Quelques alternatives au miel

Spread the love

Le miel n’entre pas dans l’alimentation végétalienne pour un tas de raisons, si on devait en retenir une, ce serait sans doute le refus d’exploiter les abeilles pour obtenir un produit qui peut être substitué par quelque chose de végétal. Oui mais… quelles sont les alternatives justement ?

Le miel provient toujours de végétaux. C’est un produit végétal transformé par les abeilles mais des choix existent au miels.

Voici quelques alternatives au miel, à découvrir :

 

Miellat de chêne

On appelle miellat un liquide épais et visqueux riche en sucres provoqué par des champignons du genre Claviceps.

Ces champignons se connectent sur les systèmes vasculaires alimentant les grains de graminées. Le surplus de sucres (dont la nature est fonction des enzymes des divers Claviceps) est excrété.

Le miellat attire les insectes et peut participer à la dissémination des spores. Les feuilles de certains végétaux , tels que les ronces en produisent également par exsudation.

 Contrairement aux nectars, les miellats ne sont ni avantageux pour la plante qui les produit, ni pour l’abeille qui les récolte.

Les miellats sont la conséquence d’un parasitisme de la plante par des “ suceurs de sève. Ce parasitisme peut être très nuisible pour les végétaux.

Il s’agit globalement d’insectes piqueurs-suceurs producteurs de miellats, comme les pucerons, les psylles, les aleurodes ou encore les cochenilles, qui piquent les parties tendres des végétaux et se nourrissent des matières azotées contenues dans la sève.

Ils rejettent ensuite les matières sucrées qu’ils ne peuvent pas digérer, le miellat. Ces exsudats sont alors repris par les abeilles qui vont les ramener à la ruche et les transformer à nouveau, pour produire un miel de miellats.

Le miellat est particulièrement prisé, en particulier dans les pays anglo-saxons, où on l’appelle honeydew, c’est-à-dire rosée de miel.

Le miellat de chêne présente une texture liquide et une robe très foncée. Il se singularise par un parfum puissant et des arômes de réglisse délicatement mentholés très caractéristiques de ce type de produit. Son goût est assez fort avec une prédominance dans les arômes, de notes chaudes et boisées.

Sur le plan qualitatif, le miellat de chêne est l’un des miels les plus riches en oligo-éléments. Également très riche en fer et en minéraux, il est très bon pour lutter contre l’état de fatigue et l’anémie. On le recommande particulièrement aux sportifs et aux personnes âgées.

Sirop d’agave

Le sirop d’agave (également appelé « nectar » d’agave ou aguamiel) est un édulcorant produit à partir de plusieurs espèces d’agaves dont Agave tequilana (également appelé « agave bleue » ou « agave à tequila »).

Le sirop d’agave est un produit ancestral. Les Aztèques le surnommaient « eau de miel » et il faisait office d’offrandes aux dieux.

Le sirop d’agave est moins visqueux que le miel et son goût est plus doux. La plupart du sirop d’agave vient du Mexique et d’Afrique du Sud.

Le sirop d’agave est est assez riche en fer et en calcium.

Sirop de datte

Le sirop de datte, également appelé improprement miel de datte, est un sirop sucré foncé (mélasse de fruit) obtenu à partir d’extrait de dattes et typique de la cuisine du Moyen-Orient.

Le sirop de datte est appelé Rub Al-Tamr dans le monde arabe et silan en Israël, où il fut réintroduit par des Juifs originaires d’Irak.

Le miel évoqué dans la Bible par l’expression “une terre ruisselante de lait et de miel” (par exemple, Exode, 3:8 est un miel de datte.

Le miel de datte fait partie des Sept espèces données lors des fêtes juives pour assurer la fertilité de la terre d’Israël.

Le sirop est préparé à base de dattes cuites dans de l’eau, puis filtrées pour enlever les noyaux et enfin pressées pour extraire un jus. Le jus extrait est concentré par cuisson à feu doux jusqu’à l’obtention d’un liquide coloré et sirupeux (30 à 35°), avec une concentration de solide total de 70 % en poids.

Le sirop contient principalement des sucres dont le saccharose, le glucose et le fructose.

Les dattes du Phoenix dactylifera de par leur teneur importante en sucre sont utilisés pour la fabrication du sirop de datte.

Le sirop de datte s’utilise de la même façon que le sirop d’érable, pour accompagner les crêpes, les gaufres, ou bien en pâte à tartiner.

En cuisine, il est mélangé à du tahini ou avec d’autres pâtisseries comme édulcorant ou pour son odeur caractéristique.

Sirop d’érable

Le sirop d’érable est une solution naturellement sucrée, transformée à partir de l’eau d’érable qui est recueillie au début du printemps et est ensuite concentrée par ébullition. L’eau d’érable est distincte de la sève d’érable qui arrive en fin de printemps dont on fait un sirop d’un goût sucré.

Le sirop d’érable est fabriqué dans les forêts du nord-est de l’Amérique du Nord dont les trois quarts de la production mondiale est au Québec (95 % de la production canadienne), et se vend aujourd’hui partout dans le monde, en particulier au Japon.

La méthode de transformation de l’eau d’érable en sirop était déjà connue et maîtrisée par les populations autochtones du Canada lors de l’arrivée des Européens. On s’en servait en particulier comme aliment tonique, au printemps. De nombreuses légendes amérindiennes mettent en scène le sirop d’érable.

Aujourd’hui, la consommation de sirop d’érable est généralisée au Québec et en Ontario où le sirop est parfois consommé au quotidien, se vendant à un prix relativement peu élevé.

Le sirop d’érable est aussi populaire dans des pays comme le Japon ou l’Allemagne en tant qu’aliment exotique rare.

Le sirop d’érable est idéal avec des pancakes ou des crêpes.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :