Quelques Gâteaux Anthropomorphiques

Spread the love

Autrefois la tradition populaire octroyait une large place, en de nombreuses régions françaises, à des gâteaux anthropomorphiques.

Le plus souvent c’étaient des petits biscuits que l’on accrochait aux rameaux, le dimanche précédant Pâques.

D’autres fois, ils étaient dans certaines régions offerts lors des fêtes: de Noël, en fin d’année, à la Chandeleur...

Voici quelques Gâteaux Anthropomorphiques à découvrir:

 

Aguignettes

aguignettes

Les aguignettes sont  petits gâteaux traditionnels normands découpés en divers motifs consommés en Normandie à la Saint Sylvestre, les aguignettes est la  déformation de l’exclamation « Au gui l’an neuf ! »,

Ces petits gâteaux typiquement normands, en pâte feuilletée, fourrés aux amandes ou aux pommes, dorés et croustillants

Cochelin

cochelin

 Le cochelin est une pâtisserie en forme de bonhomme  mais parfois pouvait être zoomorphique d’où le nom, faite en pâte feuilletée, nature, fourrée au chocolat ou avec de la pâte d’amande.

Le cochelin est une spécialité gourmande qui remonte au Moyen Âge : produit alors par la Confrérie des Boulangers de la Beauce , il  se vendait le soir du 31 décembre afin d’être offert aux parents et amis qui venaient souhaiter la bonne année.

Le parrain et la marraine donnaient également un cochelin à leurs filleuls qui se mariaient.

Aujourd’hui, la tradition du cochelin est remise au goût du jour par les pâtissiers boulangers beaucerons au moment des fêtes de fin d’année.

Maurice Genevoix,  dans le roman : « Beau-François«  évoque ce gâteau:

Ce n’est qu’un modeste cochelin, car le temps m’a un peu manqué.(…) Ce qu’elle pose sur la table aux yeux de tout le monde, ce sont deux pains à croûte dorée, pétris en formes de poupées – l’un poupon, l’autre pouponne – cochelin de mariage en effet (…)

 Cougnou  ou  pain de Jésus

cognou11Le cougnou  ou  pain de Jésus  est une viennoiserie typique du Nord de la France. On la consomme durant la période de la Saint-Nicolas et de Noël.

Le pain de Jésus est un pain brioché dont la forme rappelle celle de l’enfant Jésus emmailloté. Il peut aussi avoir la forme spéciale d’un pain à deux têtes.

Parfois, on ajoute à la pâte des raisins secs, des pépites de chocolat ou des grains de sucre. Il est habituellement donné aux enfants au matin de Noël mais aussi à la fête de la Saint-Martin.

On l’accompagne souvent d’un bol ou d’une tasse de chocolat chaud.

Cougnou 

cougnou

 

Pain de Jésus

pain de jesus

Estève

estèves

L’estève est un petit gâteau en forme de marmouset (petit enfant) , diminutif : estevenet, estevenoun, vient de Étienne et voici ces gâteaux : estevenou, estève ou coulom en forme de petits enfants qui se font dans la région de Montpellier pour rappeler la naissance de l’enfant Jésus, liée à celle de Saint-Étienne le 26 décembre.
La pâte qui sert à réaliser ces gâteaux est la même que celle qui sert à réaliser la coque ou gâteau des rois.

Jeanbonhommes

Jeanbonhommes

Les Jeanbonhommes sont des  petites brioches en forme de bonhomme, identiques au Mannala alsacien, on ne les trouve guère que dans le Territoire de Belfort où elles sont associées à l’Avent, et donc fabriquées seulement de la Saint-Nicolas à Noël.

 Mannala  ou Mannele

männle

De l’alsacien petit bonhomme, un Mannala (dans le Haut-Rhin) ou Mannele (dans le Bas-Rhin) est un petit pain au lait en forme de petit bonhomme préparé par les boulangers alsaciens pour la Saint-Nicolas et qui peut accompagner le chocolat chaud du goûter des enfants.

Cette brioche peut être enrichie de raisins secs ou de pépites de chocolat.

En Alsace et en Moselle, les Mannele sont liés à la célébration du jour de la Saint-Nicolas, dès le XVe siècle.

Ces brioches sont censées représenter Saint Nicolas ou les trois enfants sauvés par le saint.

 Mariotte

mariotte montbard

La mariotte est un dessert que l’on déguste dans le village de Montbard 21500 pour la Chandeleur.

Il s’agit d’un soufflé en pâte feuilletée et en forme de personnage. Les mariottes sont cuites au four, puis glacées au sirop de sucre et décorées avec des légumes secs pour les yeux et pour les boutons des vêtements.

La mariotte est une spécialité locale. On ne la trouve en effet que dans la ville de Montbard dans le département de la Côte-d’Or.

Selon la légende, des lavandières aperçurent des fées virevoltant au dessus d’une fontaine. En leur honneur elles décidèrent de confectionner des petits personnages en pâte, des marionnettes ou mariottes. La tradition voulait que jeunes et vieillards décapitent les mariottes et jettent leur tête dans la fontaine en offrande aux fées.

Si celles-ci étaient reconnaissantes, garçons et filles trouvaient à se marier dans l’année.

  Naulet

aaaaaaaanaulets de noel

Les naulets sont des biscuits ou des petits gâteaux que l’on fait à Noël et au Jour de l’An, sont confectionnés dans le Berry.

Une partie de l’attrait de ces sucreries est leur petite dimension. Les jeunes en sont très friands. C’est une espèce de gros biscuit, le plus souvent en forme de petit  bonhomme, que la marraine et le parrain offraient aux enfants à Noël.

Pantin d’Annonay

pantin anonay

 Le pantin d’Annonay  région Rhône Alpes, est un gâteau sablé. Il existe des preuves de sa présence depuis le dix-huitième siècle.

Les Pantins sont en forme de bonshommes, d’animaux (notamment l’agneau) ou encore de montgolfières. C’est une pâtisserie qui est faites pour Pâques.

Ils sont croquants à l’extérieur, mous à l’intérieur et couverts de glace rose.

Suisse

suisse

Le Suisse  dit également « Pantin » est une  spécialité de Valence (Drôme).

C’est un biscuit un peu compact en forme de bonhomme. Il est en pâte sablée et contient de petits morceaux d’écorce d’orange confite. Il est parfumé à la fleur d’oranger.

Le nom, la forme et la décoration de ce biscuit sont inspirés de l’uniforme des gardes suisses du Pape Pie VI prisonnier puis décédé à Valence en 1799.

Il est caractéristique avec son chapeau sur la tête, une fine moustache, des yeux en grains de café et des boutons en raisins de Corinthe.

L’origine de la forme a été donnée par les boulangers de Valence qui, en signe de reconnaissance envers le pape Pie VI, ont créé une armée pour protéger le pape alors emprisonné.

En effet, l’ensemble de la garnison de l’armée suisse, qui était censée protéger le pape, avait été massacrée par Napoléon.

Par ailleurs, le cœur du pape est conservé en la cathédrale de Valence dans la Drôme.

 

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :