Quelques abricots des régions de France

L’abricot est le fruit d’un arbre généralement de petite taille appelé abricotier, de la famille des Rosaceae. Il a pour nom scientifique : prunus armeniaca. Ce fruit fut appelé pendant longtemps pomme arménienne et l’on pensait également que celui-ci avait pour origine l’Arménie. La confusion sur ce fruit dura un petit moment.

Des abricotiers sauvages poussent dans la chaîne de montagnes des Tian shan, d’Asie centrale (Kirghizstan et Xinjiang en Chine) et dans diverses régions de Chine (Gansu, Hebei, Henan, Jiangsu, Liaoning, Nei Mongol, Ningxia, Qinghai, Shaanxi,  Shanxi, Sichuan) ainsi qu’en Corée et au Japon.

L’abricotier est cultivé en Chine depuis 2000 ans. En raison de cette culture ancienne sur de vastes zones à l’ouest et au nord du territoire chinois, il est difficile de déterminer sa distribution d’origine exacte, car on ne peut savoir quelles sont les formes vraiment sauvages et celles échappées des cultures.

L’introduction de l’abricotier au Proche-Orient s’est faite à travers l’Iran et l’Arménie, aux alentours du 1er siècle avant notre ère. Les Grecs puis les Romains ne prirent connaissance de l’abricotier qu’à cette époque. Inconnu du temps de Théophraste (-372, -288), ce n’est qu’au 1er siècle qu’on trouve des mentions de ce fruit dans les textes  : le médecin grec Dioscoride l’appelle Mailon armeniacon « pomme d’Arménie » et Pline fait une allusion obscure à une variété portant le nom de praecocium (précoce).

Au début de notre ère, quelques centaines d’années après son arrivée en Arménie, la culture de l’abricotier était bien établie en Syrie, Turquie, Grèce et Italie.

L‘abricotier aurait été introduit en France par deux voies  :

– d’une part en provenance d’Italie par la vallée de la Loire. Le roi René d’Anjou (1409-1480) qui hérita du royaume de Naples en 1435 ramena d’Italie ce fruitier dans sa région natale, où il prit le nom d' »abricotier » vers 1560.

– d’autre part en provenance d’Espagne par le Roussillon. On ne sait pas quand l’introduction s’est faite mais probablement entre le moment où Narbonne fut occupée par les Sarrasins (en 715) et celui où le Roussillon fut rattaché à la couronne de France (en 1659).

En cuisine : on consomme l’abricot frais, séché ou préparé : confitures, tartes, compotes, abricots au sirop… On le retrouve également dans des plats salés, tels que le lapin aux abricots et au panais, recette anglaise. Les jus d’abricots sont avantageusement coupés avec une touche de jus de pêche pour casser l’acidité naturelle de l’abricot.

Les abricots se savourent d’abord tels quels, en dessert ou pour un en-cas léger. Ils peuvent aussi être préparés en coulis, compotes et confitures (leur richesse en pectine est alors un atout). Ils se glissent dans les salades de fruits estivales, ou peuvent être pochés au sirop, et servis avec une crème glacée. Ils sont aussi très appréciés dans de nombreuses pâtisseries : tartes, crumbles, clafoutis, charlottes…

En version salée, ils accompagnent de manière originale les volailles (caille notamment) et les viandes blanches comme le porc ou le lapin. Enfin, les abricots manquant de maturité (et donc acides) peuvent être utilisés dans des chutneys.

Voici quelques abricots des régions de France, à découvrir, à déguster :

 

Abricot Bergeron

L’abricot Bergeron, est la variété la plus cultivée (elle représente 40% de la production nationale). Ce fruit est une variété tardive qui clôture la saison et se reconnaît à son gros calibre avec une face rouge,  peu juteux et acidulé; l’abricot Bergeron est principalement cultivé en région Rhône-Alpes.

Fondant lorsqu’il est bien mûr, de forme ronde et de couleur orange clair, le Bergeron est d’une saveur moyennement sucrée et acidulée. Fruit du cœur de l’été, il est présent sur les étals de mi-juillet à mi-août.

L’abricot Bergeron, est apparu vers 1920 en France, il est utilisé en fruit de table, en conserverie et pour  la pâtisserie.

Abricot Goldrich

L’abricot Goldrich est un gros fruit à la couleur orange très vif, juteux et ferme. Sa création a eu lieu en 1954 à l’Université Washington – USA. Floraison précoce, très gros abricot de forme un peu allongée, juteux, saveur acidulée,

L’abricot Goldrich est assez juteux et acidulé et est très apprécié en cuisine et en pâtisserie.

Abricot polonais ou Orangé de Provence

L’abricot Polonais est aussi appelé Orangé de Provence dans le Sud de la France, d’époque tardive, Légèrement oblong et dissymétrique avec une suture marquée, l’abricot est orangé-clair avec quelques ponctuations rouges, la chair, de couleur orange, est de bonne qualité gustative et de fermeté moyenne.

Originaire de France l’abricot Polonais est une variété très ancienne. Son nom pourrait venir du Roi polonais Stanislas 1er Leszczynoski, Duc de Lorraine, grand amateur de cette variété.

De vigueur moyenne, l’abricotier Polonais a une floribondité moyenne d’époque assez tardive, Encore très présent dans la moyenne Vallée du Rhône même si la variété Bergeron domine largement, on trouve aussi l’abricot Polonais dans la région de Nyons, du Ventoux.

L’abricot Polonais est un gros fruit jaune orangé clair, chair fondante de saveur douce, sucrée, très aromatique, légèrement acidulée. Excellent fruit de bouche et confiture, récolte 15 juillet au 15 août, vigoureux et productif, il est excellent à la dégustation et pour les confitures.

Poman rosé

Le Poman rosé est une ancienne variété d’abricots bien représentée du côté d’Apt (Vaucluse), très recherchée pour la fabrication des fruits confits, goût fin bien sucré, abricot peu coloré, peau de couleur jaune pâle colorée rosé-rouge coté soleil, chair fine jaune pâle plutôt ferme sur le bord extérieur.

Laissez un commentaire, ou faites un lien vers cet article.

Donnez votre avis ou des informations supplémentaires

Vous devez vousLogger pour poster un commentaire