alcools & vins &eaux Florilège gourmand

Un Tour du Monde des vermouths

Spread the love

Le vermouth est un vin aromatisé ou apéritif à base de vin (ABV) et fortifié par adjonction de mistelle, d’eau-de-vie ou de liqueur. Il titre entre 14,5° et 22°.

 

 

 

 

 

La dénomination « vermouth » serait due à Antonio Benedetto Carpano qui élabore la recette dans une distillerie de la Piazza Castello à Turin (Italie) en 1786, d’après une recette d’apéritif allemand à base de vin et de Wermut (vermouth ou absinthe en allemand), « vin liquoreux aromatisé de plantes amères et toniques » (attesté depuis 1783) ». Il mélange un muscat cannelli avec des épices secrètes et baptise la boisson « vermouth ».

 

 

 

 

 

 

Ce vin liquoreux faiblement alcoolisé devient l’apéritif turinois par excellence, on parlait même de « l’heure du vermouth ». Le roi Victor-Emmanuel II le consacre boisson officielle de la cour de la Maison de Savoie. La région du Piémont serait donc la zone historique de production.

 

 

 

 

 

 

Le vermouth s’est d’abord diffusé en Europe, puis aux États-Unis et dans le monde. Il a fait la fortune des entreprises italiennes comme Martini, Cinzano ou Gancia. Le vermouth devient populaire au début du XIXe siècle et très populaire jusqu’aux années 1940-1950.

En France, il existe plusieurs régions de production, comme Chambéry par son influence savoyarde (duché de Savoie) et toute la région qui va de Marseille à Béziers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Servi principalement en apéritif, mais très utile aussi en cocktail et en cuisine, ce vin aromatisé offre des expressions très variées en fonction du pays où il est produit.

L’histoire du vermouth est, comme la musique ou la danse, une longue succession d’inspirations.

 

 

 

 

 

Tout débute avec l’utilisation de l’absinthe comme plante médicinale. Un papyrus atteste déjà de son utilisation en Égypte au 16e siècle avant J.C., mais on peut sûrement remonter plus loin. Les Grecs consomment l’absinthites oinos, du vin aux extraits ou aux feuilles d’absinthe, contre les rhumatismes. Puis Hippocrate, au 4e siècle avant J.C., écrit sur le breuvage médicinal vinum absinthiatum, parfois confondu avec le premier vermouth.

 

 

 

 

 

 

Au 16e siècle, l’humaniste et herboriste italien Girolamo Ruscelli aussi appelé Alessio di Piemonte (1500-1566), met au point le Wermut Wein. Il s’inspire justement des travaux d’Hippocrate pour élabore un breuvage à partir d’un mélange secret de plantes, dont l’absinthe, et d’épices.

 

 

 

 

 

La majorité des sources semble pencher pour une apparition du vermouth au 18e siècle, dans le Piémont italien. Il aurait été « officiellement » créé par Antonio Benedetto Carpano dans une distillerie de la Piazza Castello à Turin en 1786. Celui-ci se serait inspiré d’une recette d’apéritif allemand à base de vin et de « wermut » ou « vermut », absinthe en allemand, pour créer un vin aromatisé de plantes amères et toniques ainsi que d’épices. Mais d’autres distilleries comme Cinzano se sont également lancées à la même période dans de telles productions.

 

 

 

 

 

Toujours est-il que ce vin fortifié et peu alcoolisé devient un apéritif de choix dans la région de Turin. Victor-Emmanuel II, duc de Savoie puis roi d’Italie au 19e siècle, consacre même le vermouth boisson officielle de la cour de la Maison de Savoie. La région du Piémont serait donc la zone historique de production, bien que la Savoie française, anciennement dans le Piémont italien, le revendique aussi.

Le vermouth se diffuse rapidement en Europe. Comme le gin, il est synonyme de remède contre différents maux (paludisme…). La période du phylloxera à partir de 1860 rend cette boisson encore plus populaire. Vous avez tous en tête ces grandes publicités de marques sur les murs (parfois encore existantes). Cet apéritif se démode après la seconde guerre mondiale. Il finit par revenir sur les devants de la scène à partir des années 2000, avec le retour en grâce de la mixologie.

Pour élaborer le vermouth, on utilise des vins blancs (sauvignon, chardonnay, muscat, calirette, picpoul…) pour un vermouth bianco ou des vins rouges (jacquère, trebbiano, zweigelt, gamay…) pour le vermouth rosso. Il est généralement neutre en goût et compose 70% de la recette.

On lui adjoint une mistelle (mélange de moût de raisin non fermenté) ou un vin de liqueur, de l’alcool neutre et des herbes (armoises), des racines ou des épices (une quarantaine possible) dont : absinthe / Artemisia, angélique officinale, camomille, cannelle, cardamome, cascarille, clou de girofle, coriandre, églantier, génépi, gentiane, gingembre, hysope, iris, marjolaine, muscade, noix de cola, orange amère, origan, prunelier, quinquina, sarriette, sauge, sureau, thym, vanille…

Comme vous pouvez le comprendre, avec autant de recettes possibles, c’est un peu comme chez les spiritueux. Le style du vermouth, et donc son goût, vont dépendre de plein de choses. Même sans y avoir jamais goûté, vous connaissez forcément déjà quelques grandes marques de vermouths.

Voici un Tour du Monde des vermouths, à découvrir : 

 

 

 

Byrrh

France

 

 

 

 

 

 

 

Le Byrrh est une marque de quinquina français créé à Thuir, Pyrénées-Orientales, en 1866, la marque Byrrh ayant été déposée en 1873. C’est un vin additionné de mistelle et aromatisé essentiellement à la quinine.

La marque appartient à la société Pernod Ricard pour l’avoir achetée avec les autres actifs de Cusenier.

 

 

 

 

 

 

 

Les frères Pallade et Simon Violet, drapiers ambulants, décident de profiter de la fièvre vinicole que connaît la région pour élaborer un médicament à base de vins, de quinquina et composé de différentes épices telles que le café, le cacao, la fleur de sureau, la camomille, etc. L’ordre des pharmaciens de Montpellier ne voit pas du tout l’arrivée d’alcool sur leurs étals d’un bon œil et intente un procès aux deux frères, qui ne disposent pas de nom pour leur produit.

 

 

 

 

Celui-ci doit donc être retiré de la vente, car il fait de l’ombre aux autres élixirs à base de quinquina. Ils modifient alors leur recette, réduisant la dose de quinquina, et le vendent comme apéritif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nom de ce produit prend sa source dans l’anecdote suivante : les frères Pallade et Simon Violet étaient spécialisés dans la vente de tissus.

 

 

 

 

 

En cherchant comment baptiser ce nouveau breuvage, ils auraient été attirés par l’un de leurs coupons d’étoffes, présentés sous la forme d’un nuancier ; chaque étoffe était traditionnellement référencée par une lettre.

 

 

 

 

La suite « B.Y.R.R.H. » sauta aux yeux des marchands et fut immédiatement adoptée pour donner un nom à leur apéritif.

  

Cinzano

Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cinzano est une marque piémontaise qui produit des apéritifs et vins pétillants. Son siège social se trouve à Santa Vittoria d’Alba (Cuneo).

 

 

 

 

 

 

Le vermouth Cinzano a été créé en 1757 à Turin par Giovanni Giacomo et Carlo Stefano Cinzano, deux frères herboristes. Ce fut d’abord un vermouth rosso (vermouth rouge), élaboré à base de trente-cinq plantes aromatiques des Alpes dont la marjolaine, le thym et le millefeuille musqué. Il fut d’abord connu sous le nom de « vermouth de Turin ». Le bianco suivit, élaboré avec une combinaison d’épices et d’herbes différentes dont l’armoise (absinthe), la cannelle, les clous de girofle, des agrumes et de la gentiane. Puis ce fut la troisième version avec l’Extra Dry.

 

 

 

 

Les exportations commencèrent dans les années 1890 en Argentine, au Brésil et aux États-Unis. En 1912, à Paris, ce vermouth a été le premier produit à être annoncé avec une enseigne au néon.

 

 

 

 

 

Cinzano est resté une entreprise familiale jusqu’en 1985. En 1992, la vente de ses actions fait passer Cinzano International SA dans le giron du groupe International Distillers and Vintners Limited, une filiale de Grand Metropolitan. À la suite d’une fusion en 1997, Grand Metropolitan est devenu Diageo. En 1999, Diageo a revendu Cinzano au groupe Campari.

 

 

 

 

Le marché Français fût après l’année 1938 quant à lui réalisé par l’entreprise CDC, (Société Cinzano Dubonnet) dû à une cession de la marque, puis par Pernod-Ricard.

 

 

 

 Types de Cinzano :

Bianco (vermouth aux saveurs acidulées-douce de cannelle et de clou de girofle)

Rosso (rouge rubis, des arômes épicés de thym et la marjolaine)

Extra Dry (robe pâle et lumineuse, extra-sec)

Limetto (vert pâle, fruité, saveur de citron)

Orancio (jaune-orange arômes fruités, d’orange et la vanille).

 

 

 

Gancia

Italie

 

 

 

 

 

 

 

Gancia est une entreprise viticole italienne qui produit une large gamme de vins mousseux et tranquilles de la région du Piémont.

 

 

 

 

 

 

L’entreprise a été fondée en 1850 à Turin par Carlo Gancia. Carlo Gancia est connu comme le père du vin mousseux italien , produisant le premier vin mousseux élaboré selon la méthode classique (ou méthode traditionnelle) dans le Piémont en 1850 à son retour de France où il avait étudié les techniques de production de Champagne .

 

 

 

 

Après 15 ans d’essais et de petits lots, il le commercialisa à grande échelle en 1865. Ce vin innovant est encore produit aujourd’hui, un Asti DOCG premium, vieilli pendant au moins 24 mois.

 

 

 

 

En raison de la complexité du processus, Gancia est la seule cave à produire ce produit. L’entreprise est également connue pour sa Gancia Aperitivo Originale. Comme d’autres boissons alcoolisées italiennes (comme le Fernet), la Gancia américaine est consommée massivement en Argentine.

 

 

 

 

A l’occasion du 170ème anniversaire de sa fondation, l’entreprise a été honorée par le gouvernement italien avec l’émission d’un timbre commémoratif reproduisant une affiche publicitaire de 1922 de Leonetto Cappiello.

Ils produisent du vermouth Rosso, Bianco et Extra Dry.

  

La Quintinye Vermouth Royal

 France 

 

 

 

 

 

 

Né au cœur du terroir de Cognac, La Quintinye Vermouth Royal est un vermouth français aux arômes riches et opulents.

 

 

 

 

Le vermouth rouge est élaboré à partir d’une sélection de 28 plantes aromatiques et d’un assemblage de vins blancs et de pineau des Charentes rouge, qui colore naturellement sa robe ambrée.

 

 

 

 

Il libère un complexe et somptueux bouquet d’arômes.

 

 

 

Notes de dégustation :

Nez : équilibré et puissant révélant des arômes de réglisse, prune et vanille, et des notes chocolatées.

 Bouche : riche et puissant avec ses notes caramélisées, de vanille amère et d’épices.

 Finale : longue et persistante.

 

Lillet

 France 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lillet est un apéritif à base de vin produit à Podensac, près de Bordeaux. Il est à base de 85 % de vins, 15 % de liqueurs de fruits et du quinquina. Les liqueurs de fruits sont obtenues en laissant macérer pendant plusieurs semaines dans de l’alcool des écorces de fruits, comme l’orange douce (Maroc, Espagne) et l’orange amère (Haïti, Pérou).

 

 

 

 

 

 

Il est élevé de manière traditionnelle en fûts de chêne. La marque appartient au groupe Pernod Ricard.

La société Lillet Frères (liquoristes et négociants en vins et spiritueux) a été fondée en 1872 à Podensac, en Gironde. Le Lillet blanc naît en 1887. L’idée d’associer des vins de Bordeaux et plantes ou fruits exotiques vient du Père Kermann, médecin parti au Brésil sous Louis XVI et revenu s’installer à Bordeaux, où il produit des liqueurs et des fortifiants, principalement à base de quinquina. Bordeaux est alors un des principaux lieux de négoce du vin et le principal port français vers les Antilles.

La marque se développe rapidement en France et dans les grandes villes européennes après la Première Guerre mondiale, pendant les Années folles.

 

 

 

 

 

En 1946, Lillet s’introduit aux États-Unis grâce au négociant new-yorkais Michel Dreyfus. Le marché américain adopte Lillet dans les années 1950 comme le drink « branché » de New York. Dans les années 1960, la marque remporte un grand succès grâce à des campagnes de publicité dans la presse et à la radio. La référence Lillet rouge est d’ailleurs développée par Pierre Lillet en 1962 spécialement pour les États-Unis.

 

 

 

 

 

 

 

En 1950, la duchesse de Windsor, grande amatrice de Lillet, l’introduit dans la haute société, notamment chez Fauchon, puis dans certains grands hôtels parisiens comme le Georges V ou le Ritz. Par la suite, Lillet s’implante sur la Côte d’Azur afin de répondre à la demande américaine3.

En 1985, la famille Lillet cède l’entreprise à Bruno Borie. Puis, en 2008, elle est ensuite vendue à Ricard (filiale du groupe Pernod Ricard)4. La diffusion du Lillet connaît une constante évolution. (Trois millions de bouteilles vendues en 2015).

 

 

 

 

 

 

Dans le roman Le Silence des agneaux (1988), Hannibal Lecter boit du « Lillet avec une rondelle d’orange et de la glace » qu’il servira plus tard à Clarice Starling.

Dégustation :

Lillet blanc : robe or. Arômes d’oranges confites, de miel, de résine de pin et de fruits exotiques. Ample et gras au palais. Belle longueur des arômes.

Lillet rosé : robe rosée et brillante. Au nez, légères notes de fruits rouges, de fleur d’oranger et de pamplemousse. Bouche fraîche, vive et fruitée, structure bien équilibrée, légère acidité. Belle longueur des arômes.

Lillet rouge : robe rubis. Au nez, notes de fruits noirs très mûrs. En bouche, parfums puissants d’oranges fraîches, de fruits rouges bien mûrs, de vanille et de très fines épices avec une solide structure. Finale ample, des tanins souples de fruits cueillis à maturité.

 

Martini

   Italie 

 

 

 

 

 

Martini est une marque de vermouth italien, nommé d’après la distillerie Martini & Rossi à Turin, fondée en 1863 par Alessandro Martini, Luigi Rossi et Teofilo Sola.

 

 

 

 

 

Clemente Michel, Carlo Re, Carlo Agnelli et Eligio Baudino ont créé l’entreprise en 1847, en tant qu’usine de mise en bouteille de vermouth à Pessione. Quelques années plus tard, Alessandro Martini rejoint l’équipe et en devient le directeur en 1863 avec Teofilo Sola et Luigi Rossi (qui fut l’inventeur d’un vermouth). En 1863, ils changent le nom de la société en Martini, Sola & Cia.

 

 

 

 

 

 

Ils commencent à exporter des bouteilles de vermouth dans le monde entier : la ville de New York reçoit ses premières caisses en 1867. À l’époque, la société reçoit aussi plusieurs prix, qui sont toujours inscrits sur les bouteilles : Dublin (1865), Paris (1867 et 1878), Vienne (1873) et Philadelphie (1876). Trente ans seulement après sa création, Martini était disponible aux États-Unis, au Brésil, en Argentine, en Grèce, au Portugal, en Belgique, en Égypte et dans d’autres pays. En 1879, la famille Sola vend ses intérêts aux partenaires restants, qui rebaptisent la société Martini & Rossi, telle qu’elle existe aujourd’hui.

 

 

 

 

 

En 1892, l’entreprise est reprise par les quatre fils de Rossi ; le contrôle passe à ses petits-fils en 1930. En 1929, le logo Martini Ball & Bar est enregistré pour la première fois. Une restructuration est effectuée en 1977, donnant lieu à la création de la General Beverage Corporation. En 1992, Martini & Rossi fusionne avec Bacardi. Martini était en 2006 la quatrième marque de spiritueux la plus puissante au monde, selon une étude de marché.

 

 

 

 

La marque pourrait avoir donné son nom au cocktail américain martini, vermouth et gin (dont une première recette est connue depuis 1888), bien que d’autres spéculations sur l’étymologie du cocktail existent.

 

Mattei Cap Corse

France

 

 

 

 

 

Mattei Cap Corse est un apéritif créé en 18721 et fabriqué à partir de mistelle de cépages Muscat et Vermentinu collectés en Corse, avec des macérations d’écorces de quinquina, de cédrat corse et d’une sélection de plantes, fruits et épices locaux et exotiques, pour obtenir 2 déclinaisons, le Mattei Cap Corse rouge et le Cap Corse blanc.

 

 

 

 

 

1872 : Louis Napoléon Mattei invente un vin apéritif corse au quinquina appelé Amaro et crée la marque LN Mattei
1894 : l’apéritif est rebaptisé « Cap Corse », tirant son nom de son berceau dans le Nord de l’île
1907 : mort de Louis Napoléon, son gendre et cousin François Mattei prend la direction de l’entreprise

 

 

1936 : Création de la SARL François Mattei, avec ses gendres Charles et Orenga de Gaffory
1974 : l’entreprise est vendue à J. Borghetti 1981. SA SOVICAP reprend l’entreprise
2016 : 3 entrepreneurs corses récupèrent la marque et créent « La Distillerie »

 

 

 

 

Mattei – Cap Corse Rouge : chaleureux et voluptueux, avec de subtils composants amers, Cap Mattei Rouge est un vin apéritif élégant à déguster sur glace avec un zest d’orange.

 

 

 

 

 

Mattei – Cap Corse Blanc : respectant sa recette historique, le “CAP MATTEI” est composé de jus de raisins corses issus des cépages Muscat et Vermentinu, assemblés avec des macérations d’écorces de quinquina, de cédrat corse et d’une sélection secrète de fruits locaux, de plantes et d’épices exotiques.

 

 

Noilly Prat

 France

 

 

 

 

Noilly Prat est une marque de vermouth de France, appartenant à la société italienne Martini & Rossi.

Dès 1813, Joseph Noilly, alors à la tête d’une entreprise de vins et spiritueux déjà bien établie à Lyon, suit sa passion d’aromaticien en créant un nouveau vin apéritif.

 

 

 

 

Son fils, Louis Noilly lui succède en 1828 et est rejoint 10 ans plus tard par Claude Prat, qui intègre l’entreprise en tant que représentant commercial pour l’Algérie.

En 1843, le succès grandissant du vermouth conduit à une nouvelle installation totalement dédiée à sa production, à Marseille. L’année suivante, Claude Prat épouse Anne-Rosine, fille de Louis Noilly.

 

 

 

 

 

 

 

L’année 1855 voit la création officielle de la société Noilly Prat & Cie, quand Louis Noilly s’associe avec son gendre, Claude Prat3. Le premier dépôt de marque connu date de 1856. Pour les exports, les patrons de la marque remplissent les cales des bateaux envoyant les évangélisateurs catholiques au départ de Marseille, ce qui explique que le Noilly Prat soit devenue une boisson populaire dans les territoires français d’outre-mer, où elle est consommée en boisson alors que les clients français sont surtout des chefs de cuisine qui apprécient ses vertus gustatives.

En 1859, une autre installation ouvre à Marseillan, dédiée au vieillissement des vins utilisés pour la production des vermouths. Le décès de Claude Prat cette année-là, puis celui de Louis Noilly 6 ans plus tard conduisent Anne-Rosine à prendre la tête de l’entreprise familiale. Une longue période de croissance commence pour l’entreprise.

 

 

 

 

 

 

En 1878, Noilly Prat obtient la médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris. Au cours des décennies suivantes, de nouveaux terrains sont achetés à Marseillan, permettant la création de l’Enclos Sainte-Anne et des chais Sainte-Anne.

Le Noilly-Prat Original Dry est un vermouth français, c’est-à-dire un apéritif à base de vin blanc et d’un mélange secret de plantes aromatiques (camomille, coriandre, écorces d’oranges amères et noix de muscade entre autres). Il tire à environ 17% d’alcool. S’il fût très à la mode au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, il est ensuite tombé en désuétude. Aujourd’hui, le Noilly-Prat sert en cuisine pour confectionner des sauces, mais se consomme également en apéritif, tout comme les autres vermouths de la marque.

 

 

 

 

 

Noilly Prat Original Dry reste une vraie référence pour le monde du cocktail et son goût subtil avec des notes de sureau, d’agrumes, de fruits secs et de camomille offre un bel équilibre entre notes épicées et acidulées.

 

Routin

 France

 

 

 

 

 

La maison Routin est une entreprise de fabrication et de commercialisation de sirops et d’alcools fondée en 1883. Elle dispose d’une usine à La Motte-Servolex, près de Chambéry, en France.

 

 

 

 

 

Le Vermouth Routin Original Rouge est l’une des plus célèbres créations de Philibert Routin.

 

 

 

 

 

Depuis plus de 130 ans, nos distillateurs-liquoristes s’inspirent de sa recette originale, élaborée à partir d’un assemblage de 24 plantes et épices.

 

 

 

 

 

Apéritif emblématique de Savoie, le vermouth Routin Original rouge doit son goût unique à un processus de vieillissement exclusif : 50% exactement du produit fini est vieilli en fût de chêne afin d’obtenir un équilibre parfait.

 

 

Vermouth de Chambéry

France

 

 

 

Le vermouth français, qui a connu son heure de gloire vers 1850, revient en force au 21e siècle où il fait la joie des bartenders du monde entier, impressionnés par la richesse de ses saveurs. Mais qu’est-ce que le vermouth ? Cet alcool typique des Alpes et originaire de Turin, en Italie, a été décliné pour la première fois par la maison Dolin dans sa version française, dans les années 1820.

 

 

 

 

 

 

Obtenu par la macération dans du vin blanc de pas moins d’une trentaine de plantes, fleurs et épices des Alpes, il s’est longtemps consommé en apéritif, parfois même en boisson médicinale.

 

 

 

 

Le vermouth français Dolin a connu dès le départ une renommée locale et internationale grâce à son bouquet aromatique inimitable dont la subtile alchimie ravit le palais et éveille les sens.

 

 

 

 

 

Star des terrasses parisiennes au 19e siècle, vainqueur de nombreuses médailles, il affiche une telle réussite depuis 200 ans que nous en gardons aujourd’hui encore la recette jalousement secrète…

 

 

 

 

 

 Rouge blanc ou dry, notre vermouth de Chambéry continue aujourd’hui sa success story époustouflante et constitue, dans le monde entier, la botte secrète des bartenders à la recherche de saveurs originales.

 

Yzaguirre

Espagne

 

 

 

 

 

Yzaguirre est une entreprise familiale dédiée à la production de vermouth en Espagne depuis près de plus d’un siècle. Sa popularité s’étend dans toute l’Espagne.

 

 

 

 

 

L’entreprise a été fondée en 1884 sous le nom d’Yzaguirre i Simó de Reus dans la ville de Morell (Tarragone) en Espagne, étant l’une des plus anciennes d’Espagne.

 

 

 

Yzaguirre se distingue par le fait qu’il dispose actuellement d’une large gamme de vermouths de haute qualité, notamment dans la gamme de réserve. La marque se distingue par avoir atteint une teneur en alcool de 18% en volume après un élevage en fûts de chêne.

 

 

 

 

 

Cette forme de maturation permet au vermouth obtenu de se stabiliser en arôme et en couleur, pouvant obtenir un résultat en bouche qui atteint un équilibre entre son goût alcoolique initial et ses saveurs en bonne harmonie avec les acides.

Le vermouth Yzaguirre Rojo est le plus classique et l’un des plus consommés en Espagne. Et s’il n’est pas tant consommé, au moins son nom évoque quelque chose.

 

 

 

 

Le vermouth Yzaguirre Rojo est probablement l’un des vermouths espagnols les plus connus, avec un goût et une odeur incomparables de cannelle. Depuis 1884, cette cave, située à Morell (dans le nord de l’Espagne, à Tarragone), élabore ce vermouth à partir du meilleur vin, qu’elle fait macérer avec des herbes et des épices (notamment de la cannelle). Enfin, son ton foncé est dû à l’ajout de caramel, lui donnant sa couleur rougeâtre caractéristique.

Ce mélange donne le Vermouth Yzaguirre Rojo, une boisson moins amère et moins sèche que les autres. Peut-être l’option parfaite pour ceux qui découvrent le monde fantastique des apéritifs.

 

Laisser un commentaire