouvert. Le dessert ainsi préparé est très sec. Il est ensuite enveloppé dans un sac en plastique qui est scellé par la suite pour préserver son état de siccité.

Pour qu’il reste croquant, le gâteau ne doit être déballé qu’au moment de le consommer. La taille d’un spettekaka peut varier de quelques centimètres à plus d’un mètre de hauteur et plus de trente centimètres de diamètre.

Les gâteaux de grande taille doivent être servis en les sciant en petits pavés, tout en les laissant dressés autant que possible. Une lame de scie à métaux est utilisée pour scier doucement le dessert en portions de taille adaptée, car il pourrait voler en miettes si on se servait d’un couteau ou si on exerçait une pression trop forte avec une lame de scie.

Le spettekaka se sert accompagné d’un café noir, de glace à la vanille et de porto.

Le Skånsk spettkaka ( spettkaka de Scanie ) bénéficie d’une indication géographique protégée (IGP) selon la réglementation européenne. Cela signifie que ce ne est qu’une vraie  spettkaka si elle vient de Skåne tout comme le champagne ne peut venir que de la région de Champagne en France.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire