Quelques viandes exotiques

Spread the love

Autruche, kangourou, crocodile, antilope, bison, notre bonne vieille race de bœuf d’Aubrac a-t-elle du souci à se faire ?

Pas vraiment, selon les professionnels du secteur, puisque le marché de la viande exotique ne représente qu’un repas par an et moins de 300 grammes par Français.

Alors que 86 kilos de viandes issus des animaux « classiques » sont consommés par an et par personne en France ! Mais le chiffre d’affaires de ces « nouvelles viandes » progresse sans cesse.

Voici quelques viandes exotiques, à découvrir :

 

Viande d’alligator du Mississippi

Dans les années 1960, les populations d’alligators du Mississippi étaient en voie de disparition. Des actions de sauvegarde et le développement des fermes répondant à la demande de viande et de peau ont permis l’augmentation des individus.

Un «filet frit» d’alligator «badigeonné d’une sauce à la noix de coco et au curry rouge pimenté, ce plat loin d’être banal figure au menu du restaurant Cavan, de la Nouvelle Orléans.

La viande d’alligator du Mississippi contient beaucoup de protéines et elle est pauvre en graisse. Le goût peut varier en fonction de la façon dont vous la faite cuire comme des grillades ou de la friture.

La viande d’alligator du Mississippi contient beaucoup de protéines et elle est pauvre en graisse. Le goût peut varier en fonction de la façon dont vous la faite cuire comme des grillades ou de la friture. On peut comparer la viande d’alligator du Mississippi à de la viande de poulet. Sa texture, sa couleur et son goût sont très proche de celle de la volaille. La viande que l’on consomme provient uniquement de la queue de l’animal car il n’y a que cette partie qui soit comestible.

Viande d’autruche

L’autruche est un volatile connu pour sa rapidité et son énergie. Sa chair est aussi savoureuse.

La viande d’autruche est vraiment exquise et particulièrement tendre. Elle est en plus dotée d’une valeur nutritive optimale. Selon les spécialistes, la chair ne contient qu’une infime quantité de matières grasses, à savoir 2, voire 1%.

Elle présente également une faible quantité de cholestérol, mais elle est riche en protéine, potassium, magnésium… C’est la raison pour laquelle les grands chefs cuisiniers la préfèrent aux autres viandes de volatiles.

La viande d’autruche se prépare de la même manière que la chair de bœuf. On a le choix entre une cuisson rosée ou saignante. En raison de la faible quantité de graisse, il est conseillé d’utiliser un peu de matières grasses durant les préparatifs.

Viande de bison

 

La viande de bison a un goût savoureux. La majorité des gens interrogés trouvent que le bison est la viande la plus savoureuse qu’ils aient goûtée. La viande de bison est  très tendre. Elle se cuisine de la même façon que le boeuf.

Le bison est classé dans la catégorie des viandes gourmets.

Les bisons sont manipulés le moins possible. Ils passent leur vie dans les prés, comme ils l’ont toujours fait, sans contact avec l’homme. Ce mode d’élevage et les qualités nutritives  de la viande de bison en font un aliment très adapté au régime des sportifs et des personnes âgées.

C’est une viande qui est encore 100 % naturelle.

Viande d’élan

La viande d’élan est très pauvre en graisse, peu calorique, donc particulièrement saine (pour 100 g : 102 calories, 22.2 g de protéine et 0.74 g de matière grasse).

Gustativement, cette viande rouge est extrêmement tendre et goûteuse.

La viande d’élan ressemble moins à du gibier et a une saveur et une apparence qui évoque le boeuf mais en plus maigre.

Viande de kangourou

L a viande de kangourou est rouge  et est consommée depuis des siècles par les peuples aborigènes d’Australie.

Sa commercialisation n’est cependant autorisée que depuis 1980.

La viande de kangourou est essentiellement issue d’élevages australiens. Elle très tendre, peu calorique et particulièrement maigre (moins d’1% de matière grasse). Son goût se rapproche de celui de la biche.

Riche en protéines et en fer, elle constitue une alternative à la viande de bœuf, elle est maigre et assez goûteuse.

Cependant la viande de kangourou doit être cuit brièvement puis laissée reposer afin de garder le moelleux de la viande.

Viande de renne

La viande de renne est une viande issue du Renne (Rangifer tarandus).

Elle est consommée notamment au Canada, en Russie et en Scandinavie. Ayant une faible teneur en matières grasses, une composition favorable en acides gras et une teneur élevée en α-tocophérol, cette viande est généralement préparée salée et séchée (le kuivaliha en est un exemple).

La viande de renne est savoureuse, tendre et possède une très fine texture. Son goût est très fin car en montagne le renne choisit les plantes les plus savoureuses comme repas. On apprécie particulièrement sa langue et les cuissots fumés.

Viande de serpent

Au Vietnam, la viande de serpent est un aliment encore très prisé par de nombreuses populations locales.

La viande de serpent offre une texture et un goût entre le poulet et le poisson et elle est souvent comparée à l’une ou à l’autre.

Viande de springbok

L’élevage de springboks, cette gazelle pour sa viande était commun au début des années 1900.

Les troupeaux mixtes de springboks et de moutons sont des combinaisons agricoles communes dans le Karoo, un semi-désert situé en Afrique du Sud.

Sur le plan culinaire, les gourmets se régalent de sa belle viande rouge toute en finesse et sans matière grasse, et dont la saveur rappelle celle du chevreuil.

Un goût raffiné et délicat, dû à la variété de son alimentation (le bush sud africain regorge d’herbes et de buissons différents).

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :