Paris des façades de toutes les couleurs

Spread the love

En se promenant dans Paris, au hasard on peut apercevoir des immeubles aux façades colorées, un véritable arc en ciel , un pantone aux coloris fort agréables, lors de mes déambulations parisiennes, j’ai pu en photographier plusieurs, à découvrir :

 

La façade en jaune canari de la boutique la maison Bellynck & Fils 194 avenue Jean Jaurès 75019, qui depuis 1936 vous offre le plus grand choix de matériel et d’ustensiles pour l’équipement des cuisines.

La façade peinte en bleu clair de la Comédie Italienne  le 17 rue de la Gaité 75014

gaité172

C’est dans le 12ème arrondissement, entre la rue de Lyon et la rue de Bercy que le charme opère, cette artère c’est la rue Crémieux 75012.

Une petite rue de 144 mètres, pavée et piétonne qui offre aux visiteurs le sentiment d’avoir quitté Paris. Ici, point d’immeubles haussmanniens mais des pavillons au charme incontestable.

Leur originalité ? Les façades font la part belle aux couleurs douces et pastel. Du vert au numéro 21, du bleu au 22, du violet au 23, du jaune au 24, du rose au 30…, cette rue pavée aussi fréquentée par les chats que par les curieux s’est parée de teintes pastel allant du bleu au jaune en passant par le rose, mais pas que ! Certains riverains sont allés jusqu’à peindre des trompe l’oeil sur leurs murs et orner le trottoir d’hortensias, de rosiers ou d’arbustes qui confèrent à la rue son charme bucolique et insolite.

 

Dans le 19e arrondissement, inspirés par le tartan, les architectes Matthias Sauerbruch et Louisa Hutton ont coloré la façade du 136 boulevard MacDonald.

Au 35 rue de la Glacière 75013, la façade est d’un rouge éclatant.

À mi-chemin entre les métros Belleville et Colonel Fabien, un arrêt s’impose pour prendre un bain de couleurs, rue Sainte-Marthe 75010. Cette rue du Xème arrondissement fait du bien au moral. Elle abrite des restaurants avec terrasses, des commerces de bouche, des boutiques et quelques ateliers d’artistes, qui paraissent pour certains faits de bric et de broc.

Au 75 rue Galande 75005 un petit immeuble à la façade d’un vert printanier a l’air très ancien.

En consultant les annales des délibérations du conseil municipal, on apprend toutefois que les 7.5 m2 de ce bâtiment appartenaient à la ville de Paris et n’ont été cédés au propriétaire qu’en l’an 2000, avec les droits sur le mur mitoyen.

Le propriétaire, en a profité pour agrandir l’immeuble d’origine d’une petite construction triangulaire à l’architecture fort réussie, on a l’impression que l’ensemble remonte au moyen âge.

La façade rose du  Lapin Agile situé sur la butte Montmartre au 22 rue des Saules 75018 est le doyen des cabarets parisiens.

Le nom du cabaret vient tout simplement du nom de l’artiste, André Gill qui réalisa l’enseigne. De « Lapin à Gill« , le nom muta en « Lapin Agile« .

Au Lapin Agile a été racheté par Aristide Bruant en 1913, il fut l’un des lieux de rencontre privilégiés de la bohème artistique du début du XXème siècle, de Max Jacob à Pablo Picasso en passant par Roland Dorgelès, Francis Carco, Blaise Cendrars ou Pierre Mac Orlan, puis par la suite dans les années 1940-50 il fut fréquenté notamment par Jean-Roger Caussimon et François Billetdoux.

Le Lapin Agile est toujours en activité et reste un lieu de spectacle fréquenté.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :