Top des aliments les plus chers au monde

Spread the love

La gastronomie est considérée comme un symbole de luxe souvent illustré par des mets raffinés que l’on ne consomme le plus souvent à l’occasion d’événements spéciaux et uniques comme les mariages par exemple.

Parmi ces mets raffinés, il existe des aliments qui sont hors de prix à cause de leur rareté et du dur labeur nécessaire à leur création.
Il est possible de trouver du luxe partout, même dans la nourriture. 

Le Japon, l’Espagne et même la Serbie, chaque nation a ses trésors de la gastronomie qui se vendent parfois à prix d’or.

Jamon Iberico de Bellota , caviar Almas d’Iran, bouteille de Mouton Rothschild, safran, fugu, champignon matsutaké, pastèque Densuke, melon Yubari et bœuf de Kobe du Japon, truffe blanche d’Italie, nid d’hirondelle et thé Da Hong Pao de Chine, café Kopi Luwak et poulet noir d’Indonésie

Voici le top des aliments les plus chers au monde. 

Ne regardez pas à la dépense et bonne dégustation, à découvrir :

 

Le bœuf de Kobé

Véritable trésor national du Japon, la viande de Kobe de race Tajima est réputée pour être la meilleure au monde.

Le persillage accru de la viande apporte une tendresse exceptionnelle et renforce la saveur du bœuf.

Et comme toutes les bonnes choses ont un prix, celle-ci se vend à la modique somme de 200 € le kilo.

Le bœuf Wagyu ( Wa signifiant Japon et Gyü, boeuf) englobe plusieurs races de bœuf japonais dont le fameux bœuf de Kobe.

La grande différence entre le bœuf Wagyu et le bœuf de Kobe, est que ce dernier est exclusivement élevé à Kobe, d’où son appellation.

Élevé en premier lieu pour sa puissance et sa massivité, le bœuf Wagyu a été isolé des autres races dès l’époque du Japon féodal du fait du relief montagneux et des guerres constantes.

Cet isolement a assuré à cette race une pureté génétique sans égale. Les bœufs Wagyu sont de taille moyenne, près de 600 kilos, et présentent une silhouette massive et une encolure forte. Bien sûr, le bœuf Wagyu est élevé maintenant hors des frontières japonaises, en France, aux Pays-Bas, aux États-Unis ou encore en Australie.

La particularité de son élevage réside dans son alimentation à base de céréales, des massages fréquents au saké pour permettre au gras de pénétrer au coeur de la viande mais on ajoute aussi de la bière japonaise à leur eau pour leur ouvrir l’appétit et donc les engraisser.

On leur fait même écouter de la musique classique. Un vrai chouchoutage!!

Malgré de nombreux produits de bœuf américains étiquetés Kobe, le bœuf japonais authentique de Kobe n’est disponible à la vente qu’au Japon, à part l’exception que constitue Macao.

Le bœuf de Kobe est une spécialité japonaise qui se réfère à une sorte particulière de bœuf, élevée selon une stricte tradition dans la préfecture de Hyōgo au Japon, dont la ville principale est Kobe.

La viande est généralement considérée comme très délicate, réputée pour sa saveur, sa tendreté et sa texture persillée.

Le bœuf de Kobe peut être préparé en tant que steak, sukiyaki, shabu-shabu, sashimi, teppanyaki etc.

La graisse marbrée distingue le Bœuf de Kobe, elle crée une sensation de veloutée, sa viande possède une saveur unique et un petit goût de beurre provenant de son persillé (la graisse se trouvant dans ses muscles).  Le goût est aussi bon, mais c’est à la texture fondante aux saveurs de noisette, de beurre et même de foie gras.

Les prix au Japon vont de 100 à 300 € le kilo.

Pour se consoler, le  Bœuf de Kobe étant interdit d’exportation, quelques pays, dont la France, s’inspirent des méthodes nippones et produisent du boeuf « façon Kobe »

On en trouve à la boucherie Le Couteau d’argent, 4, rue Maurice-Bokanowski 92600 Asnières, le prix est en moyenne 7 fois plus élevé qu’un boeuf classique (aux alentours de 160€/kg .

La bonnotte

La patate la plus chère au monde est française, et vient de Noirmoutier.

La bonnotte (parfois orthographiée « bonote », « bonotte » ou « bonnote ») est une variété de pommes de terre précoce, spécialité de l’Île de Noirmoutier .

Elle fait partie avec Sirtema, Lady Christl et Charlotte, des variétés cultivées pour la production de pommes de terre de primeur par la Coopérative agricole de Noirmoutier. Cette variété traditionnelle ancienne est inscrite sous le nom de « bonnotte de Noirmoutier ».

Même si la bonnotte a fait la réputation de  Noirmoutier depuis son introduction sur l’île dans les années 1920-1930 (à cette époque, on l’appelait « bounotte », « bonnette » ou « bonnet »), cette variété est en réalité originaire de Barfleur dans le département de la Manche.

Cependant, trop fragile et exigeant d’être récoltée manuellement, elle ne supporte pas les effets de la mécanisation introduite dans les années 1960 et utilisée pour les autres variétés de pommes de terre. Sa production à grande échelle étant jugée non rentable, celle-ci est donc stoppée. On ne trouve alors la bonnotte que cultivée dans quelques jardins de l’île.

Sa culture a été réintroduite à partir de 1994, la bonnotte se récolte à la main et est extrêmement fragile, elle ne se conserve que quelques jours, ce qui explique sa rareté. Vendue aux enchères pour 475 € le kilo en 1996.

Les bouteilles de Mouton Rothschild

L’on ne saurait parler de gastronomie sans évoquer le vin qui vient sublimer les plats.

Certes, il existe moult vins et cuvées de prestige.

Lors d’une vente aux enchères, un lot de 12 bouteilles de Mouton Rothschild a trouvé acquéreur pour la somme de 228  000 € soit en moyenne 23 000 € la bouteille.

Une bagatelle ! à savourer avec modération.

Actuellement, on peut acheter un Château Mouton Rothschild de  1945, la bouteille est vendue à 11 800 €.

Le caviar Almas

Le caviar est le mets luxueux par excellence.

Mais il existe un caviar qui est  le plus cher au monde.

Il s’agit du caviar Almas  (littéralement caviar “diamant” («diamant» en russe) en raison de sa couleur blanche, translucide et brillante), aussi appelé caviar blanc.

Plus il est clair, meilleure est sa qualité. Son prix, qui peut atteindre jusqu’à 18 000 € le kilo (soit près de 59 € la cuillère à café du mets raffiné chez Prunier, la maison française du caviar. ), est entre autre justifié par la rareté du poisson qui produit ces œufs.

La justification de ce prix disproportionné :« Sa rareté et la rareté du poisson », nous explique Alexandre Fauche, directeur de la boutique Prunier de la Madeleine. « Autrefois réservé au Shah d’Iran , il est issu d’un osciètre albinos », ajoute-t-il.

Le tout est servi dans un écrin en or. Le must de l’élégance. 

La Cemani

La Cemani est l’une des quatre variétés de poule de la race indonésienne kedu dite ayam kedu (ayam signifie « poulet »).

Ayam Cemani est une rare race de poule et coq intégralement noire qui est originaire de l’île de Java en Indonésie.

Hors de son pays d’origine, c’est une race unique avec standard et non une variété; les autres formes de « Kedu » n’étant pas homologuées ou reconnues en Europe.

Elle est utilisée depuis des siècles dans certains rites, mais son premier cas de reproduction domestique connu, remonte seulement aux années 1920.

Ces spécimens possèdent un gène dominant qui provoque une hyper-pigmentation (fibromelanosis) et qui les rend entièrement noirs (plumes, organes, chair et os).

 Leur sang n’est cependant pas noir, bien que très sombre.

Les Ayam Cemani, en particulier les « noirs parfaits », ont une très grande valeur en Indonésie  parce qu’on croit qu’ils possèdent des pouvoirs mystiques.

Aux États-Unis, des spécimens ont été vendus pour 2 500 $.

Un poulet entièrement noir qui coûte 1500€

Le champagne le plus cher  du monde

Le champagne le plus cher coûte 1,838 million € la bouteille. Le diamant des champagnes, la bouteille la plus précieuse et chère jamais produite.

Difficile à croire, mais cette bouteille de diamant 100% bling bling a été imaginée par le designer Alexander Amosu.

Ce champagne a été présenté en 2013 par le 29 ème Shammi Shinh, fondateur de Prodiguer Brands avec le siège à Knightsbridge.

Mais, comme c’est l’impose la réglementation, la production est uniquement française : le Goût de Diamants, Taste of Diamonds, est réalisé 100% de raisins Grand Cru, cultivés sur les 8 hectares de vigne de la cave de la famille Champagne Chapuy d’Oger (France).

Chaque bouteille de ce précieux vin est ornée d’un cristal Swarovski au centre d’un dessin en forme de diamant qui rappelle le logo de Superman, mais qui va couronner un super champagne.

Si on laisse de côté cette bouteille au prix exorbitant, le champagne le plus cher du monde est, d’après le site Wine-searcher.com, une bouteille de Louis Roederer Cristal ‘Gold Medalion’ Orfevres, limited edition, Brut Millésime, mélange de Chardonnay et de Pinot Noir.

Son prix moyen s’élève à 3 955 €.

Le champignon Matsutaké

Le matsutaké, aussi appelé champignon des pins, compte parmi les aliments les plus chers au monde.

Particulièrement rare et fragile, il pousse en Oregon, en Asie mais aussi en Europe de l’Est.

Son prix au kilo peut atteindre jusqu’à 2 000 €.


Le champignon matsutaké  a une saveur unique qui parfume immédiatement les autres aliments.

Très rare, il est considéré comme le roi des champignons. 

Le chocolat Knipschildt

La Madeleine aux truffes du chocolatier danois Fritz Knipschildt, installé aux États-Unis, est un véritable bijou, vendu à un prix d’or: 3 600€ kg.

Ce chocolat définit comme “le plus extravagant du monde” se compose d’une truffe du Périgord enrobée de chocolat noir Valrhona et est vendu à 250 € la pièce.

À ce prix-là on a quand même le droit à une superbe boite en argent remplie de perles de sucre.

La confiture de groseilles épépinées

Si l’on s’en tient au nom, le produit est loin de faire rêver. Mais sachez que cette confiture unique au monde est élaborée à l’aide d’une plume d’oie, qui permet d’extraire des pépins minuscules sans blesser aucunement la pulpe du fruit.

Une recette ancestrale inchangée depuis le XII ème siècle, à 200 deniers le kilo, qui vaut au produit le surnom de « caviar de Bar-le-Duc ». 

La confiture de groseilles de Bar-le-Duc  est une préparation alimentaire sucrée, composée de groseilles blanches ou rouges épépinées à la main et de sucre.

Originaire d’Asie et d’Amérique du Nord, la groseille fait son apparition dans les jardins français à partir du XIIe siècle, notamment en Lorraine.

Bar-le-Duc est une commune  située dans le département de la Meuse dans la région Lorraine, connue pour ses cultures ancestrales de groseilliers.

La confiture de groseilles épépinées à la plume d’oie est attestée par des documents depuis 1344.

Sa renommée s’est répandue loin de sa région d’origine et elle a été appréciée par des célébrités telles que Marie Stuart, Victor Hugo et Alfred Hitchcock.

Le président Raymond Poincaré, originaire de Bar-le-Duc , l’introduisit à la table du Palais de l’Élysée.

La production d’un kilogramme de groseilles épépinées nécessite trois heures de main d’œuvre.

Environ deux cents groseilles sont nécessaires à la fabrication d’un pot de 85 grammes, vendu environ 15 € à Bar-le-Duc et 40 $ aux États-Unis (2008).

La maison Dutriez de Bar-le-Duc, fondée en 1879, est la dernière à posséder encore ce savoir-faire et produit cette confiture devenue très rare, disponible surtout dans les épiceries fines.

Souvent servie en accompagnement de gibier, elle accompagne aussi le foie gras.

Elle est considérée comme un aliment de luxe et partage un statut d’exception qui l’apparente au « caviar Beluga », ce qui lui vaut le surnom de « caviar de Bar-le-Duc ».

 Fortress Stilt Fisherman Indulgence

L’établissement Fortress Resort & Spa (Sri Lanka), a créé une cassata, un dessert italien à base de ricotta, de génoise, de pâte d’amandes et de sucre.

À cette recette traditionnelle s’ajoute une compotée de mangue et de grenade, ainsi qu’un sabayon de champagne ; mais pas n’importe lequel.

Cette crème est en effet réalisée à partir de Dom Pérignon de 2002.

Le tout est ensuite agrémenté d’un pêcheur niché sur son perchoir, fait à la main en chocolat.

Clou du spectacle : un béryl (aquamarine stone) de 80 carats, que les pêcheurs Sri lankais considéraient comme un porte-bonheur.

Le prix est astronomique : 14 500 $, soit environ 13 235 €…

Le Fugu

Le fugu ou poisson globe, connu pour être le poisson le plus dangereux au monde pouvant entraîner la mort s’il est mal préparé est aussi caractérisé par son prix exorbitant.

Il n’existe aucun remède à son poison, c’est pourquoi les dangers liés à sa consommation et la minutie de la préparation chirurgicale expliquent son prix.

il est rare, (très) cher, et en principe impropre à la consommation.

Ce n’est pas qu’il soit spécialement savoureux, mais le poisson-lune attire les curieux et les amateurs de sensations fortes.

Son secret : le poison qui coule dans ses veines, que seuls des cuisiniers qualifiés savent neutraliser… et  finalement, ce sont eux  les stars du poisson-lune.

Les chefs doivent disposer d’une licence spéciale assurant leur capacité à ne pas empoisonner leurs clients.

Le nombre de chefs licenciés étant réduit, les restaurants de fugu reconnus sont vite devenus des adresses huppées avec des tarifs élevés.

Le fugu est donc un plat de luxe. Il se déguste souvent en sashimi, mais aussi en nabe (pot-au-feu) appelé zosui.

Un mets japonais de prix. Il faudra compter au minimum 50 € pour le déguster en restaurant mais l’addition peut atteindre jusqu’à plusieurs centaines € dans les meilleures adresses de Tokyo.

Le goût et le prix du risque.

Le gâteau géant en forme de mariée

Lors d’un salon de mariage qui s’est tenu à Dubaï un spectacle inouï  un gâteau géant en forme de mariée.

La designer Debbie Wingham n’a pas regardé à la dépense, 1 million $ était nécessaire. 

 Le gâteau mesure 182 cm et pèse 120 kilos. Debby a utilisé 1 000 œufs et 20 kilos de chocolats.

La « mariée » est couverte de 50 kilos de confiseries en dentelle.

Comme une vraie robe de mariée, le gâteau comporte aussi des fleurs, 5 000 fleurs ont été créées à la main.

Mais le plus incroyable, le gâteau est muni de vraies perles et cinq diamants de deux carats à 200 000 $ chacun.

Une robe extrêmement chère : ornée de diamants noirs, elle coûte 50 millions $.

La glace la plus chère du monde

La glace la plus chère du monde, la « Black Diamant« , c’est le nom de cette glace, est vendue à Dubaï.

Son prix : 720 € la boule.

Une vanille de Madagascar, infusée de safran iranien, le tout recouvert de fines tranches de truffe noire et d’or comestible 23 carats.

Cette glace est la plus chère du monde, et vient d’entrer dans le Guinness Book des records.

Elle est servie dans une coupelle de luxe que les clients peuvent conserver une fois le dessert terminé.

Cinq semaines de travail ont été nécessaires pour créer cette crème glacée, la meilleure au monde selon son créateur. 

L’hamburger le plus cher du monde

Le hamburger le plus cher du monde existe, et pour cause, il est même inscrit dans le livre des records.

Le chef Diego Buik, originaire de Rotterdam, a créé un burger d’exception, et incroyablement cher…

On y retrouve des ingrédients de luxe:

le boeuf Wagyu, du homard infusé au gin, du foie gras, de la truffe blanche, du caviar et des tomates japonaises

Si on doute encore de l’harmonie de ces ingrédients ensemble, on reconnait que tout ce qu’il y a de meilleur est réuni dans un seul burger…

Le pain qui recouvre tous ces précieux ingrédients est aromatisé au safran et surtout est recouvert d’une feuille d’or. 

Le Jamón Ibérico de Bellota

Le Jamon Iberico de Bellota est produit à partir de porcs nourris exclusivement aux glands (« bellota” en espagnol) ce qui confère à la viande un goût prononcé de noisette.

Affinés pendant au moins trois ans ils se vendent à 250€ le kilo soit 2 000 € la pièce pour un jambon de 8 kg.

Le Kopi Luwak

L’origine du kopi luwak est étroitement liée à celle de la production du café en Indonésie.

Au début du XVIIIe siècle, les Néerlandais créèrent dans leurs colonies des Indes orientales de Java et Sumatra des plantations de café, notamment d‘arabica du Yémen.

Au moment du Cultuurstelsel (1830—1870), ils interdirent aux fermiers indigènes et à leurs employés de cueillir le café pour leur usage personnel.

Désireux de goûter néanmoins le fameux breuvage, ceux-ci découvrirent que certaines espèces de musang ou luwak (civette palmiste commune) consommaient les fruits des caféiers et rejetaient les graines dans leurs excréments.

Ils consommèrent celles-ci nettoyées, grillées et moulues. La réputation de ce café de civette atteignit bientôt les propriétaires des plantations, qui en firent leur favori.

Il était cher, même à cette époque, du fait de sa rareté et de son processus d’élaboration.

Cependant tous les kopi luwak ont un même profil aromatique et une commune absence d’amertume.

Leur torréfaction est légère, avec une couleur variant de la cannelle à medium, avec très peu ou pas du tout de caramélisation des sucres, contrairement aux graines fortement grillées. Les kopi luwak aux profils les plus doux sont en outre généralement moins torréfiés. 

Sumatra est le plus gros producteur de kopi luwak, principalement à partir d’une variété d’arabica cultivés dans l’archipel indonésien depuis le XVIIe siècle. 

Ce n’est pas un simple café ! Ce café originaire de l’archipel indonésien est le plus cher du monde. Son prix avoisine les 1000 $ au kilo !

La limonade Elixia Or

La limonade artisanale Elixia  Or est élaborée dans le Jura.

Sur la base de la limonade Elixia classic nature, cette nouvelle limonade ultra premium agrémentée par des paillettes d’Or 24 carats, vendue au prix de 18 €, la bouteille.

Ingrédients : Eau gazéifiée, sucre pure canne, liqueur de gingembre (dont paillettes d’or 24 carats), arômes naturels, acide citrique, conservateur : benzoate de sodium.

Le melon Yubari

Il s’agit d’un fruit, de nouveau cultivé au Japon, sur l’île d’Hokkaido.

Le melon Yubari est sans aucun doute le melon le plus cher au monde.

L’an dernier deux melons Yubari ont été vendus à plus 25.000 €.

L’or comestible

 

C’est sans vraiment trop de surprise que l’or comestible fait partie de cette liste des aliments les plus chers au monde, surtout lorsque l’on pense qu’il n’a aucune qualité gustative ou nutritionnelle particulièrement intéressante mais n’est utilisé qu’à un but décoratif.

Son goût est très léger mais apporte peu aux plats. Son prix varie de 30 000 à 100 000$ le kilogramme.

La pastèque Densuke

Au Japon, la pastèque se fait rare et même très chère.

Il existe une variété de pastèques nommée Dentsuke à la peau noire et à croûte rugueuse cultivée uniquement sur l’’île d’Hokkaido soit 60 à 65 pastèques environ chaque année. D’où son prix élevé pouvant atteindre les 1000 € au kilo.
Dans notre culture, les fruits ne sont pas considérés comme des biens de luxe.

Au Japon en revanche, étant donné la pénurie des terres arables, les fruits se font rares et leur prix est donc conséquent.

L’une de ces pastèques Densuke, pesant quand même huit kilos, a été vendue à plus de 6.000 €.

La pizza Louis XIII, par Renato Viola

Un service à domicile assuré par trois des plus grands chefs italiens, trois jours de préparation pour laisser reposer la pâte, trois types de caviars auxquels on ajoute de la langouste et du sel rose d’Australie…

On en viendrait presque à comprendre les 8300 € pièce qu’il faut débourser pour s’offrir la pizza la plus chère au monde (soit environ 20 000 € le kilo)

Le poisson le plus cher du monde

Un restaurateur japonais a acheté  à Tsukiji, le plus grand marché aux poissons du monde le 5 janvier 2013 un thon rouge hors de prix pour confectionner des sushis de luxe.

Le thon rouge est le poisson le plus cher du monde : 155,4 millions de yens (1,38 million €) pour un thon rouge de 222 kilos : c’est ce qu’a dépensé Kiyoshi Kimura, le propriétaire d’une célèbre chaîne de restaurants de sushis au Japon.

Á 6 216 € le kilo, c’est le poisson le plus cher du monde.

Á ce prix, il aurait dû vendre le sushi à 300 € pour rentrer dans ses frais, mais le restaurateur a indiqué qu’il comptait le proposer au prix habituel de 128 yens (1 €).
Comment expliquer un prix aussi élevé ? D’abord, il s’agit d’une belle opération marketing pour le chef restaurateur : toute la presse nationale et internationale a parlé de lui. 

De plus, le poisson se recouvre de gras pour surmonter le froid, et devient encore plus savoureux. Enfin, la rareté : le thon rouge, victime de la surpêche, se fait de plus en plus rare dans les eaux du globe. 

Le pule

Produit à partir de lait d’ânesse dans une petite ferme de la Serbie, le pule est le formage le plus cher au monde.

Son prix (1000€ kg) s’explique en raison du fait que le lait d’ânesse est très difficile à produire.

Si une vache produit environ 30 litres de lait par jour, une ânesse ne donne que 0,2 litre de lait par jour en devant la traire en trois fois pour ne pas lui abîmer les pies. Pour faire un kilo de pule 25 litres de lait d’ânesse sont nécessaires.

Le safran

Originaire du Moyen-Orient et surnommé à juste titre “l’or rouge”, le safran est l’épice la plus chère au monde.

Le prix au kilo varie de 1.500 à 40.000 €.

Sa production demande beaucoup de patience et de longues heures de travail manuel pour extraire les petits pistils de chaque fleur sachant qu’il faut environ 150 fleurs pour obtenir 1 gramme de safran sec! Pour récolter 1 kilo, il faut 400 heures de travail et plus de 150000 fleurs.


Cette épice exceptionnelle de couleur orange n’est pas à la portée de toutes les bourses. 
Heureusement, il suffit de quelques grammes pour sublimer les aliments en cuisine. Les grands chefs l’utilisent pour la marier avec du poisson ou du chocolat !

La soupe aux nids d’oiseaux

C’est plus un plat qu’un aliment, mais cela reste très rare.

Provenant de Chine et servit depuis plus de 400 ans, ce plat contient de la salive de salangane, une hirondelle rare qui fait ses nids dans les grottes.

Trouver ces oiseaux est complexe et en fait un mets d’exception.

Cette soupe est vendue entre 1000$ et 4000$ la livre.

Le thé Da Hong Pao de Chine

Produit sur les Monts Wuyi dans la province du Fujian en Chine, le Da Hong Pao fait partie des grands crus de légende.

Ce thé de rochers est le fruit d’un terroir unique autant que d’un savoir-faire qui a fait la réputation de ses producteurs. Après une belle attaque minérale soulignée par des accents pyrogènes typiques, il développe en bouche de succulentes notes de cacao, de pralin et de fruits rouges.

Un wu long (ou thé oolong) à la hauteur de sa réputation !
Da Hong Pao (litt. « Grande robe rouge ») est un thé de première qualité de la variété Wu Yi Yan Cha des thés oolong.

D’après la légende, la mère de la dynastie impériale Ming fut soignée d’une maladie à partir d’un thé, l’empereur envoya alors habiller les quatre arbustes sur lesquels le thé avait été cueilli, de grandes robes rouges.

Trois de ces arbustes, poussant sur un rocher du mont Wuyi et datant de la dynastie Song seraient encore vivants aujourd’hui et vénérés. Connu pour son prix très élevé, le Da hong pao peut se vendre plus de 1 250 000 $ le kilogramme (20 g du Da Hong Pao d’un des plants de la mère Ming fut vendu 156 800 yens en 1998).

En raison de sa très grande qualité, le Da hong pao est habituellement réservé par les Chinois aux invités qu’ils souhaitent honorer.
L’usinage traditionnel se réalise en quatorze étapes.

Les feuilles font l’objet d’un processus de brassage particulier : disposées en couche mince sur un plateau de bambou tressé, elles sont secouées par un geste circulaire dont la maîtrise requiert une grande dextérité.

En Chine, on voue beaucoup d’admiration à ces « secoueurs de feuilles ».


Le thé le plus cher au monde peut valoir 30 fois son poids en or, un gramme de ce trésor convoité par les collectionneurs se vend aujourd’hui jusqu’à 1 400 €, soit plus de trente fois son poids en or.

La truffe blanche d’Alba

Chaque année est organisée une foire à la truffe à Alba pendant laquelle se tiennent des ventes aux enchères d’envergure mondiale.

L’an dernier une truffe blanche de 850 grammes a été adjugée à 85.000 €, soit 100 € le gramme.

La truffe blanche ou truffe blanche d’Alba est une espèce de champignon ascomycète comestible très appréciée de la famille des Tuberaceae présente principalement en Italie et découverte plus récemment en France. La diminution de sa récolte ces dernières années a provoqué une augmentation spectaculaire de son prix (jusqu’à 5000 € par kg).

De faible production, la truffe blanche se développe spontanément dans tout le sud du Piémont (Langhe, Roero, Monferrato et Monregalese).

Alba, commune du Piémont qui donne une dénomination d’origine à la truffe, fête sa récolte chaque année par la plus ancienne des foires de la truffe blanche; ce marché qui s’articule autour de diverses manifestations s’achève par les célèbres ventes aux enchères mondiales de la truffe, au château de Grinziane Cavour  où sont adjugés les plus beaux spécimens.

 En dehors de lItalie, il est possible de la trouver aussi en Istrie, plus précisément dans la forêt de Motovun en Croatie.

En France, la truffe blanche d’Alba a récemment été découverte dans la Drôme.

A l’instar du caviar, la truffe est réputée pour être un aliment de luxe assez coûteux. Encore une fois, la rareté de la truffe blanche d’Alba la rend encore plus chère !truffealbaLe prix de cette variété de truffe au parfum d’ail sauvage, son arôme est unique,  varie en fonction de la production, mais le record du prix de vente a été celui du restaurateur américain Joe Pytka qui a acheté en 2002 une pièce d’un kilo à près de 25 000 €.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :