Une petite tournée des Liqueurs de France

Une liqueur est une boisson spiritueuse ayant une teneur en sucre minimale de 100 grammes par litre, obtenue par aromatisation de l’alcool éthylique d’origine agricole ou d’un distillat d’origine agricole.

Différents procédés sont utilisés, comme la macération et l’infusion de fruits ou de plantes ajouter à de l’eau de vie blanche ou non.

Les liqueurs, dont le degré alcoométrique est de 15 à 55 °, entrent dans la composition de nombreux cocktails et se consomment aussi habituellement comme digestifs à la fin des repas. Les liqueurs font partie des spiritueux.

l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Dans les régions françaises sont distillées plusieurs liqueurs, certaines ont une renommée nationale voire internationale, voici une petite tournée des Liqueurs de France que j’ai pu déguster, à découvrir:

Arquebuse de l’Hermitage

Arquebuse de l'Hermitage

L’Arquebuse de l’Hermitage est préparée par macération et distillation de plantes choisies pour leurs vertus naturelles.

La composition de cette boisson contient 33 plantes, sauge, gentiane, tilleul

Le frère Emmanuel, infirmier au monastère mariste de l’Hermitage de Valla-en-Gier, près de Saint-Chamond, élabore dans les années 1850 une décoction à base d’extraits de plantes aux multiples vertus.

Face au succès du breuvage les maristes lancent la marque « Arquebuse de l’Hermitage » en 1869 et installent une distillerie dans l’Hermitage de Saint–Laval.

Bénédictine

 benedictine

 La liqueur Bénédictine est un alcool à base de plantes et d’épices à déguster pur, en cocktails ou dans des préparations culinaires. La fabuleuse histoire de Bénédictine commence à la Renaissance lorsqu’un moine vénitien du nom de Dom Bernardo Vincelli, crée à l’Abbaye de Fécamp (76), un élixir à base de 27 plantes régionales et épices orientales dont: 

l’hysope, la mélisse, l’angélique, la coriandre, le clou de girofle, la noix de muscade d’Indonésie, le thé noir, la myrrhe, le genièvre, l’arnica, la cannelle de Ceylan, le thym, la vanille de Madagascar, des écorces de citron, du macis, de la fleur de sapin, de l’aloès, du zeste d’orange, des baies rouges..les proportions sont bien sûr gardées secrètes.

La Bénédictine est largement utilisée en Normandie dans la confection de confiseries telles que les « truffes à la Bénédictine » ou de desserts tels que les « crêpes », le « soufflé à la Bénédictine » ainsi qu’à rehausser la saveur des gâteaux.

B & B (moitié Bénédictine, moitié cognac – le B est pour Brandy à raison de 40 % de cognac et 60 % de Bénédictine) Le B&B a été inventé par un barman à New York et est surtout vendu à l’export pour les pays anglophones, ce qui explique que le nom du produit soit en anglais.

Cédratine

cédratine

La cédratine est une liqueur corse se compose d’alcool, de sucre, de cédrats (ancêtre du citron) et d’extraits naturels végétaux. Elle résulte de la macération de l’écorce de cédrat dans de l’alcool distillé à 2 reprises.

La cédratine exhale les parfums de ce fruit rare qui développe ses subtilités sous le climat clément et doux de la Corse. Son arôme exquis enchante.

Elle se boit glacée, idéal comme digestif.

Chartreuse

chartreuse

Selon la tradition, la chartreuse naît en 1605, quand les moines de la chartreuse de Vauvert à Paris (à l’emplacement de l’actuel jardin du Luxembourg) reçoivent  du duc d’Entrées un mystérieux manuscrit avec la formule d’un Élixir de Longue Vie (contenant la quasi-totalité des plantes médicinales de l’époque), dont nul ne sait l’origine.

A cette époque, en effet, seuls les moines et les apothicaires possèdent les connaissances nécessaires au travail des plantes.

Trop complexe, la recette n’est pas exploitée immédiatement, mais fait cependant l’objet de travaux menés par l’apothicaire de la Grande-Chartreuse, frère Jérôme Maubec. En 1737, le monastère de la Grande-Chartreuse, près de Grenoble, produit l’élixir dans sa pharmacie et commence à en faire commerce.

Sa commercialisation se fait par un frère à dos de mulet et reste donc limitée aux proches villes de Grenoble et Chambéry, où il devient populaire.

Cet élixir est toujours commercialisé de nos jours, sous le nom d‘Élixir Végétal de la Grande Chartreuse.

À partir de l’élixir, les chartreux développent rapidement un digestif au goût original. Mais il faut attendre 1764 pour que la chartreuse verte, élaborée à partir de la recette originale, soit commercialisée sous le nom de liqueur de santé.

La méthode de fabrication reste donc peu connue. Aucun additif artificiel n’entre dans la composition de la chartreuse. Les 130 plantes qui la composent sont d’abord mises à macérer dans un alcool de raisin puis distillées. Leur couleur respective est principalement due à la chlorophylle et au safran, qui sont leurs colorants naturels.

La chartreuse est une liqueur fabriquée par les moines chartreux dans les caves de Voiron en Isère, en bordure du Massif de la Chartreuse.

L’Élixir végétal de la Grande-Chartreuse : élaboré selon la recette originale fournie en 1605, sa fabrication nécessite 130 plantes, pour un degré d’alcool de 69°. Il se consomme en grog, dans des infusions ou sur un morceau de sucre. Il titrait 71° jusqu’en janvier 2010 mais le degré d’alcool fut abaissé par directive européenne.

elixir

La Chartreuse verte : sa couleur unique est due aux 130 plantes qui la composent (le pigment vert essentiel est la chlorophylle), et son degré d’alcool est de 55 °. Elle se déguste en général glacée, en digestif ou en cocktails.

La Chartreuse jaune : fabriquée avec les mêmes plantes que la Verte mais dans des proportions différentes, elle est plus douce et plus moelleuse et titre à 40 ° d’alcool.

Le pigment naturel qui lui donne sa couleur est le safran.Bien que dégustée généralement en digestif, la chartreuse entre dans la composition d’un nombre croissant de cocktails, parmi lesquels certains sont devenus traditionnels.

On peut citer, de manière non exhaustive :

Green chaud : un trait de chartreuse verte dans une tasse de chocolat chaud bien crémeux.

Cointreau

Remy CointreauLe Cointreau est une liqueur à base d’écorces d’oranges douces et amères (Citrus bigaradia),  elles proviennent du Brésil pour l’amer et de France pour le doux créée en 1849 à Angers, proche du triple sec.

On peut le savourer seul, en cocktail par exemple :Le Cointreaupolitan est la version française du célèbre cocktail Cosmopolitan plébiscité outre-Atlantique et qui apparaît notamment dans la série américaine Sex and the City, mais sans la vodka.

Fraise de Plougastel

liqueur de fraise de Plougastel

La fraise de Plougastel  est très parfumée, elle est célèbre dans toute la France et au-delà des frontières.

La liqueur de Fraise de Plougastel est élaborée à partir d’une macération de fruits frais rigoureusement sélectionnés, ce que nous permet la proximité des lieux de production durant toute la période de récolte des fruits.

De puissants arômes et un fruité persistant, confèrent à cette liqueur le pouvoir de séduire les palais.

Génépi

genepi

Avant de devenir un digestif très connu, il faut savoir que l’origine de la liqueur de génépi remonte au Moyen-âge.

Ce n’est que bien plus tard que le génépi s’est répandue grâce à la production des moines comme de nombreuses liqueurs d’ailleurs.

A partir du XIX ème siècle, la liqueur de génépi devient commerciale avec notamment l’apparition de distilleries dans les montagnes des Alpes et plus particulièrement en Savoie.

C’est clairement l’engouement pour les stations de ski qui rendront la liqueur de génépi célèbre et emblématique des montagnes françaises.

La liqueur de Génépi : est à base d’une plante aromatique de haute montagne, sa couleur est vert clair avec des reflets jaune brillant. Un nez frais et floral.

En bouche, la saveur franche, aucune amertume ni astringence ne viennent perturber la générosité de la fleur et la douceur du pollen. A servir frappée pour révéler les notes fraîches.

Si le génépi est à l’origine utilisé pour lutter contre les problèmes digestifs, il est aujourd’hui utilisé principalement en liqueur comme digestif de fin de repas.

Grand Marnier

grand marnier

Le Grand Marnier est la liqueur française la plus connue et la plus prestigieuse au monde. Elle s’est affirmée depuis plus d’un siècle comme une marque unique, symbole de qualité et d’élégance.

Le Grand Marnier est une marque de liqueur française créée en 1880 à Neauphle-le-Château (Yvelines) par Louis-Alexandre Marnier-Lapostolle et détenue par l’entreprise Marnier-Lapostolle.

Louis-Alexandre Marnier Lapostolle imagine d’assembler des cognacs rigoureusement sélectionnés et vieillis en fûts de chêne avec l’orange amère Citrus Bigaradia, un fruit rare et exotique au parfum particulièrement délicat.

Très vite, ce spiritueux exclusif et raffiné est adopté par les bars les plus chics d’Europe et d’Amérique du Nord. On peut le savourer seul en digestif ou en base ce cocktail.

Le Grand Marnier est l’ingrédient indispensable à la réalisation des crêpes Suzette !

Izarra

 

IZARRA

 L ‘Izarra, qui signifie l’étoile en basque, est une marque de liqueur créée en 1906 à Hendaye par le botaniste et négociant Joseph Grattau.

Izarra est une liqueur réalisée à base de plantes et d’épices, de brou de noix, de pruneaux et d’Armagnac. 16 plantes et épices constituent l’Izarra Verte et 13 l’Izarra Jaune, et chacune titre à 40° d’alcool. Izarra 54 est à 54 degrés.

Izarra est un symbole du Pays basque.

Izarra se décline en 3 bouteilles.

L’Izarra Verte est une alchimie magique entre 16 plantes et épices rares, et c’est bien la menthe poivrée qui façonne son caractère.

L’Izarra Jaune est étonnante. Les 13 plantes et épices qui la composent ont une forte personnalité et pourtant, elles se marient à merveille. Une dominante de miel frais semble se dégager.

Izarra 54 est une liqueur végétale et épicée aux accents centenaires puisqu’elle reproduit au plus près la recette historique de l’Izarra Verte celle que consommaient nos aïeux dans les années 1910.

A déguster seule, ou, en cocktail :

Le Mojito Basque, Recette du Mojito Classique avec de l’Izarra Verte à la place du rhum, pour un mojito plus frais

L’Izarra Limon, Izarra Verte allongée au Schweppes Lemon ou au Kas Citron avec des glaçons. Très frais, estival, légèrement fruité, doux, vert pastel.

Kamok

kamok

Kamok est une liqueur unique au potentiel unique, c’est sous l’influence des Hollandais venus travailler à l’assèchement des  marais sud-vendéens, et grands amateurs de café que  Paul-Emile Vrignaud crée sa première alchimie en intégrant le café comme principal ingrédient à sa recette. C’est ainsi que naît le fameux « Café liqueur », connu aujourd’hui sous le nom de Kamok, anagramme du mot MOKA.

La liqueur de café Kamok se prête aisément à tout élan de créativité : consommé en digestif, grog ou apéritif, savouré pur ou mélangé de glace pilée adouci de lait, décliné en multiples cocktails.

On peut ajouter du Kamok  pour parfumer  des pâtisseries et confiseries.

Lambig ou Fine Bretagne

lambig bretagne

Le lambig est un des noms donnés à une eau-de-vie de cidre fabriquée en Bretagne.

Aussi appelée localement « Fine Bretagne », gwinardant, odivi ou lagout, c’est l’équivalent breton de la goutte dans le reste de l’ouest de la France.

Le lambig est l’équivalent breton du Calvados.

Le mot lambig provient du breton « ul lambig« , l’appareil ayant donné son nom au produit : le lambig est en effet obtenu par distillation de cidre dans un alambic. Le cidre est chauffé jusqu’à évaporation de l’alcool.

Un système de refroidissement permet de condenser les vapeurs et de récupérer le distillat qui titre alors environ 70 %. Cet alcool concentré peut ensuite être coupé avec de l’eau pour ramener son titre à environ 50 % en volume.

On distille en général une barrique de cidre (225 litres) pour obtenir 20 litres de lambig. L’opération est effectuée, pour le compte des exploitants producteurs de cidre, par des distillateurs professionnels itinérants (ou bouilleurs de crus) qui se déplacent d’un village à l’autre.

 Vieilli en fûts de chêne pendant 4 ans, il est alors appelé : fine Bretagne ,  Appellation d’origine réglementée depuis 1999. Commercialisé, il titre en général 40 % d’alcool. Il est utilisé en cuisine, en digestif, plus rarement en apéritif..

Compte tenu de sa distillation en fût,le lambig a une complexité aromatique qui s’épanouit en un subtil équilibre de parfums fruités et boisés.

Lérina

La Lérina est une liqueur faite à base d’herbes, d’épices ou de fruits macérés dans de l’alcool.

Comme beaucoup de monastères à la fin du XIXe siècle, la communauté monastique de l’abbaye de Lérins a créé une distillerie.

Fermée en 1903 pour éviter les expulsions, au moment de la séparation des Églises et de l’État en 1905, elle fonctionnera de nouveau peu avant la Seconde Guerre mondiale. Elle existe encore aujourd’hui, cette distillerie est équipée d’un magnifique alambic de 1948 pour élaborer la Lérina.

La Lérina est composée de 44 plantes, sa recette se transmet au sein de la communauté de frère liquoriste en frère liquoriste, elle est distillée suivant deux couleurs : jaune et verte.

La Lérina jaune a une saveur plus douce que la Lérina verte, due à des proportions de plantes différentes.

Sa couleur jaune dorée, entièrement naturelle, provient des pigments du safran.

Elle se caractérise par l’influence maritime, la force des agrumes et la tonicité du terroir.

Quant à la Lérina verte avec sa robe jaune vert tendre d’une luminosité parfaite. Elle a un nez aux arômes floraux menthe verveine et anis.

Micheline

zzzmicheline liqueur

La Micheline est une liqueur de Carcassonne dont on fait remonter l’origine au ive siècle

Un certain Michelin Boato en fut l’inventeur; chacun accourait lui acheter cet élixir de jouvence, mais la recette fut perdue.

En 1856, au XIXe siècle lors de fouilles dans la Tour de l’Inquisition de la Cité, des parchemins découverts dans un coffre d’argent révèlent la recette de l’élixir de Carcassonne. Le parchemin est alors envoyé à Michel Sabatier. Celui-ci décide de la préparer « selon la recette XIIIe siècle » et lui donna son nom et fonde les Etablissements Sabatier.

zzzmicheline liqueur1

La Micheline est préparée avec de la mélisse, noix de muscade, cardamome et, plus d’une dizaine de plantes et d’épices.

Liqueur de mirabelle

liqueur de mirabelle

La liqueur de mirabelle est une boisson alcoolisée à base de mirabelle. Elle est obtenue après macération de noyaux de mirabelle et de sucre dans de l’eau-de-vie incolore. Cette boisson possède environ 15° d’alcool.

Elle est notamment utilisée pour confectionner le kir lorrain, en l’additionnant d’un blanc sec, idéalement un vin de Moselle.

Il ne faut pas confondre cette liqueur avec l’eau-de-vie de mirabelle qui est obtenue en faisant fermenter des fruits puis en distillant le résultat. Cette boisson fait d’ordinaire environ 40° d’alcool et elle bénéficie d’une appellation réglementée.

C’est une spécialité récente, de la fin du XIXe siècle, puis qu’auparavant un édit interdisait la distillation des fruits à noyaux pour protéger les vignerons de la concurrence.

Liqueur de myrte

liqueur-de-myrte

La liqueur de myrte, ou plus simplement myrte, est une liqueur, très populaire en Corse, obtenue par macération alcoolique de baies de myrte ou d’un mélange de baies et de feuilles.

Dans l’acception courante du terme, la liqueur de myrte est le résultat de la macération de baies pigmentées mûres.

La liqueur de Myrte se boit essentiellement en digestif après un bon repas. Elle se boit très fraîche.

Ses arômes sont très fruités et parfumés.

Noyau de Poissy

Noyau de Poissy Il semblerait que dès 1698, une aubergiste, Madame Suzanne, proposait le Noyau de Poissy à ses clients dans son établissement ; et qu’il était de pratique courante, au XVIIIe siècle, que la liqueur à base de noyaux de fruits, fabriquée à Poissy, soit servie dans les auberges et hôtelleries fréquentées chaque jeudi par les nombreux vendeurs et acheteurs du marché aux bestiaux.

Le Vrai Noyau de Poissy est une liqueur à base d’ amandons de noyaux d’abricots, macérés ou distillés dans un alcool surfin, en présence, selon les recettes, de fine eau de vie de vin, enrichies de plantes et subtilement aromatisées.

Il existe donc 2 liqueurs Noyau de Poissy : Le Gobelet d’Argent titre 25 % d’alcool, est de couleur ambré et offre un parfum d’amande douce agréablement porté par une fine note d’Armagnac.

Le Sceau de Saint Louis est un spiritueux à 40 % d’alcool, est transparent et exprime un parfum élégant, puissant et très expressif d’amande douce aux notes de frangipane et de fleur d’oranger.

Origan du Comtat

Origan du Comtat

L’origan du Comtat, est une liqueur du Comtat Venaissin, produite à base de marjolaine.

Elle a été élaborée, vers 1870, par la Distillerie A. Blachère, une des plus anciennes de Provence, qui était alors installée à Avignon.

Son créateur Auguste Blachère en fit rapidement l’un des digestifs les plus célèbres de France. Actuellement installée à Châteauneuf-du-Pape, la distillerie utilise toujours comme base de sa liqueur, la marjolaine en plus de l’origan, ainsi que 60 autres plantes poussant sur le piémont du Mont Ventoux.

Leur macération puis leur infusion est suivie d’une distillation. La douceur de cette liqueur est obtenue grâce à l’adjonction de miel de Provence.

Elle fut administrée aux malades de  l’épidémie  de choléra qui toucha le Vaucluse en 1882. En remerciement la ville d’Avignon fit réaliser trois céramiques, qui restèrent en exposition  pendant plus de trois décennies sur les remparts, aux entrées  principales de la Cité des papes.

Outre ses qualités digestives, la liqueur semble avoir eu des qualités thérapeutiques.

Parfait Amour

parfait amour

Le Parfait Amour est une liqueur, de couleur violette élaborée à partir de nombreux ingrédients: citron ou cédrat, vanille, girofle, cannelle, géranium, orange et de coriandre macérés dans de l’alcool.

Chaque liquoriste a sa propre recette de Parfait Amour.

La recette du Parfait Amour remonte au XVIIIe siècle. C’était une boisson très populaire entre les deux guerres. Le Parfait Amour est une liqueur que l’on dit d’origine hollandaise.

En 1900, le Parfait Amour était un ingrédient populaire dans les cocktails et les couleurs, de plusieurs alcools couches construites faisait merveille.

Mais sa consommation a diminué au cours du XXème siècle. Il y a quelques cocktails avec Parfait Amour: le cocktail Jupiter (gin, sec,vermouth, Parfait d’Amourjus d’orange), l’aviation (gin, Parfait Amour, marasquin, jus de citron) …

Prunelle de Troyes

prunelle de troyes

La Prunelle de Troyes est une liqueur à 40° élaborée à base de noyaux de prunelle.

Elle est distillée depuis 1840, et sa recette a obtenu la médaille d’or à l’exposition universelle de Paris en 1900.

Elle se fabrique grâce aux noyaux de prunelle qui sont broyés et mis en macération dans l’alcool, avant une double distillation effectuée dans l’alambic.

Son secret de fabrication repose sur le mariage avec d’autres ingrédients naturels qui lui donnent sa complexité

Sa fabrication s’effectue dans la distillerie du Cellier Saint Pierre, située près de la cathédrale de Troyes.

Triple sec ou élixir Combier

triple sec

Un triple sec est une liqueur d’écorces d’orange utilisée dans de très nombreux cocktails et recettes. Elle résulte d’une triple distillation d’écorces d’oranges douces et amères. Le triple sec est distillé trois fois à 20 % vol, 30 % vol et 40 % vol. Le taux volumique d’alcool du triple sec est de 40°.

Le triple sec a été inventé en 1834 par le liquoriste Jean-Baptiste Combier à Saumur. Pour la confection de l’Élixir Combier quelques années plus tard, il adapta une recette du chimiste François Raspail (1794-1878), personnalité marquante de la Révolution française de 1848, qu’il aurait connu en prison. Selon d’autres sources, François Raspail aurait publié une recette d’élixir, dite « liqueur de Raspail », dans un almanach, que Jean-Baptiste Combier aurait adaptée en « élixir Combier» (mariage entre du cognac, du triple-sec, de l’orange douce et des plantes) .

Les écorces d’orange sont séchées pendant une longue période, puis elles macèrent dans de l‘eau-de-vie avant d’être distillées dans de grands alambics en cuivre.

Verveine du Velay

verveine du velay

Verveine du Velay est une marque commerciale de liqueur dont l’élaboration est faite à partir de 32 plantes dont la verveine citronnelle et qui est vieillie en fûts de chêne.

La verveine semble avoir été connue depuis les temps les plus reculés en Auvergne.

verveine du velay2

Les Druides, lors de leur grand conseil, appelaient à siéger à leurs côtés, « la Velléda tenant une faucille d’or ainsi que les vierges couronnées de verveine et de sillage cueilli au sixième jour de la lune, ornées d’anneaux cabalistiques et habiles dans l’art de préparer les philtres. ».

La formule de la verveine du Velay a été mise au point, en 1859, par un nommé Joseph Rumillet-Charretier, un herboriste du Puy-en-Velay.

Cette liqueur est composée d’un mélange de 32 plantes, parmi lesquelles se trouvent la verveine citronnelle, les baies de genièvre et les macis .

Tous les ingrédients sont mis macérer dans de l’alcool durant une période de 8 à 9 mois. Intervient ensuite la distillation qui se fait en alambic de cuivre.

Cette liqueur subit ensuite un vieillissement en fûts de chêne de 500 à 3 000 litres pendant un à deux ans.

La plus renommée de ces liqueurs est la verveine verte.

La distillerie Pagès indique que dans sa composition, outre les feuilles de verveine, entrent des nombreuses autres plantes, aromates et épices. Seul les maîtres de chais qui se sont succédé pour élaborer cette liqueur connaissent les secrets de sa fabrication.

Quant au maître distillateur qui procède au mélange des ingrédients, on sait qu’il mêle des alcoolats aux infusions de plantes et de feuille de verveine. S’y ajoute du miel d’Auvergne, du sucre et du cognac selon les recettes des trois verveines actuelles : la Jaune, la Verte et l’Extra.verveine du velay1

 Vespétro

vespreto

Le Vespétro est une liqueur  d’origine savoyarde ancienne aux vertus carminatives reconnues.

Elle tire son nom de trois verbes : vesser, péter, roter, soit les effets attendus lorsque l’on souhaite nettoyer un appareil digestif encombré.

Aussi appelée bonne liqueur, ratafia d’angélique et de coriandre composent le Vespétro tend à disparaître, notamment à la suite du développement du marché des produits pharmaceutiques.

Le Vespétro est diffusé depuis la Savoie, cette liqueur est fabriquée à base d’eau-de-vie, comme le jeune Calvados que l’on sucre et dans lequel on laisse macérer pendant quelques jours (5 à 10 jours environ) des graines d’angélique, de coriandre, de fenouil (et parfois d’anis vert) mélangées avec le jus et le zeste de 2 citrons.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire